6 C
Le Havre
jeudi 23 mars 2017

Histoire de l'Islam

Zaynab Al Ghazali, un exemple d’engagement

J’ai beaucoup d’amis partout dans le monde qui m’ont connue à travers mon action pour la propagation de l’islam. Notre mouvement sur terre est dédié à la gloire de Dieu, et Dieu conduit à nous ceux et celles qu’Il veut bien éclairer et emmener sur le droit chemin, ce chemin même qu’ont emprunté les compagnons du Prophète et nos meilleurs précurseurs. Notre objectif seul et unique est la meilleure connaissance de l’islam et l’application de ses commandements et de ses enseignements dans la vue de tous les jours. Et maintenant renouvelez votre allégeance à l’islam, prononcez les deux Chahâda (« J’atteste qu’il n’y a de divinité que Dieu et j’atteste que Muhammad est son envoyé »), soumettez-vous à Dieu et à repentez-vous de cet obscurantisme qui règne sur votre esprit et qui le ferme à tout bien, et ce dans l’espoir que Dieu vous délivre de l’ignorance, vous éclaire et vous illumine. Portez tout cela à la connaissance de votre Président de la République, peut-être que lui aussi se repentira et retrouvera le chemin de l’islam, s’il refuse, vous ne serez responsables que de vous-mêmes et de la voix que vous aurez empruntée.

Séminaire : L’Histoire de l’Andalousie – Samedi 22 Novembre 2014

Nous vous invitons samedi 22 novembre à assister à un séminaire autour de l'histoire de l'Andalousie animé par le professeur Hassan Iquioussen. Nous étudierons l'oeuvre et l'apport des musulmans en Europe. Nous verrons aussi comment les divisions internes ont conduit à la chute de l'Andalousie. Il est plus que jamais nécessaire de renouer avec le passé de notre civilisation, afin d'en tirer des leçons pour l'avenir. Un passé glorieux dont nous pouvons être fiers en tant que musulmans. L'Andalousie, sous domination musulmane durant huit siècles, deviendra un lieu de fascination où toutes les religions cohabitent en parfaite harmonie. De nombreuses découvertes scientifiques verront le jour et permettront plus tard de découvrir le Nouveau Monde bien avant Christophe Colomb. Des trésors architecturaux tels que la mosquée de Cordoue feront le prestige de l'Andalousie musulmane. Le savoir y est prospère et accessible de tous. Les historiens reconnaissent que la civilisation arabo-musulmane a connu son âge d'or en Andalousie.

Les dernières paroles du lion du désert ‘Omar al-Mokhtar avant son...

‘Omar : Au contraire, c’est la plus belle manière de finir ma vie Le juge essaya alors de séduire ‘Omar al-Mokhtar en lui proposant de le gracier contre une lettre qu’il écrirait aux moudjahidines les appelant à mettre fin au djihad contre les italiens. ‘Omar le regarda dans les yeux et prononça cette parole devenue célèbre : « L’index qui atteste dans chaque Prière qu’il n’est de dieu que Dieu et que Mohammad est le Messager de Dieu ne pourrait écrire une parle mensongère »

L’imam An-Nawawî : l’intelligence et le détachement

À propos de son activité, l’imam fut questionné sur son sommeil et répondit qu’il posait sa tête sur les livres quand le sommeil devenait impossible à juguler et se réveillait peu de temps après pour poursuivre ses études. Cette situation dura un long moment de sa vie (durant son séjour de nombreuses années à Damas). Il habitait dans une pièce submergée de livres parmi lesquels il fallait se frayer un chemin, et située dans une faculté.

Celui qui me marqua le plus, c’est l’imam Hassan Al-Banna

Hassan Al-Banna était l’ami de chaque croyant qu’il rencontrait. Celui qui le rencontrait était enveloppé généreusement par sa tendresse. On sentait qu’il était devenu un cher ami. Il veillait toujours à ne pas gaspiller du temps dans les paroles futiles. Il n’y avait pas une seule minute, je dirais même une seule seconde, qui s’écoulerait sans qu’il ne serve l’islam. Il servait l’islam par un mot, par un conseil, par une action productive, par une plaisanterie qui visait à établir l’amour entre les cœurs. Hassan Al-Banna avait une mémoire photogénique. C’est comme s’il se rappelait les évènements et les noms en tournant une cassette vidéo...

Pour qui je vis ? [Ibn Badis]

Il est du devoir de chaque groupe de gens unis par une action de se comprendre mutuellement. De même qu’ils doivent comprendre la nature de l’action pour laquelle ils s’entraident afin qu’ils évoluent en toute clairvoyance. En effet, certains peuvent se réunir pour accomplir une action tout en ayant des compréhensions différentes, chacun tirera alors d’un côté provoquant ainsi les querelles et l’interruption de l’action. Cela peut même les mener à la scission et à l’animosité. Or, s’ils s’étaient compris d’amblé, ils ne se seraient pas disputés.

La vie de Abu Bakr : Prologue

Nous sommes au sixième siècle du calendrier grégorien, en plein cœur de l’Arabie, dans une ville nommée La Mecque. Située au milieu du désert du Hijaz à quatre vingt kilomètres de la mer rouge, cette ville entourée de petites montagnes et parsemées de palmiers possède l’un des climats les plus chauds du monde. Déjà à l’époque, la Mecque était une ville sainte et qui représentait tout ce qu’il y avait de plus sacré chez les arabes. Ce fut le cas depuis la ...

La femme et la politique

Il n’y a rien dans l’islam qui interdit d’attribuer à la femme une autorité sur elle-même ou sur autre qu’elle, qu’il s’agisse de l’autorité individuelle ou collective. Aucun texte coranique ne prive la femme de cette autorité. Au contraire les versets coraniques énoncent expressément l’égalité entre les hommes et les femmes en ce qui concerne l’exercice de l’autorité. Dieu dit : « Les croyants et les croyantes sont alliés les uns aux autres. Ils commandent le convenable, interdisent le blâmable » (9 :71). Ainsi, les croyants et les croyantes sont aussi responsables les uns que les autres.

A LIRE ÉGALEMENT