La louange est à Dieu, Maître de l’univers. Que la Paix et la Bénédiction de Dieu soient sur celui que Dieu a envoyé en tant que miséricorde à l’univers, ainsi que sur sa famille, ses compagnons et ceux qui ont emprunté fidèlement sa voie jusqu’au Jour du Jugement Dernier …

Le secrétariat général du Conseil Européen de la fatwa et de la recherche (CEFR) profite de ces jours bénis afin d’appeler l’ensemble des musulmans à se tenir fermement au pacte « habl » de Dieu, à l’unité du rang et au rassemblement, en se souvenant de la parole de Dieu : « Attachez-vous tous fermement au pacte de Dieu, et ne vous divisez pas. Rappelez-vous les bienfaits que Dieu vous a accordés lorsque, d’ennemis que vous étiez, Il a rétabli l’union entre vos cœurs et a fait de vous des frères … » (3 : 103)

De même que nous implorons Dieu, le Très Haut, pour qu’il agrée de tous, le jeûne, la prière et les bonnes œuvres et pour qu’Il fasse de ce noble mois, un mois de victoire pour tous les opprimés sur terre.

Le secrétariat général souhaite également confirmer la décision (18) du comité mondial du droit musulman « majma’ al-fiqh ad-douwali », au sujet de la nouvelle lune du mois de Shawwal, lors de son troisième congrès en 1986 stipulant qu’aucune considération n’est accordée à la multiplicité des levants (de la lune) conformément à la portée générale du hadith : « Jeûnez à sa vue (la nouvelle lune) et rompez le jeûne à sa vue » (rapporté par al-Boukhari et Mouslim), ainsi que la décision émanant du Conseil Européen de la fatwa et de la recherche (CEFR) lors de sa 19ème session au sujet de la détermination du début des mois lunaires stipulant ce qui suit :

1- L’astronomie est devenue une science moderne qui a atteint les plus hauts degrés de la précision en ce qui concerne le mouvement des planètes, notamment celui de la lune et de la terre, la connaissance de leurs positions dans le firmament et le calcul de la position de l’une par rapport à l’autre, à tout instant, d’une façon catégorique, excluant ainsi tout doute.

2- L’instant de l’alignement du soleil, de la terre et de la lune, appelé l’instant de conjonction de ces trois planètes, se réalise à un instant cosmique unique qui peut être déterminé avec une extrême exactitude, par anticipation, avant sa réalisation de plusieurs années. Cet instant marque astronomiquement la fin du mois révolu et le début du nouveau mois. Cette conjonction peut se réaliser à tout instant, de jour comme de nuit.

 3- Juridiquement, le début du mois est déterminé si les conditions ci-après sont satisfaites :

  1. La conjonction doit avoir lieu d’une façon effective avant le coucher du soleil.
  2. La vision du croissant doit être possible que ce soit à l’œil nu ou en se servant de télescope et ce, à n’importe quel lieu de la surface du globe, sans tenir compte de la multiplicité des levants conformément à la généralité du discours appelant à jeûner et à rompre le jeûne.
  3. Pour admettre la possibilité de la constatation visuelle, les conditions astronomiques suivantes doivent être respectées :
    • Dans le lieu où se produit la constatation visuelle, la disparition de la lune doit avoir lieu après le coucher du soleil, ne serait-ce que d’une seconde
    • L’inclinaison de la lune par rapport à l’horizon ne doit pas être inférieure à 5°.
    • Le secteur angulaire entre la lune et le soleil ne doit pas être inférieur à 8°.

4- Les musulmans des pays européens doivent se conformer à cette règle en ce qui concerne la détermination du début et de la fin des mois lunaires, en particulier en ce qui concerne les mois de Ramadan et de Shawwal. La détermination à l’avance des dates de ces mois, selon cette règle, est de nature à aider les musulmans dans l’accomplissement de leurs actes cultuels et des différentes fêtes et occasions qui  y sont liées. Ceci leur permettra de s’organiser convenablement dans les sociétés au sein desquelles ils vivent.

5- Le CEFR appelle ses membres, les imams et les jurisconsultes à ancrer la culture du respect des décisions fondées sur les données astronomiques sans équivoques lorsque celles-ci concluent l’impossibilité de la vision de la nouvelle lune du fait la non-réalisation de la conjonction et nul ne pourrait prétendre la constatation visuelle de la nouvelle lune. Une telle prétention serait rejetée.

Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom