Si le fornicateur et la fornicatrice se repentent, et veulent sortir de l’illicite vers le licite, et d’une vie polluée vers une vie pure, leur mariage est valide par consensus. Par ailleurs, la majorité des savants ne font pas du repentir une condition de validité du mariage du fornicateur avec la fornicatrice. Il est rapporté que ‘Omar (rad) sanctionna un homme et une femme pour fornication et insista pour les unir par le mariage[1].

Les hanbalites exigent le repentir conformément au verset : « Le fornicateur n’épousera qu’une fornicatrice ou une associatrice. Et la fornicatrice ne sera épousée que par un fornicateur ou un associateur ; et cela a été interdit aux croyants » (24 :3).

Quant à la question du délai de viduité à savoir est-ce que la fornicatrice devra observer un délai de viduité ou pas? Cela soulève une divergence entre les jurisconsultes « fouqaha ».

L’avis que nous choisissons est l’avis des hanafites, des shafi’ites et de ath-Thawri, à savoir : point de délai de viduité pour la fornicatrice, même si elle est enceinte à cause de la fornication. C’est également l’avis relaté d’après les trois califes Abou Bakr, ‘Omar et ‘Ali, que Dieu les agrées[2]. Ils se réfèrent au hadith suivant : « L’enfant appartient au lit, et le fornicateur n’a que les pierres »[3]parce que le délai de viduité a été établi afin d’éviter les conflits de paternité et de préserver la filiation paternelle. Or, la fornication ne peut établir la filiation paternelle, elle n’exige donc pas de délai de viduité.

Si l’homme se marie avec une femme enceinte d’autrui à cause de la fornication, ce mariage est valide selon Abou Hanifa et son élève Mohamed ibn al-Hassan. Ceci est l’avis adopté au sein de l’école hanafite, mais tout rapport sexuel avec elle lui est interdit jusqu’à ce qu’elle accouche et ce, conformément au hadith : « Il n’est pas permis pour tout homme ayant cru en Dieu et au jour du jugement dernier d’arroser de son eau la semence d’autrui »[4].

Par contre, si la femme est enceinte du fornicateur en question, le mariage est permis unanimement au sein de l’école hanafite et pour ceux qui permettent ce mariage. Il lui est permis, pour tous, d’avoir des rapports sexuels avec elle car la semence est la sienne et le fœtus est de lui.

Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche

[1] Rapporté par ash-Shafi’i dans « al-oum » (10/38), et par sa voie, l’a rapporté al-Bayhaqi (7/155) d’après Abou Yazid al-Makki : un homme épousa une femme. Elle avait une fille d’un mariage précédent et il avait un garçon d’un mariage précédent. Le garçon et la fille commirent la fornication et elle tomba enceinte. Lorsque ‘Omar arriva à la Mecque, on porta l’affaire devant lui. Ils les interrogèrent et les deux avouèrent. ‘Omar leur appliqua la sanction pénale (100 coups de fouet chacun) et insista pour les unir, mais le garçon refusa. La chaîne des transmetteurs du hadith est jugée bonne « isnad hassan »

[2] cité par Mohamed ibn al-Hassan ash-Shaybani dans « al-houjja ‘ala ahl al-madinah » (3/388 – 389) d’après Abou Bakr et ‘Omar. Le sens de ce hadith fut également rapporté par al-Bayhaqi dans « as-sounan » (7/155). Ibn Hazm l’a rapporté dans « al-mouhalla » (9/476), d’après Abou Bakr et ‘Omar et il cité (10/28) d’après ‘Omar ce qui va dans ce sens.

[3] Rapporté par al-Boukhari (N) 1948 et ailleurs) et Mouslim (n° 1457) d’après ‘Aïsha Le sens de l’expression « l’enfant appartient au lit » : l’enfant est affilié au propriétaire du lit, c’est-à-dire l’homme marié à la femme lors de l’accouchement de cet enfant. « le fornicateur n’a que les pierres » signifie :le fornicateur n’a que la privation et le regret, il n’a aucun droit sur l’enfant.

[4] hadith « hassan » (bon) rapporté par Ahmed (28/207, n° 16997), Abou Daoud (n° 2158, 2159) et al-Bayhaqi (7/449 et 9/124) d’après Rouwayfi’ ibn Thabit.

Voir également :

14 Commentaires

  1. Salem halikoum je suis une maman je suis perdue mon fils de 23 ans m’a avoué une histoire qu’il a eu avec une fille du même âge qu’il a eu son premier rapport avec elle et le pir c qu’elle est tombé enceinte et qu ‘elle à avorté il y a 3semaine en urgence manque d’oxygène pour elle et le bébé elle a des problème de cœur et qu’ils veulent se marier malgré cette grosse erreur je suis perdue que dois-je faire pour que leur mariage soit valide je suis sous le choc Salem halikoum merci d’avance

  2. Bonjour j ai une question un enfant consu avant que je me marie avec un autre homme sans que ce dernier ne sache qu il ne sagi pas de son enfant et le mari la reconnu alor ce mariage est validé ou pas et quel sera le châtiment de la mère que Allah lui reserve et même si la mère se repenti sincèrement et regrette mai n ause pas dire a son mari la vérité car ils ont eu entre temp d autre enfant que faire doit je lui dire ou pas

  3. Salam aleikum chers frères et soeurs.
    C’est avec une immense joie que je découvre ce blog. Gloire à Dieu!
    Ma présence ici est justifiée par une réelle quête de réponses à des inquiétudes qui se sont emparés de moi depuis quelques jours.
    En effet, je suis un jeune âgé de 26ans, né d’une famille musulmane (autrefois pas très pratiquante). J’ai grandi sans éducation religieuse; c’est à ma propre iniatiative que j’ai découvert les chemins des mosquées. Mais voilà, j’ignore beaucoup de notre réligion que j’aime pourtant.
    Mon manque de savoir et de prudence m’ont conduit à commettre beaucoup d’erreurs dans ma vie, notamment à avoir un enfant avec une non musulmane sans avoir été marié à elle.
    Mon enfant a bientôt deux ans, je l’aime de tout mon cœur. Je ne me suis pas éloigné de sa mère de peur de perdre contact avec ma fille. Récemment j’ai constaté que tout bascule dans ma vie: j’ai l’impression d’être emotionellemt instable, ce péché de fornication (qui s’est matérialisé dans ma vie par un enfant) me pèse sur la conscience. J’ai aujourd’hui envie de mener une vie saine, basée sur les lois d’Allah, le seul en qui je crois.
    J’ai entrepris de chercher à savoir ce que recommande l’islam dans une situation comme la mienne. Après quelques lectures sur divers sites islamiques, mon inquiétude a grandit : j’ai appris sur ces sites que l’enfant que j’ai ne devait même pas être affilié à ma personne car elle serait le fruit du mal. Cela m’a causé encore plus de peines car j’aime sincèrement mon enfant et refuse d’admettre que notre seigneur qui nous aime tant puisse me pousser à renier ce pauvre être qui n’a rien demandé. Cela dit, je reconnais avoir péché, et je suis honnêtement prêt à me repentir.
    Voici donc mes préoccupations :
    1- Allah acceptera-t-il mon repenti si je me marie à la mère de ma fille? ( je rappelle qu’elle n’est pas musulmane)
    2- si non, qu’en sera t-il si elle se repent elle aussi et se convertit à l’islam?
    3- comment pourrais-je procéder pour un réel repenti? Dois-je organiser une cérémonie particulière à la mosquée ?
    Éclairez-moi s’il vous plaît. J’ai réellement le souci de me mettre sur le sentier du bien et de mener une vie qui plaît à Dieu.
    Je vous remercie d’avance.
    Salam
    PS: A sa naissance, j’avais fait baptiser mon enfant à la mosquée.
    Qu’Allah me pardonne.
    Aidez-moi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom