Il est permis d’accepter des dons provenant d’individus, d’institutions ou de gouvernements, musulmans ou non musulmans, même si on est poussé à croire qu’ils s’agit d’argent illicite d’un point de vue islamique, sauf s’il s’agit  de biens illicites en soi tel que l’alcool ou le porc, car  accepter leurs donations est assimilé à l’acceptation du don « hiba ». Ceci est l’avis de la majorité des jurisconsultes « fouqaha ». Mais lorsque ces dons sont transférés aux musulmans, ils doivent être soumis aux lois musulmanes.

Si les dons proviennent de non-musulmans, deux cas constituent une exception à l’acceptation :

1-             Si ce don provoque l’affaiblissement de la loyauté du musulman envers l’islam et les musulmans.

2-             Si le don est conditionné parce qu’il porterait préjudice aux intérêts des musulmans.

(Cinquième session)

Extrait du livre Fatwas contemporaines, compilées et traduites par Moncef Zenati,
editions Havre De Savoir
Ouvrage disponible ici sur notre Libraire en ligne.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom