Les musulmans célèbrent deux fêtes religieuses dans l’année : « ‘Aïd à al-fitr » (la fête de la rupture du jeûne annonçant la fin du mois de Ramadan) et « ‘Aïd al-adha » (la fête du sacrifice en commémoration du sacrifice du Prophète Ibrahim, que la Paix de Dieu soit sur lui). S’il y a deux fêtes en islam, cela ne veut pas dire que le musulman n’a le droit de célébrer aucun autre événement dans l’année.

Bien évidemment, il n’y a rien de cultuel à fêter Al Mawlid, c’est à dire la naissance du Prophète (saws). Bien qu’il existe une divergence sur le fait que le Prophète (saws) soit né le 12 Rabi’a al Awal, il n’en demeure pas moins que le musulman peut saisir cette occasion pour réunir ses proches et discuter autour du Prophète (saws).

Toutes les occasions pour parler du Prophète (saws), le connaitre et l’aimer, ne sont pas des bid’as. Encore faut-il définir ce que nous entendons par bid’a, c’est ce que fait cheikh Moncef Zenati dans cette vidéo tournée en direct de la Mecque lors d’une ‘Omra organisée par Havre De Savoir en décembre 2014.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom