Nous avons évoqué auparavant qu’il existait des stations d’épuration, des étapes, des états spirituels indispensables pour l’itinérant qui désire emprunter le chemin de la réussite éternelle. Nous avons déjà cité quelques étapes dont le savoir, le repentir, la patience, la reconnaissance et la satisfaction.

Aujourd’hui, nous abordons une nouvelle étape dans notre cheminement spirituel, un autre fondement de la foi, à savoir, la crainte et l’espérance.

Dans son effort qu’il déploie pour gagner le Paradis et se mettre à l’abri de l’Enfer, l’être a besoin de deux ailes pour le porter tout au long de ce voyage, ce sont les ailes de la crainte et de l’espérance. La crainte du châtiment de Dieu et l’espérance dans la miséricorde de Dieu. Ces deux sentiments sont indispensables et indissociables. Le croyant doit associer ces deux sentiments de manière à ce que la crainte ne l’amène pas au désespoir car « Ce sont seulement les gens incroyants qui désespèrent de la miséricorde de Dieu » (Coran 12 , Verset 87). De même que l’espérance ne doit pas atteindre un stade lui procurant le sentiment d’être à l’abri du châtiment de Dieu. Dieu dit : « Se sentaient-ils à l’abri des ripostes divines ? Seuls les perdants croient échapper à la rigueur du Seigneur » (Coran 7, Verset 99).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom