La rétribution

Nous devons croire que, lors du dernier jour, les gens seront récompensés pour leurs œuvres bonnes ou mauvaises qu’ils ont accomplies dans le monde d’ici-bas. Dieu dit : « Ce jour-là, Dieu leur paiera leur juste salaire. Alors ils sauront que Dieu est la vérité évidente » (S 24 : V25). Il dit également : «  Quiconque viendra avec une œuvre bonne, recevra mieux encore. Quiconque viendra avec une œuvre mauvaise, eh bien, ceux dont l’œuvre est mauvaise n’auront que le salaire de leur œuvre » (S28 : V84). Le Messager de Dieu (saws) dit, d’après ce qu’il rapporte de Son Seigneur : « Ô Mes serviteurs ! Ce sont vos œuvres dont je tiens compte et c’est selon eux que je vous rétribuerai. Aussi, celui qui trouvera du bien, qu’il remercie Dieu, et celui qui trouvera autre chose, qu’il ne s’en prenne qu’à lui-même » (Mouslim).

La présentation des gens devant Leur Seigneur et la reddition des comptes

Nous devons croire que la rétribution de chacun se fera après un jugement équitable. Les gens se présenteront devant leur Seigneur. Des arguments en leur faveur ou leur défaveur seront établis. Tous prendront connaissance de ce qu’ils ont fait et liront leurs propres livrets. Nous devons donc croire à tout cela, car c’est la vérité qu’attestent Le Livre de Dieu, la Sunna et le consensus des savants musulmans.

Tous les serviteurs seront présentés devant Dieu qui veillera Lui même à leur jugement sans aucun intermédiaire. Dieu dit : « Ce jour-là l’échéante échera, le ciel se fendra, ce jour-là il sera brisé et les Anges seront au bord. Ce jour-là huit Anges porteront le Trône de Ton Seigneur sur leurs épaules. Ce jour-là vous serez présentés et aucun de vos secrets ne sera caché » (S69 : V15 à 17). Il dit aussi : «  Ils seront présentés en rangs à Ton Seigneur : « Vous voici revenus tels qu’une première fois Nous vous avons crées » (S18 : V48).

Tout musulman doit croire que chaque serviteur sera présenté à Son Seigneur qui le jugera en personne, sans aucun intermédiaire. ‘Adiy Ibn Hâtim (rad) a rapporté que l’Envoyé de Dieu (saws) a dit : « Il n’est pas un seul d’entre vous auquel Dieu ne parlera pas le Jour de la résurrection. Il n’y aura entre Dieu et lui aucun interprète. Il regardera devant lui et ne verra rien. Puis, il regardera devant lui et ne verra que le Feu. Que celui d’entre vous qui peut se prémunir contre le Feu, ne serait-ce qu’en offrant une demi-datte, le fasse » (al-Boukhari).

La présentation des gens à Dieu implique l’exposition et le dévoilement de leurs œuvres. On exposera à chacun ses péchés. S’il fait partie des hôtes du Paradis, il recevra son livret dans sa main droite, Dieu lui montrera ses fautes et les lui pardonnera. Quant à celui dont les désobéissances sont nombreuses et qui recevra son livret derrière le dos, il sera interrogé sur les détails de ses œuvres.

D’après Aïcha (que Dieu l’agrée), le Messager de Dieu (saws) a dit : « Celui dont on discutera les comptes sera soumis aux tourments ». Je dis : « Dieu ne dit-Il pas : « Celui qui recevra son livret dans sa main droite ne subira qu’un jugement aisé et retournera aux siens plein de joie ? ». Il dit : « Cela n’est en réalité que l’exposition des œuvres et quiconque sera jugé le jour de la résurrection sera perdu » (Al-Boukhari, Mouslim).

Par discussion des comptes, il convient d’entendre le jugement détaillé qui abordera tous les détails et exclura toute présentation d’excuses.

Il faut également croire que les serviteurs recevront les livrets de leurs actions le jour de la résurrection et les liront. Toute personne qui nie cela est incroyante. Dieu dit : «  Nous attachons l’œuvre de chaque homme à son cou. Et le Jour de la résurrection, Nous lui montrerons son livre ouvert : Lis ton livre, tu peux faire le compte, aujourd’hui, toi-même » (S17 : V13 et 14).

Nous devons aussi croire ce que Dieu dit à ce sujet : « Homme, tu courras vers Ton Seigneur et tu le rencontreras. Celui qui recevra son livre dans la main droite sera jugé avec indulgence et s’en ira vers ses pareils, avec joie. Mais celui qui recevra son livre derrière le dos invoquera la destruction et tombera dans le brasier. Il se réjouissait sur la terre  avec ses pareils, il pensait qu’il ne reviendrait pas. Mais si ! Son Seigneur n’était pas sans le voir » (S84 : V 7 à 15).

Ces livrets que lisent les serviteurs renferment les actions qu’ils ont accomplies dans le monde d’ici-bas et que les Anges ont consignées ; ces nobles gardiens et scribes dont Dieu dit : « Mais il y a des gardiens sur vous, de nobles scribes, ils savent ce que vous faites » (S82 : V 10 à 12) ; « Voici Notre Livre. Il parle contre vous avec vérité car Nous inscrivons vos actes » (S45 : V29). Ainsi, tout ce que ces nobles créatures inscrivent sera lu par les serviteurs le Jour de la résurrection.

Par la reddition des comptes [Hisâb], il faut comprendre le fait que Dieu exposera aux serviteurs, avant de quitter le lieu de rassemblement, leurs œuvres, leurs dires et leurs dogmes bons ou mauvais. Cela aura lieu lorsqu’ils recevront leurs livrets. Dieu dit : « Ensuite, c’est vers leur Seigneur que se fera leur retour et Il leur montrera leurs œuvres » (s6, 108).

A signaler que tous les gens ne seront pas jugés de la même façon :

Le jugement des uns sera aisé : leurs actes leur seront exposés, Dieu leur fera connaître en secret leurs péchés puis Il ordonnera qu’ils soient conduits au Paradis.

Par contre, il en est qui seront soumis à un interrogatoire détaillé et à qui il sera demandé d’avancer des excuses et des arguments, mais rien de tout cela ne sera accepté. Ils périront avec ceux qui périront [en Enfer]. Dieu ordonnera de dévoiler ouvertement leurs péchés devant toutes les créatures. C’est-à-dire que le croyant est tenu de se demander des comptes et d’entreprendre de bonnes œuvres tant qu’il peut encore le faire. Il doit aussi croire à la reddition des comptes et s’y préparer. Dieu dit : « Personne ne sera lésé de rien. Le poids d’une graine de sanve, nous le fournirons. Nous suffisons à faire les comptes » (S21 : V47).

D’après Abou Barza al-Aslamy (rad), le Messager de Dieu (saws) a dit : « Aucun ne sortira du lieu du grand rassemblement avant qu’on ne lui demande à quoi il a consacré sa vie, ce qu’il a fait de sa science, comment il a acquis ses biens et où il les a dépensés, à quoi il a usé son corps. » (at-Tirmidhy, at-Tabarani et Abou Nou’aïm).

Des hadiths authentiques indiquent que des gens de la communauté de Mohammad (saws) seront de par le bienfait de Dieu dispensés de la reddition des comptes et introduis au Paradis. L’imam Mouslim rapporte, d’après Abû Hurayra (rad) que l’Envoyé de Dieu (saws) a dit : « Soixante-dix mille membres de ma communauté entreront au Paradis sans jugement ».

Quant au comment de la reddition des comptes, nous devons nous en tenir à ce que nous apprennent le Coran et la Sunna. Ainsi devons-nous croire que Dieu fera connaître à chaque serviteur ses bonnes et mauvaises œuvres et des témoins fourniront à la demande de Dieu leur témoignage contre les serviteurs.

Sache que le jour de la résurrection, le désobéissant à Dieu aura contre lui onze témoins : la langue, les mains, les pieds, l’ouïe, la vue, la peau, la terre, la nuit, le jour, les nobles Anges gardiens et les biens matériels en plus des témoins humains. Dieu exalté a dit :

« Le jour où leurs langues, leurs mains et leurs pieds témoignent contre eux de ce qu’ils faisaient » (24 : 24).

« Jusqu’à ce qu’ils y arrivent et c’est alors que leur ouïe, leurs yeux et leurs peaux témoignent contre eux de leurs actions passées » (41 : 20).

« Chaque âme vint alors accompagnée d’un conducteur et d’un témoin » (50 : 21).

Selon Abou Houreyra (rad), le Messager de Dieu (saws) récita ce verset du Coran :

« Ce jour-là, la terre fournira ses informations ». Il dit : « Sais-tu ce que sont ses informations ? ». Je dis : « Dieu et Son Messager le savent mieux que moi ». Il dit : « Ses informations est son témoignage contre tout être ou toute nation concernant ce qu’ils auront fait sur elle. Elle dira : « Il a fait ceci et cela à tel ou tel jour ». Il dit : « Telles sont ses informations » (Ahmad, al-Baghawi, Ibn Hibban et at-Tirmidhi).

Anas (rad) rapporte ceci : « Nous étions auprès du Messager de Dieu (), il nous dit en riant : « Savez-vous ce qui me fait rire ? ». Nous dîmes : « Dieu et Son Messager le savent mieux que nous ». Il dit : « Parmi ce que dira l’homme à son Seigneur : « Seigneur, ne m’as-tu pas protégé de l’injustice ? Il dit : « Si ». Il dit : « Je n’accepte contre moi que le témoignage de l’un des miens ». Il dit : « Tu te suffis aujourd’hui à toi-même comme demandeur de comptes, en plus du témoignage des nobles Anges gardiens qui inscrivaient tes œuvres. On lui place alors un sceau sur sa bouche pour l’empêcher de parler. Dieu dit ensuite à ses membres : « Dites ce que vous savez sur lui ? » Ils citent alors toutes ses œuvres. On lui permet de nouveau de parler et il dit à ses membres : « Eloignez-vous de moi et soyez maudits ! C’est pour vous sauver que je me défendais » (Mouslim).

Dans un autre hadith, il est dit que: « Il ne se passe pas un seul jour pour le fils d’Adam sans que cet appel ne lui soit lancé : « Ô fils d’Adam ! Je suis une création nouvelle et je suis témoin de tout ce que tu fais. Fais donc du bien et je l’attesterai demain car, une fois que je serai parti, tu ne me reverras plus jamais. La nuit lui dit la même chose » (rapporté par Abou Nou’aïm).

Selon Abou Sâ’id al-Khoudri (rad) le Prophète (saws) a dit : « Les biens de ce monde sont tendres et doux. Qu’ils sont bons si l’on en donne au pauvre, à l’orphelin et au voyageur de passage ! Quant à celui qui les prend illégalement, il est comme celui qui mange et n’est jamais rassasié. Ces biens seront des témoins contre lui le jour de la résurrection » (Mouslim).

Nous devons également croire conformément à la parole du Messager de Dieu (saws) que Dieu sera Miséricordieux, lors de la reddition des comptes, envers les croyants à l’exclusion des incroyants. Parlant en secret avec son serviteur, Dieu  lui exposera ses péchés, sans discuter ses comptes. Il a été dit à Ibn ‘Umar (rad) : « Qu’as-tu entendu le Messager de Dieu (saws) dire à propos de la conversation confidentielle entre Dieu et Son serviteur dans la vie dernière ? Il répondit : je l’ai entendu dire : « Dieu fera approcher le croyant, Il le prendra sous Sa protection, le couvrira et lui dira : « Reconnais-tu avoir fait ceci et cela ? » Oui, Ô Seigneur répondra t-il, lorsque le croyant reconnaîtra tous ses péchés et pensera qu’il va périr, Dieu lui dira : « Je t’ai couvert dans le monde d’ici-bas. Et aujourd’hui, Je te pardonne ». Puis on lui remettra le livret des bonnes œuvres. Quant aux incroyants et aux hypocrites, les Témoins diront [à leur sujet] : « Ils ont menti contre Leur Seigneur. N’est-ce pas vraie que la malédiction de Dieu écrase les iniques ? » (al-Boukhari et Mouslim).

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.