Le contrat de mariage légal établi dans n’importe quel pays non-musulman est considéré comme un contrat juridiquement (islamiquement) valide s’il est conclu entre deux époux ne présentant aucun empêchement juridique interdisant ce mariage.

En effet, le premier élément constitutif du contrat de mariage juridique (islamique), à l’instar de tout contrat juridique est le consentement mutuel (l’offre et l’acceptation) des deux contractants. Or, cet élément est présent dans le contrat de mariage légal de même que la publication.

Quant à la présence des témoins, il s’agit pour certaines écoles d’une condition qui garantit l’annonce et la publication du mariage et cela est vérifié.

Quant au consentement du tuteur, il s’agit d’une condition qui ne fait pas l’objet d’un consensus entre les écoles. Si cette condition est réalisée, c’est pour confirmer la légitimité du mariage légal.

La seule chose qui pourrait invalider juridiquement le mariage légal en Europe, c’est le non-respect des empêchements juridiques.

En effet, il n’est pas permis juridiquement à l’homme de se marier avec sa sœur par allaitement, alors que ceci est permis par les lois européennes. Si un tel mariage a lieu, dans n’importe quel pays européen, il ne peut être considéré comme un mariage islamique étant donné la présence d’un empêchement juridique.

Mais si un mariage est légalement conclu entre un homme et une femme en absence de tout empêchement juridique, ce mariage est considéré comme un mariage juridiquement valide. Un tel mariage peut être reconnu par les tribunaux dans les pays musulmans.

 

Cheikh Fayçal Mawlawi,
Vice-président du Conseil Européen de la Fatwa et de l’Union Mondiale des Savants Musulmans (que Dieu lui fasse miséricorde)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom