La détermination d’un âge précis pour la bête destinée au sacrifice parmi les ovins et les bovins a pour but de s’assurer que la bête est consommable pour être sacrifiée. L’âge est l’indication qui permet de s’assurer de cela. Le principe est l’obligation du respect de la condition d’âge dans les situations ordinaires, tant que la croissance exigée ne se réalise pas avant cet âge, en particulier pour l’agneau qui connaît une croissance rapide en Europe, de même que les veaux d’engraissement qui croissent en quelques mois, que cette croissance se fasse naturellement ou par le biais des moyens d’engraissement.

Dans ce cas, ces bêtes sont sacrifiables car elles permettent de réaliser la finalité juridique visée par la condition d’âge. Il faut toutefois respecter les normes d’hygiène afin d’éviter les nuisances provoquées par l’immolation de bêtes malades.

A cette occasion, le Conseil attire l’attention des musulmans sur ce qui suit :

  • S’employer à se conformer aux normes d’hygiène exigées par les services sanitaires et vétérinaires dans les abattoirs professionnels.
  • Il est juridiquement permis au musulman de déléguer à autrui pour l’immolation du sacrifice, même dans un pays étranger, en particulier dans les pays où les musulmans subissent la persécution et la malnutrition.
  • En cas d’impossibilité de se procurer un sacrifice de l’abattoir le premier jour (le jour du sacrifice), rien n’empêche de le faire jusqu’au quatrième jour des jours de l’Aïd.

 

Septième session
Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom