«Là où l’on brûle les livres, on finit par brûler des hommes», disait l’écrivain et poète Heinrich Heine. L’histoire de l’humanité est jalonnée par la destruction des livres. Lors de la Reconquista, les autodafés ont été une des choses les plus horribles qu’ont commis les chrétiens.

Al Hamdulillah, tout l’héritage andalous n’a pas été brûlé. Une grande partie de cet héritage littéraire et scientifique a tout simplement été traduit. Le nom des auteurs a été remplacé, et le mérite est revenu à des intellectuels occidentaux.

Le professeur Hassan Iquioussen dévoile ici quelques plagiats commis à la chute de l’Andalousie musulmane.

 

2 Commentaires

  1. Bonjour,

    Le livre de Nas E. Boutammina est nommé: Les contes des mille et un mythes. Celui-ci est divisé en deux parties. Il y a donc “Les contes des mille et un mythes I” ainsi que “Les contes des mille et un mythes II”.

    Pour revenir sur ce que M. Iquioussen dit par rapport au plagiat, il faut également savoir qu’il n’y avait en fait, avant l’avènement de l’islam, aucun livre tel qu’on les connait aujourd’hui.
    Les Platon et Aristote ne sont que pure invention, et leur création n’a été faite que pour enlever l’attribution de l’origine des découvertes aux Musulmans. La traduction de leurs livres est aussi une invention.

    L’auteur Nas E. Boutammina l’explique bien dans un autre livre: “Le Rétablisme”. Il s’y efforce, de rétablir la vérité.

    Que le salut et la paix soit sur vous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.