La zakat est l’un des actes d’adoration les plus importants de l’islam. Le Coran l’a associé à la Prière dans vingt-huit versets.

La zakat en islam se distingue des autres impôts figurant dans les systèmes juridiques instaurés par les hommes. Pendant que l’impôt vise simplement à  amasser de l’argent pour la mise en place de la politique et des projets de l’Etat, la zakat, elle, vise à réaliser plusieurs objectifs, dans plusieurs domaines de la vie de l’individu et de la société. En effet, la zakat est en premier lieu un acte d’adoration que le musulman accomplit en espérant la satisfaction. En la payant, le musulman purifie son intention pour qu’elle soit accepté par Dieu, réalisant par la même l’objectif principal de la lieutenance « khilafa » de l’homme sur terre, à savoir, l’adoration de Dieu : « Je n’ai créé les djinns et les hommes afin qu’ils m’adorent … » (adh-dhariyat : 56). La zakat vise également à réaliser d’autres objectifs que nous synthétisons comme suit :

Objectif de la zakat pour celui qui la donne
  • La zakat purifie celui qui s’en acquitte de l’avarice et le libère de l’asservissement à l’argent. Or, il s’agit là de deux maladies parmi les maladies spirituelles les plus graves provoquant l’abaissement et la détresse de l’homme. C’est pour cette raison que Dieu dit : « Quiconque se prémunit contre sa propre avarice, ceux-là sont ceux qui réussissent » (l’exode : 9). Le Prophète (saws) dit : « Malheureux est l’esclave de l’argent, malheureux est l’esclave des habits luxueux … » (rapporté par al-Boukhari).
  • La zakat constitue une initiation à l’action de dépenser dans la voie de Dieu. Par ailleurs, Dieu a mentionné l’action de dépenser dans la voie de Dieu comme faisant partie des qualités inhérentes aux pieux dans leurs moments d’aisance comme dans leurs moments de difficulté, dans ce qu’ils font discrètement ou ouvertement. Dieu a associé la zakat à leurs principales qualités d’une manière absolue … Il l’a associé à la croyance à l’invisible, à l’imploration du Pardon divin dans les dernières heures de la nuit, à la patience, à la véracité, et à l’obéissance. Nul ne pourrait parvenir au niveau de dépenser avec largesse dans la voie de Dieu que s’il s’habitue à s’acquitter de la zakat qui correspond au seuil minimum de dépense obligatoire.
  • La zakat est une manière de faire preuve de reconnaissance vis-à-vis des bienfaits de Dieu, un remède contre l’amour excessif de ce bas monde et une purification de l’âme. Dieu dit : « Prélève de leurs biens une sadaqa par laquelle tu les purifies et les bénis» {le repentir : 103}. La zakat présente également une purification et un accroissement pour le bien matériel. Dieu dit : « Et toute dépense que vous faites dans le bien, Il la remplace et c’est Lui le Meilleur des donateurs» {Saba : 39}
Objectif de la zakat pour celui qui la reçoit
  • La zakat sort celui qui la reçoit du besoin, qu’il s’agisse d’un besoin matériel – nourriture, vêtement, logement – d’un besoin d’ordre vital – par exemple, le mariage – ou  moral et intellectuel tel que l’acquisition d’outils de connaissances, car la zakat est redistribuée pour répondre à tous ces besoins. De cette manière, le pauvre pourra contribuer à ses obligations sociales en ressentant qu’il représente un élément actif au sein de la société, au lieu d’être préoccupé par la recherche d’une bouchée, absorbé par les soucis quotidiens de la vie.
  • La zakat purifie celui qui la reçoit de la jalousie et de la haine, car lorsque le nécessiteux voit autour de lui des gens menant une vie d’aisance et d’opulence, sans leur venir en aide, son cœur est rarement épargné de la jalousie, de ressentiment et de haine à leur encontre et à l’encontre de toute la société, provoquant ainsi la rupture des liens de fraternité, la disparition des sentiments d’affection et le déchirement de l’unité de la société.

Par ailleurs, la jalousie et la haine sont des fléaux qui rongent l’individu sur le plan psychologique et physique, qui provoquent beaucoup de maladies telles que l’ulcère ou l’hypertension. Elles représentent également des fléaux au sein de la société toute entière. C’est pour cette raison que le Prophète (saws) a mis en garde contre ces fléaux en disant : « La maladie des peuples qui vous ont précédé vous est parvenu : la jalousie et la haine. La haine est celle qui rase. Je ne dis pas qu’elle rase les cheveux, mais elle rase la religion » (rapporté par al-Bazzar d’après une chaine de transmetteurs jugée « forte » (jayyid), et par al-Bayhaqi).

Objectifs de la zakat et son impact sur la société

Parmi les avantages de la zakat en islam, c’est qu’elle constitue à la fois un acte d’adoration et une organisation sociale. En tant qu’organisation, elle a besoin pour son exécution de fonctionnaires dont la mission est de la prélever auprès des riches et de la redistribuer à ses bénéficiaires légaux. Ces fonctionnaires forment le dispositif administratif de la zakat, et perçoivent leurs salaires de ses fonds. Et puisque la zakat correspond à une partie de l’organisation de la société musulmane, ses impacts sur cette société sont multiples, nous les synthétisons de la façon suivante :

  • La Zakat fut la première législation organisée qui a assuré la sécurité sociale d’une façon parfaite et complète. L’imam az-Zohri (décédé en 124h) a écrit à Omar ibn ‘Abdelaziz au sujet de la zakat : « … Elle doit être destinée au malade atteint d’une maladie chronique, à l’handicapé, à chaque pauvre atteint d’une maladie ou d’une infirmité qui l’empêche de subvenir à son besoin; aux pauvres qui mendient, aux prisonniers musulmans qui n’ont plus personne, aux pauvres qui se rendent aux mosquées et qui n’ont aucune ressource, à celui qui a été frappé par la pauvreté en étant endetté et à tout voyageur qui n’a aucun abri ni famille vers qui aller … »[1].
  • La zakat joue un rôle important dans la stimulation de l’économie, car si le musulman thésaurise son argent, il sera dans l’obligation de payer chaque année la zakat d’un montant équivalent au minimum à 2,5%, ce qui provoquera son épuisement. Aussi, il tient à le fructifier par le commerce afin de payer la zakat sur les bénéfices, et par conséquent l’argent passe d’un état de thésaurisation à celui de la circulation monétaire, l’économie est stimulée et la communauté tire profit de l’ensemble de ses fortunes.
  • La zakat contribue à atténuer l’écart entre les différentes classes sociales: L’islam reconnaît la différence des richesses car c’est la conséquence de la différence des prédispositions et des compétences, mais il refuse que les gens soient divisés en deux catégories : une catégorie vivant dans l’opulence, et une autre dans la détresse. L’islam tient à ce que les pauvres partagent l’aisance des riches, et tient à leur octroyer de quoi répondre à leurs besoins. La zakat fait partie des nombreux moyens que l’islam utilise pour parvenir à cette fin.
  • La zakat joue un rôle considérable dans l’éradication de la mendicité, dans la réconciliation entre les gens, même si les réconciliateurs sont amenés à supporter des frais financiers, car il est possible de les payer des fonds de la zakat.
  • La zakat contribue à présenter une alternative islamique aux sociétés d’assurances commerciales qui prélèvent de l’individu une petite somme et permettent à leurs riches propriétaires de réaliser de grands bénéfices. Quant à la zakat, elle est prélevée des riches pour être redistribuée aux plus affligés parmi les pauvres. Et la différence entre les deux est de taille.
  • La zakat joue un grand rôle dans l’encouragement des jeune au mariage et ce, à travers l’aide qu’elle leur procure en vue de couvrir ses dépenses. D’ailleurs, les jurisconsultes « fouqaha » stipulent que quiconque n’ayant pas la capacité de se marier à cause de sa pauvreté, bénéficie de la zakat de manière à l’aider à se marier car ceci fait partie de l’indispensable vital.

D’après « Simplification des règles des actes cultuels » de cheikh Fayçal Mawlawi (Ed. GEDIS)

[1] – « kitab al-amwal » de Abou ‘Oubeyd

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom