Parmi les secrets du Tawhid

 

Ces enseignements reposent sur un des précieux secrets du tawhid, à savoir que le coeur ne trouvera repos, quiétude et bien être que lorsqu’il aura atteint la compagnie d’Allah. Toute chose -autre que Lui- que l’on aime et désire, est aimée et désirée pour des raisons externes. Et seul l’Unique vers qui tout aboutit peut être aimé et désiré pour ce qu’Il est. De plus, il est impossible que les créatures soient l’oeuvre de deux créateurs. Quiconque fait aboutir son amour, son désir, sa volonté et son obéissance vers autre qu’Allah verra ce dernier rendre caduques ses oeuvres. Il quittera Sa compagnie et S’éloignera de lui alors même qu’il en le plus grand besoin. Et quiconque fait aboutir son amour, son désir, sa crainte et ses demandes à Allah goûtera aux délices, aux plaisirs, à la joie et au bonheur éternel.

Le serviteur est constamment soumis aux ordres divins et aux événements prédestinés. Pour les ordres divins, il a besoin- et c’est même indispensable- de l’aide d’Allah. Pour les évènements prédestinés, il a besoin de la douceur divine. La douceur divine lors des évènements prédestinés est proportionnelle à l’observance par le serviteur des ordres d’Allah. S’il obéit aux ordres divins de façon parfaite tant en apparence qu’intérieurement, la douceur d’Allah l’atteindra tant en apparence qu’intérieurement. S’il obéit aux ordres divins en apparence mais sans se préoccuper de leur réalité et de leur essence, la douceur d’Allah l’atteindra en apparence, mais son effet sera bien moindre intérieurement.

A la question: qu’est-ce que la douceur divine intérieur?

Nous répondons: il s’agit des sentiments qu’éprouve le coeur-tels que la quiétude, la sérénité, l’abscence de contrariété, de troubles, d’afflictions- lorsque les évenements prédestinés se produisent. Le serviteur fait alors preuve d’humilité envers son maître. Humble et déférent, il Le contemple avec son coeur. Son âme et ses pensées les plus secrètes éprouvent de la quiétude en Sa compagnie. La contemplation de la douceur divine à son égard le distrait de l’intense douleur qu’il éprouve. Il oublie cette dernière en raison du fait quil sait pertinemment qu’Allah choisit ce qu’il y’a de mieux pour lui, et du fait qu’il est un serviteur au sens propre du terme, auquel le maître intime des ordres, que celà lui plaise ou non. S’il s’en satisfait, il obtiendra la satisfaction du maître. Et s’il s’indigne, le maître sera en colère contre lui. Cette douceur divine intérieur est le fruit de ces sentiments internes. Elle augmente ou diminue en fonction de leur intensité.


Source: Les méditations d’Ibn Al Qayyim aux éditions Tawbah

Enregistrer

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom