Et ceux qui nous ont connus … parmi eux, certains se sont contentés de cette connaissance sans l’approfondir et sans nous avoir contactés pour collaborer avec nous dans ce que nous sommes en train d’accomplir, à savoir l’appel des gens au bien.

Ceux-là nous les invitons à œuvrer avec nous, et nous leur rappelons qu’ils sont coupables de péché et de manquement s’ils ne répondent pas à l’invitation, car le terrain est vaste et exige l’effort de tous et une action continue de la part de tous. Il n’y a donc aucun prétexte à l’inaction et ils n’ont aucune excuse devant Dieu et les gens.

Ceci est une catégorie … Une autre catégorie nous a connu, nous a rejoint et a collaboré avec nous, mais a fait plus de mal que de bien, car elle s’est apparentée aux frères musulmans mais a œuvré selon une voie différente de la leur. Ce fut donc une mauvaise propagande pour eux et une obstruction à leur mouvement éloignant d’eux les gens au lieu de les rapprocher. Quant à ceux-là, je les adjure à ce qu’ils soient de véritables frères se tenant aux enseignements authentiques des frères, ou à nous quitter, en les remerciant et leur jugement incombe à Dieu.

Nous espérons de la masse des musulmans de peser tout individu appartenant aux frères musulmans selon la balance de la législation et selon les bienséances de l’islam. Aussi, quiconque s’y conforme fait partie de nous et nous faisons partie de lui. Et quiconque en contredit une partie ou produit un comportement en contradiction avec celles-ci, nous nous dissocions de lui et il n’y a aucun lien entre nous et lui.

En effet, les frères musulmans ne manquent pas à leurs devoirs religieux. Ils ne transgressent pas les interdits de Dieu. Ils ne se donnent pas à la désobéissance. S’il arrive à l’un d’eux de commettre un péché, il ne le fait pas ouvertement, ne s’en vante pas et ne peut s’empêcher de s’en repentir. Aussi, quiconque néglige la Prière, prend à la légère les obligations religieuses ou commet le péché avec audace, sous-estimant l’action de commettre les péchés, se donnant au soupçon infondée et à la conjecture, ne fait pas partie de nous, et ceux qui nous ont connus se doivent d’éviter tout cela.

Avec ceci, les frères musulmans ne négligent pas l’adoration, mais ne commettent pas d’excès dans l’ascèse et ne néglige pas leur vie dans ce bas-monde au détriment de l’au-delà car cela ne fait pas partie de la voie du Prophète de l’islam (BDSL). Ils jeûnent et cessent de jeûner, ils veillent la nuit en adoration et se reposent, ils plaisantent et font preuve de sérieux, ils déploient leur effort dans la voie de Dieu et se détendent avec leurs amis et en compagnie de leurs familles. Ils œuvrent pour l’au-delà sans oublier la part de ce bas-monde. Quiconque commet de l’excès dans son adoration, met en avant son ascèse, néglige son devoir envers son travail, maltraite son épouse ou néglige un aspect de sa vie d’ici-bas sous prétexte d’accomplir son devoir pour l’au-delà, n’est pas sur la voie des frères musulmans et n’est pas du nombre de ceux qui œuvrent pour leurs principes.

Les frères musulmans savent parfaitement que Dieu a prescrit l’excellence dans toute chose. C’est pour cette raison qu’ils s’emploient à exceller dans toute action qu’ils entreprennent jusqu’à atteindre la perfection. Aussi, quiconque en fait moins alors qu’il est capable d’atteindre la perfection, ou fait preuve de négligence plutôt que d’excellence ne fait pas partie des frères musulmans et « Dieu aime, quand l’un de vous fait un travail, qu’il le perfectionne » (rapporté par Ibn Majah). Ceux qui nous ont connus doivent se rappeler ceci et agir en conséquence. Ainsi, l’étudiant doit être le meilleure parmi ses camarades, le travailleur doit être le meilleur parmi ses collègues, le commerçant doit être le plus honnête et le plus ingénieux de sa profession, le fonctionnaire doit être un modèle quant à l’accomplissement du devoir sous tous ces aspects, chacun de nous chargé d’un travail doit le perfectionner. Les gens ne doivent pas considérer les négligents comme faisant partie des frères musulmans quelques soient les insignes et les titres parmi les titres de la confrérie qu’ils s’attribuent.

Et les frères musulmans savent parfaitement que la religion réside dans les rapports sociaux et que le fait que celui qui est dans l’aisance ne paie pas sa dette contractée est une injustice. C’est pour cette raison qu’ils s’empressent de s’acquitter de leurs devoirs envers Dieu et sont en cela le modèle le plus noble. Certains de leurs commerçants ne cessent, après de nombreuses années, de s’acquitter de leurs dettes commerciales, au minimum un jour avant leur échéance et ce, afin que le frère préserve son honneur, sa dignité et son rang. Aussi, quiconque remet sans cesse à plus tard, sans raison, le remboursement de ses dettes n’est pas des nôtres. Quiconque convoite ce que les gens ont en leur possession n’est pas des nôtres. Celui qui rembourse mal ses dettes n’est pas des nôtres. Car la voie de la prédication est tout autre. Par conséquent, ceux qui nous ont connus doivent être des modèles d’honnêteté et d’acquittement.

Après tout cela, les frères musulmans savent parfaitement que l’éthique est le fondement de leur prédication et que lorsque Dieu a voulu faire l’éloge de Son Prophète (BDSL), notre exemple, il a mis en avant sa morale éminente. Par ailleurs, Dieu a corrélé la bonté et le succès des gens à la bonté de l’âme. Dieu dit : « Et par l’âme et Celui qui l’a harmonieusement façonnée ; et lui a alors inspiré son immoralité, de même que sa piété ! A réussi, certes, celui qui la purifie. Et est perdu, certes, celui qui la corrompt » (91 : 7 – 10). C’est pour cette raison que le frère musulman impose constamment à son âme la purification spirituelle, l’observation divine et l’examen de conscience en vue de s’imprégner des nobles caractères.

– Aussi, le frère musulman est  véridique et ne ment pas « Seuls forgent le mensonge ceux qui ne croient pas aux versets de Dieu » (16 :105)

– Il est un homme de parole. Il ne trompe pas et ne manque pas à sa promesse.

– Il est indulgent. Il ne se met pas rapidement en colère et ne profère aucune vulgarité.

– Il est pudique. Il ne profère pas de mauvaises paroles et n’approuve pas ce qui est blâmable.

– Il est courageux et proclame la vérité ne redoutant pour cela aucun reproche.

– Il est intègre et place son honneur au-dessus de toutes les fins éphémères.

– Il est juste, reconnaissant la bonne action et estimant la mauvaise action à sa juste valeur, et prend de toute chose ce qu’elle a de meilleure.

– Il est un bon gestionnaire. Il analyse parfaitement les choses puis emprunte le meilleur chemin pour y parvenir.

– Il pardonne et repousse la mauvaise action par la bonne action, sauf si les interdits de Dieu sont transgressés, auquel cas, rien ne pourrait faire face à sa colère.

Chers frères qui nous ont rejoints : soyez un modèle d’éthique et de vertu. Si vous ne l’êtes pas, faites un effort intense et continu sur vous-mêmes. Si vous réussissez, rendez la louange à Dieu sinon vous serez, à plus forte raison, incapable de réformer les autres, car celui qui est privé d’une chose ne peut l’offrir à autrui.

Chers frères qui nous ont rejoints : Ne désespérez pas, mais essayez et œuvrez, tel est le degré des persévérants. Dieu dit : « Et quant à ceux qui déploient des efforts dans notre voie, Nous les guiderons certes sur Nos sentiers » (29 :69)

Hassan al-Banna

La revue « an-nadhir » 22 Mouharram 1358H/ 1939

Traduit de l’arabe par Moncef Zenati

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom