La première décade de ce mois béni durant laquelle Allah Le Clément fait descendre  toute Sa Miséricorde s’est achevée.

Comment avons-nous chercher à jouir de cette Bénédiction divine alors même qu’ « Allah swt nous regarde rivaliser d’ardeur dans ce but et nous vante auprès de Ses anges[1] » ?

La voie de la Miséricorde nous est ouverte, accourons pour y trouver la repentance et l’absolution de nos fautes. Nul besoin de rappeler que celui qui observe le mois de jeûne avec la ferme conviction de se rapprocher de son Seigneur voit ses péchés absouts[2].

Notre finalité est le Paradis, visons l’excellence « el Firdaws el Aala’ » dans son plus haut degré pour pouvoir l’atteindre nous devons parfaire notre comportement car personne n’y accédera tant qu’il y aura un atome de péché en lui c’est dire l’importance de la purification.

 Ainsi, cheminons vers Dieu….

Et comment se purifier de toute souillure si ce n’est par le Pardon…

Nous entrons dans le milieu du mois de Ramadan pendant lequel les portes du Pardon nous sont ouvertes !

Renouons les liens avec notre Créateur et ressoudons les liens avec les créatures…

Nous avons besoin de ces deux éléments essentiels pour aller vers Dieu et lutter conte notre égo, c’est ainsi se prévaut la verticalité de la relation avec le Divin qui nourrit l’horizontalité  de la relation avec l’Humain.

Pour atteindre notre objectif suprême qu’est le paradis, nous ne pouvons déroger à la règle de la demande du pardon. Demander au Créateur l’absolution de nos fautes paraît telle une évidence pour beaucoup, peu d’entre nous se soucie de demander pardon à Ses créatures. A tous ces êtres qui nous entourent, que l’on offense sans parfois même le savoir,  inconsciemment, prenons donc  toute la mesure et la conscience de nos actes et nos paroles en allant vers les autres en quête du pardon.

Il est tellement difficile de demander pardon car c’est en quelque sorte reconnaître ses torts, faire aveu de ses erreurs, pointer du doigt ses défauts, avouer ses faiblesses. Somme toute, cela montre à quel point nous sommes faillibles…

Il nous est tellement difficile de pardonner et pourtant Dieu Le Très-Miséricordieux dont nous implorons le Secours, ne nous prive pas de Son pardon…alors qu’Il sait tout et qu’il a connaissance de tout ce qui est visible et invisible, de tout ce que nous montrons en apparence et de tout ce que nous dissimulons…

Demander l’absolution de nos péchés et offrir son pardon aux hommes, telle est la droiture sur le chemin de la réussite ici-bas et dans l’Au-delà.

Ô combien il est simple d’aller vers Celui qui pardonne.  Le Clément, Le Sage est tout proche,  prêt à recevoir nos demandes et à accepter notre repentir : «  Si Mes serviteurs t’interrogent à Mon sujet, qu’ils sachent que Je suis tout près d’eux, toujours disposé à exaucer les vœux de celui qui m’invoque ». Et quelle belle nouvelle ! « Allons vers Dieu en marchant Il vient vers nous en courant[3]»…

Demandons pardon à Celui qui pardonne au-delà de tout pardon…Celui qui est Plein de compassion ….

Pardonnons à notre tour comme l’on aimerait que l’on nous pardonne, ne tenons pas grief à ceux qui nous ont déçus, blessés ou trahis et demandons pardon également à ceux qui nous entourent pour tous nos manquements, nos erreurs et nos défaillances.

Et Allah Le Très-Haut est L’Absoluteur, Le Grand Pardonneur et Il aime le Pardon …

 

Safiya M 

 


[1] Le prophète (SAW) a dit:
«Le Ramadan est venu à vous! C’est un mois de bénédiction. Allah vous enveloppe de paix et fait descendre la miséricorde. Il décharge des fautes et Il exauce les demandes. Allah vous regarde rivaliser d’ardeur dans ce but et il se vante de vous auprès de Ses anges. Montrez à Allah le meilleur de vous-mêmes, car est bien malheureux celui qui est privé de la miséricorde d’Allah, Puissant et Majestueux!». (Ibn Majah)

[2] «Celui qui jeûne le mois de Ramadan, en connaissant et en respectant avec vigilance les règles du jeûne, expie son passé». (Boukhari)

[3] Selon Abou Dharr (das), le Prophète (bsdl) a dit: «Dieu honoré et glorifié a dit: «Celui qui vient avec la bonne action en aura dix pareilles ou plutôt Je lui en ajoute encore plus. Celui qui vient avec la mauvaise action, la récompense d’une mauvaise action est une mauvaise action pareille et il se peut que J’absolve. Celui qui se rapproche de Moi d’une palme. Je Me rapproche de lui d’une coudée. Celui qui se rapproche de Moi d’une coudée, Je Me rapproche de lui d’une envergure. Celui qui vient vers Moi en marchant, Je vais vers lui en courant et celui qui Me rencontre en ayant avec lui la contenance de la terre comme péchés, mais ne M’associant aucune chose, Je le rencontre avec la contenance de la terre comme absolution». (Rapporté par Moslem)

 

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom