« Rien n’empêche d’acheter une mosquée en ayant recours à de l’argent dont l’origine est illicite dont son propriétaire s’est purifié, à l’instar des intérêts accumulés auprès des banques usurières, ou d’un héritage légué par son père ou son grand-père. Il est interdit à celui qui a acquis cet argent d’en tirer profit. Par contre, il est licite pour les pauvres et voies du bien dont les mosquées et ce qui s’y rapproche. Par ailleurs, une fatwa à ce sujet a été publiée par l’académie du droit musulman « majma’ al-fiqh al-islami » affilié à la ligue islamique mondiale. »

Le cheikh fait allusion à la décision de l’académie du droit musulman « majma’ al-fiqh al-islami » affilié à la ligue islamique mondiale. » rendue en 1986 dont voici un extrait: « Tout argent provenant des intérêts usuraires est juridiquement illicite. Il n’est pas permis au musulman d’en tirer profit, que ce soit pour le profit du détenteur du compte ni pour quiconque étant à sa charge et ce, dans n’importe quel domaine qui le touche. Cet argent doit obligatoirement être donné dans le domaine de l’intérêt général des musulmans tel que les écoles, les hôpitaux et autres. La donation n’est pas à titre d’aumône, mais à titre de purification de l’illicite. En aucun, il est permis de laisser ces intérêts aux banques usurières … »

Réponse de Cheikh  Dr. Youssef al-Qaradawi