Le sentiment de Foi

Quoique nous constations que beaucoup d’encre et de salive ont coulé à propos des maux dont souffre la renaissance islamique contemporaine, nous pensons que l’un de ces maux majeur qui n’a pas été étudié à fond est notamment la carence de sentiment de Foi qui devient de plus en plus criarde.

Entendons par sentiment de Foi ce sentiment qui pousse à réagir positivement aux enseignements divins et qui constitue un catalyseur dans la marche des croyants vers plus de progrès. Ce sentiment de Foi escompté est loin d’être un enthousiasme fanatique et aveugle qui pousse à poser des actes irréfléchis qui ont des conséquences néfastes.

Le sentiment de Foi recherché auquel nous faisons allusion est ce sentiment qui fut un don d’Allah aux musulmans, et qui leur assura une très grande vitalité au fil des siècles. Le dévouement spontané de ces musulmans à adorer Dieu, et aussi à défendre leur Foi, n’est dû en réalité qu’à ce sentiment. Certes, la vigueur de ce sentiment rend tout sacrifice supportable, tandis que toute défaillance de ce sentiment pousse les uns et les autres à être de plus en plus égoïstes et avares.

Mais hélas, le mode de vie individualiste de la civilisation matérialiste, favorisant l’égoïsme, a fini par avoir raison des bons sentiments de Foi, ce qui a eu pour conséquence directe l’émergence d’une atmosphère d’iniquité incompatible avec tout bon sentiment de Foi. Cette carence de sentiment se manifeste par le peu d’égard accordée aux actes cultuels, qui sont exécutés sans grande attention, et la rareté des gens pieux qui implorent leur Seigneur les larmes aux yeux.


Comment acquérir le sentiment de Foi ?

Le  but de cette recherche n’est pas de détailler les affaires de la foi et de l’esprit, car beaucoup de livres, dans le passé et actuellement, ont largement traité ce sujet. Citons le livre Rawhaniyat ad-Da’ya de ‘Abd Allah ‘Olwan, qu’Allah lui fasse miséricorde, qui a bien traité ce sujet, il a mentionné en cela neuf piliers :

  • Sentir la surveillance d’Allah en permanence
  • Se rappeler la mort et ce qui vient après
  • Se rappeler l’au-delà et ses terreurs
  • Réciter le Coran avec méditation et humilité
  • Étudier à fond la biographie du Prophète (saws)
  • Étudier les biographies de ceux qui ont atteint le degré de connaître Allah, qu’Il soit exalté.
  • Se rappeler Allah, qu’Il soit exalté, à tout moment et en tout lieu.
  • Pleurer de crainte d’Allah
  • S’approvisionner en adorations surérogatoires en permanence.

Chacun de ces points peut être développé en un livre entier, mais il est utile de les mentionner de cette façon brève. […]

S’attacher aux beaux Noms d’Allah et à Ses attributs

Cet attachement, en plus d’avoir un grand effet sur l’âme, créé l’humilité et la soumission à Dieu. Abou al-Hassane an-Nadawi dit : « C’est en cela que réside le secret de mentionner en détails les Attributs d’Allah, Ses bienfaits, Ses faveurs, de les louer, et d’y retourner sans cesse, car les Attributs provoquent l’amour, suscitent la tendresse et créent l’ardeur envers Allah. C’est en cela que réside le secret de les détailler dans le Coran, c’est ce qui a été appelé « la négation globale et l’affirmation détaillée » par quelques savants et imams.

L’amour d’Allah ne jaillit que de l’affirmation et l’attestation de Ses noms et de Ses Attributs qui alimentent les cœurs en tendresse et en nobles sentiments. Autant la négation des caractéristiques incompatibles avec la divinité est l’œuvre de la raison, autant l’affirmation des Hauts attributs de souveraineté est l’œuvre du cœur autrement dit de la sensibilité.

Sans ces Hauts Attributs et ces Noms mentionnés dans le Coran et dans la Sunna, aimés par les pieux, glorifiés par les dévots, cette religion serait telle du bois, sans cœur, incapable de stimuler l’émotion de ses adeptes, de susciter l’enthousiasme en eux, de verser la tendresse dans leur cœur, dans leurs prières l’humilité, dans leurs yeux les larmes et dans leur djihad le dévouement.

Sans ces Noms et ces Attributs, la relation du serviteur avec son créateur serait limitée, morte, sans âme et sans souplesse. La vie serait monotone, dure, sans sentiment, ni émotion, ni tendresse, et donc quelle différence entre la vie et la mort, et entre l’homme et les solides. »

Comment s’attacher à ces Noms et Attributs
  • Connaître leur sens

Celui qui connaît le sens du Dominateur, du Contraignant, ressent l’humilité et la soumission. Celui qui connaît le sens du Créateur, du Capable et se verse dans la connaissance de l’univers avec tous ses mystères, son cœur s’attendrit. Celui qui connaît le sens du Témoin, s’abstient de commettre les interdits, et sent la surveillance d’Allah même s’il est seul…etc.

Ainsi la connaissance du sens de ces Noms et Attributs mène le serviteur à adopter un mode de vie et un chemin qui mènent à la satisfaction de Dieu.

  • Les utiliser dans les invocations

Celui qui sollicite de Dieu des ressources, qu’il L’invoque par le nom Ar-Razzaq (le Grand Pourvoyeur), celui qui ressent la peur, qu’il L’invoque par as-Salam (l’Apaisant) et al-Mo’mine (le Rassurant) et celui qui se retrouve dans une impasse, qu’il utilise al-Kafi (Celui qui suffit comme Soutien), celui qui est malade et qu’il utilise ach-Chafi (Celui qui guérit).

Il est très étrange de nos jours que les gens ne s’intéressent qu’à l’aspect théologique et théorique de ces Noms et Attributs, ce qui se limite à une analyse et une étude logique. Quant à l’effet salvateur de ces Noms et de ses Attributs il est de plus en plus relégué au second plan par un grand nombre de prédicateurs et de savants.

Nous constatons malheureusement qu’un grand nombre de savants s’attellent à démontrer les contours de ces Noms et Attributs contrairement à la méthode suivi par les premières générations de musulmans que cette phrase résumait : « Enseignez-les comme ils sont » c’est-à-dire sans discuter du comment. Allah, qu’Il soit exalté, a dit : « Il n’y a rien qui lui ressemble ; et c’est lui l’Audient, le Clairvoyant » (S42 V11)

Le plus étonnant, c’est que nos bons prédécesseurs, que Dieu soit satisfait d’eux, ne parlaient pas aux gens de ces côtés théoriques, mais ils insistaient sur la conduite pratique et la concrétisation de la compréhension des Noms et Attributs dans la vie quotidienne, comme la confiance en Dieu, l’humilité, la soumission, le repentir, ou la glorification de Dieu.

Ils n’abordaient ce sujet qu’au besoin préférant épargner aux gens des explications inutiles sans résultat palpable. Par ailleurs, l’iman Malik, miséricorde de Dieu sur lui, a désavoué de parler aux gens de quelques hadiths concernant les Attributs, et ce non pas parce qu’ils ne sont pas authentiques mais pour ne pas embrouiller le commun des musulmans.

Extrait de l’ouvrage « Le sentiment de Foi » par Cheikh Mohamed Moussa ach-Charif
Non édité en France

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom