Nous t’avons montré que cette croyance était une chose innée chez les esprits purs et ancrée dans la raison pure elle aussi, une connaissance quasi évidente soutenue par les conclusions conduites par la raison génération après génération. C’ est pourquoi les physiciens européens et autres, la partagent sans pour autant s’être référés à l’une ou l’autre religion.

Nous allons te citer quelques-uns de leurs témoignages, non pour affirmer notre croyance  mais pour l’enraciner au fond de soi et pour couper court à qui voudrait rompre avec les éléments de la foi et induirait par conséquent son propre esprit en erreur.

      1. Descartes, le philosophe français : «  Malgré mon sentiment d’imperfection, je ressens en même temps la nécessité de l’existence d’une entité parfaite et je me vois contraint de croire que ce sentiment à été ancré en moi par cette même entité parfaite, dotée de toutes les qualités de perfection : Dieu. »

En disant cela, Descartes atteste de la faiblesse et de l’imperfection de son être, de l’existence de la perfection de Dieu, tout en reconnaissant que son sentiment et cette impression sont un don de Dieu qui lui à été fait, quelque chose d’inné : « C’est Dieu qui a voulu que cette croyance fût inhérente à la nature de l’homme… » (30,30)

      2. Issac Newton, le célèbre scientifique anglais qui à découvert la loi de la gravité: « Ne doutez pas de (l’existence) du Créateur, car il est inconcevable que le hasard seul régisse l’univers. »

      3. L’astronaute anglais Herschel : « Chaque fois que le domaine de la connaissance s’étend, augmentent les preuves convaincantes et solides de l’existence d’un Créateur éternel, tout Puissant et Infini. Les géologues, les mathématiciens, les astronomes et les naturalistes ont ensemble contribué à construire la citadelle du savoir : une construction qui relève de la grandeur de Dieu seul. »

      4. Lenet, cité par la français Camille Flammarion, dans son livre intitulé Dieu dans la nature : « Dieu, Etérnel, Infini, Savant en toutes choses et Capable de tout, m’a fait voir les merveilles de Sa création au point où j’en ai atteint l’étonnement. Quelle Puissance ! De quelle sagesse et de quelle originalité Il a fait preuve dans les choses créées, qu’il s’agisse de la plus infime ou de la plus grande !Les bienfaits que nous tirons de ces oeuvres témoignent de la grandeur de la bonté de Dieu qui les mises à notre disposition. Et tout comme la perfection et l’harmonie de la création sont signes de l’étendue de la sagesse divine, la préservation et le renouvellement des choses créés témoignent de Sa majesté et de Sa grandeur. »

       5. Dans le même sens l’anglais Herbert Spencer dans son Essai sur l’éducation : « La science est en contradiction avec les mythes mais elle ne l’est pas avec la religion. Dans beaucoup de sciences naturelles on trouve une tendance à l’esprit areligieux mais la science véritable qui va au-delà des connaissances superficielles et qui atteint les vérités essentielles est exempte de cet état d’esprit. La physique n’est pas incompatible  avec la religion, car s’adonner aux sciences naturelles est une prière muette et une reconnaissance silencieuse du caractère précieux des choses que l’on observe, que l’on étudie pour ensuite reconnaître la puissance de leur Créateur. Cette pratique n’est pas une louange verbale mais une célébration concrète. Ce n’est pas un semblant de dévotion mais une dévotion dont les fruits consistent à sacrifier du temps, de la réflexion et du travail. Un tel savoir n’emprunte pas le chemin de l’arbitraire pour faire comprendre à l’homme l’impossibilité de saisir la Cause Première qu’est « Dieu », mais il nous trace la voie la plus à même de nous faire accéder à cette chose impossible en nous montrant tous les aspect des limites à ne pas dépasser. Il nous arrête à cette frontière avec douceur et indulgence et nous fait voir de manière exceptionnelle, l’insignifiance  de la raison humaine devant ce qui dépasse la raison…

Il donne des exemples pour étayer son propos : « Le scientifique qui observe une goutte d’eau sait quelle se compose d’oxygène et d’ hydrogène en proportion particulière, si bien que si ces  proportions étaient différentes il s’agirait d’autre chose que de l’eau. Il se rend compte de la grandeur, de la force, de la sagesse et de l’étendue du savoir du Créateur avec plus d’intensité que celui qui n’y verrait qu’une simple  goutte d’eau. Sans doute le scientifique qui observe le flocon de neige et en regarde au microscope la belle composition et la finition précise, saisit-il également davantage la beauté et la sagesse minutieuse du Créateur, que la personne qui sait seulement avoir affaire à de la pluie qui à durci en raison du gel. »

Les propos des scientifiques à ce sujet sont innombrables mais les citations que nous en avons faites suffisent. Nous avons pris ces exemples uniquement pour que nos jeunes sachent que leur religion à du poids : elle vient de Dieu. La science ne fait que la renforcer davantage conformément à la parole divine : ce « Nous continuerons à leur montrer Nos signes, aussi bien dans l’Univers qu’en eux- mêmes, jusqu’à qu’ils reconnaissent que le Coran est bien la Vérité. Ne suffit-il donc pas que ton Seigneur soit Témoin de toute chose ?  » (41,53)

 

 Extrait du livre « Textes originaux » de Hassan AL-BANNÂ, traduit par Naïm AFIF, édition TAWHID

 

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom