Le gouvernement s’est attaqué depuis 2014 au gaspillage alimentaire en France, en tentant de trouver des solutions durables. Objectif : diminuer par 2 le gaspillage d’ici à 2025. En moyenne, pour un foyer de 4 personnes, 20 à 30 kilos/an de produits alimentaires consommables sont jetés, dont 7 kilos de nourriture encore emballée [1]. Par foyer, le gaspillage représente un budget de plus de 400€ : de quoi nourrir une famille entière pendant plus d’un mois !

Sans parler bien sur du gaspillage alimentaire des grandes surfaces. En France, chaque grande surface produit 200 tonnes de déchets par an — sans que l’on connaisse toutefois la part de denrées consommables. Pour éviter la consommation des aliments jetés, certaines n’hésitent pas à les asperger de javel.

Les mesures prises depuis un an par le gouvernement sont encore insuffisantes, et visent plus à la sensibilisation des ménages comme des entreprises. Mais c’est un début…

Parmi les mesures phares, le Sénat a annoncé en Février la suppression de la « date limite d’utilisation optimale« , la fameuse DLUO, sur les produits alimentaires non-périssables. Le projet de loi qui a déjà été adopté par l’Assemblée nationale, fera l’objet d’un vote solennel ce Mercredi 3 mars 2015. Car en effet, cette DLUO induit les consommateurs en erreur. Petit éclaircissement oblige…

Qu’est-ce que la DLUO ?

La réglementation en matière de date de péremption permettait jusqu’à maintenant d’afficher 2 types de dates :

La DLC : Date limite de consommation. Au delà de cette date, l’aliment est considéré comme dangereux pour la santé. Il est donc préférable de ne plus le consommer. La DLC se présente sous la forme « A consommer jusqu’au… ». Les aliments concernés par la DLC sont par exemples : les viandes, les plats cuisinés, certaines conserves ou certaines sauces.

La fameuse DLUO : Date limite de consommation optimale. Cette date indique simplement une limite de consommation avant que l’aliment ne perde ses qualités en terme de saveur, de couleur, ou de texture. Pour autant l’aliment n’est pas périmé et reste toujours consommable et non dangeureux pour la santé. D’où ce terme de « consommation optimale« , il faut entendre par là « pour que le gout, la texture ou l’aspect soit optimal ».  La DLUO se présente sous la forme « A consommer de préférence avant…« .  Les aliments concernés par la DLUO sont plus généralement : le café, les pâtes, les pâtisseries sèches ou les biscuits.

A savoir : Certains aliments comme le yaourt peuvent être consommés plus de 3 semaines après la date indiquée sur le paquet !

Comment lutter contre le gaspillage alimentaire ?

Si le Sénat adopte le projet de loi, l’affichage de la date de péremption sur les emballages devrait donc déjà vous aider à y voir plus clair. Autre conseil simple mais efficace : ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre, tant en faisant ses courses, qu’en cuisinant, afin d’éviter de jeter des plats cuisinés pour 6, mais consommés à 2 ! N’oublions pas qu’une mesure simple consiste à partager ce qu’il nous reste avec de la famille, ou un voisin, il n’y a pas de honte en cela !

Et bien sûr… savoir cuisiner les restes !

Rappelons que tout gaspillage constitue un péché en Islam, et qu’il en est de notre responsabilité d’user des bienfaits de Dieu sans démesure. Ce que rappelle brillamment Hassan Iquioussen dans une vidéo récemment publiée (voir bas de page).

Soyons donc responsables face à nos actes, apprenons à connaître les aliments dans nos placards, et à les utiliser comme il se doit !

Assiba D.

 

[1] http://alimentation.gouv.fr

1 commentaire

  1. Parce que les sciences islamiques sont avant tout des sciences de la vie, voilà des sujets trop peu aborder mais capitaux…
    Excellent article !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom