Je t’ai regardé dormir, paisible dans ce lit orné de roses que ton papa et moi avons choisi avec précaution, comme si l’on choisissait un truc qui allait être décisif pour le reste de notre vie…

Je t’ai regardé dormir en me disant que tu avais drôlement grandi…et en me rappelant chacun de tes frères et sœurs qui ont dormi paisibles comme toi…jusqu’à ce que leurs jambes devenues trop grandes dépassent du petit lit….

Je t’ai regardé dormir et pour la première fois je n’ai pas eu ce sentiment infini d’accomplissement, d’amour et de plénitude que peut ressentir une maman qui regarde son enfant dormir…

Je t’ai regardé dormir et je n’ai pas pu ressentir ce sentiment car une autre image est venue se percuter à la tienne…c’est l’image de cette petite fille recouverte de poussière…allongée, inerte dans une rue d’Alep…son père à ses côtés…elle devait avoir ton âge.

Alors une multitude d’autres sentiments sont venus heurter mon humanité de plein fouet.
L’indignation, la colère, l’impuissance… Comment ne pas se sentir concerné par le drame qui se vit à quelques pas de chez nous ? Est-il seulement possible d’être traversé par l’idée de discuter la venue de ce peuple ici ? Juste l’idée qu’un débat à ce sujet puisse avoir lieu donne la nausée….Alors que le seul moyen de ne pas mourir est la fuite, l’exil, le déracinement…comment certains peuvent-il conditionner cette fuite, cet exil, ce déracinement ?
L’humanité est en deuil, les cœurs sont morts, l’empathie n’existe donc plus ?
Par l’immobilisme et le silence nous avons assassiné l’espoir et déshumaniser un peuple.

Je t’ai regardé dormir en réfléchissant à cette idée : jamais je ne pourrais te faire de mal, toi ma fille mon infini bonheur…bien sur que non jamais !!!

Et puis je me suis rappelée que si j’avais été syrienne, si tu ne dormais dans ce lit à barreau…dans un geste ultime de désespoir j’aurais pu décider de mettre fin à tes jours afin que d’autres ne le fassent pas. Souvenons-nous qu’à quelques kms de chez nous, des pères et mères de famille n’ont pour seule issue que la mort de leur enfant…de leurs mains….parce que la voir arriver par les mains d’autres sous un regard impuissant est pire que de les tuer !

Regardons nos enfants dormir toujours mais souvenons-nous de ça ! Là est notre devoir…pour le reste prions car Dieu seul est notre Garant….

Charlotte VD

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom