Depuis un peu plus d’un demi-siècle, le monde occidental vit dans ce qu’ils appellent : les droits de l’Homme. Mais on remarque que ces droits, qui sont apparus récemment dans le monde occidental, étaient présents dans la législation de l’Islam avec laquelle est venu notre Prophète Muhammad (saws). Le premier verset qui fût révélé est « Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé, qui a créé l’homme d’une adhérence, Lis ! Ton Seigneur est le Très Noble, qui a enseigné par la plume, a enseigné à l’homme ce qu’il ne savait pas » (96 : 1 – 5). Et parmi les versets les plus connus et propagés parmi les gens « Certes, Nous avons honoré les fils d’Adam. Nous les avons transportés sur terre et sur mer, leur avons attribué de bonnes choses comme nourriture, et Nous les avons nettement préférés à plusieurs de nos créatures » (17 : 70). Et parmi les merveilleuses paroles connues de Omar ibn Al-Khattab : « Depuis quand vous attribuez-vous le droit de réduire en esclavage des hommes, alors que leur mère les a engendrés libres ? ». Tout cela démontre que l’Islam a le devant dans ce qu’on appelle les droits de l’Homme. C’est autour de ce sujet là que nous allons nous arrêter aujourd’hui, car il y a quelques jours, exactement le mardi 10 décembre, c’était la journée mondiale des droits de l’Homme.

Il y a un  point important sur lequel nous allons nous arrêter, c’est que certaines personnes, s’ils ne trouvent pas un mot ou une expression précise, comme : les droits de l’homme, s’ils ne trouvent pas cette expression dans les livres de notre patrimoine, ils pensent que son sens n’est pas présent, et cela est faux, car en vérité, toute civilisation a ses expressions et ses termes précis et déterminés. La position de l’Islam sur cette question-là, est que l’Islam préserve les droits de l’individu d’une autre manière, c’est qu’il préserve les droits en préservant les obligations et en les protégeant. Car le raisonnement de l’Islam repose sur le devoir et l’obligation plus qu’il ne repose sur le droit. Alors que la civilisation occidentale repose précisément sur les droits, chaque personne demande ses droits, mais qui à la fin accomplit ses obligations ? L’islam veut que chaque individu accomplisse ses obligations, et de cette manière-là les droits seront préservés. Si le père de famille accomplit son devoir alors ainsi les droits de l’enfant seront préservés, et si l’enfant accomplit son devoir envers son père alors les droits du père seront préservés. Si le gouverneur accomplit son devoir envers son peuple alors les droits du peuple seront préservés, et ainsi de suite. Donc, si les devoirs et obligations sont accomplis, les droits seront préservés.

L’homme en Islam est responsable, et il sera questionné sur cette responsabilité, alors que dans la civilisation occidentale l’homme est toujours demandeur. Dans la législation islamique l’homme dit : que dois-je faire ? Alors que dans la civilisation occidentale l’homme dit : qu’est-ce qui me revient ? Il veut donc prendre et se procurer, alors qu’en Islam, l’Homme donne. Donc, si chacun accomplit son devoir alors toute personne ayant un droit se le procurera, et ainsi nous atteindrons les finalités voulues.

La liberté religieuse :

Nous allons nous arrêter quelques instants sur plusieurs droits afin de voir la position de l’Islam en ce qui les concerne. A propos de la liberté de conviction, l’Islam n’a jamais été imposé par la force à quiconque, au contraire il a décrété que la liberté de conviction et de religion est protégée et garantie. Le Prophète a refusé la demande de Toufayl ibn ‘Amr ad-Dawsi quand il a souhaité qu’on envoi avec lui une armée puissante afin d’amener son peuple à l’Islam avec force, le Prophète (saws) lui dit « Retourne vers ton peuple, prends soin d’eux, et sois doux et clément envers eux ».

Une autre fois, un compagnon est venu vers le Prophète afin qu’il fasse entrer ses deux enfants à l’Islam par force, alors la parle d’Allah fût révélé « Nulle contrainte en religion ! Car le bon chemin s’est distingué de l’égarement » (2 : 256). Jamais le but des musulmans n’a été d’imposer l’Islam par la force, car celui qui entre en Islam, il y entre avec certitude et en étant convaincu. Donc la liberté est un principe présent et décrété dans notre religion, la liberté de conviction comme on vient de voir, la liberté de pensé, la liberté de parole et de critique…Mais toute liberté qui entraine un méfait contre soi-même ou contre autrui doit être empêché, car ta liberté se termine où commence la liberté d’autrui.

Tous les Hommes sont égaux :

Aussi l’Islam a imposé l’égalité entre les gens, dans les droits et les devoirs. Et c’est une chose que l’Islam a décrété et confirmé à plusieurs reprises. Il n’y a pas de différenciation entre un homme et une femme, ni entre différentes couleurs de peaux, ni entre riches et pauvres, la noblesse se fait en fonction de la piété et des bonnes œuvres, Allah dit « ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus afin que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d’entre vous auprès d’Allah est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand-Connaisseur » (49 : 13).

Lorsque ‘Amr ibn al-‘As était gouverneur en Egypte au temps de ‘Omar ibn al-Khattab, le fils de ‘Amr ibn al-‘As fit une course contre un copte, et ce dernier gagna la course. Furieux, le fils de ‘Amr ibn al-‘As frappa le copte avec un fouet et lui dit : je suis le fils des deux nobles. Le copte allât alors jusqu’à Médine voir le calife ‘Omar ibn al-Khattab et lui présenta le cas. ‘Omar appela alors de toute urgence ‘Amr et son fils. Quand ils vinrent, il donna l’ordre au copte de se faire justice lui-même en infligeant au « fils des deux nobles » le même châtiment qu’il endura, ce qu’il fit. Puis ‘Omar se dirigea vers ‘Amr et lui dit : « Depuis quand vous attribuez- vous le droit de réduire en esclavage des hommes, alors que leur mère les a engendrés libres ? »

Donc tous les droits, individuels, sociétaux, politiques, économiques, et autres, sont présents dans notre religion, même s’ils ne sont pas formulés de manière juridique comme on le voit aujourd’hui. Donc tous ces droits, l’Islam les préserve, il préserve aussi des droits que l’occident ne reconnaît même pas, comme certains droits familiaux : le proche a un droit sur son proche, le proche en difficulté a un droit sur son proche vivant dans l’aisance, l’Islam peux même lui imposer le paiement d’une pension. Ces droits-là, la civilisation occidentale ne les reconnaît pas.

Un dernier point, c’est que tous ces droits de l’Homme que l’occident connaît aujourd’hui, ils les ont acquis qu’après lutte et combats durant plusieurs siècles, alors qu’en Islam, ces droits ont été décrétés par Allah sans que personne ne les demande. Le droit des pauvres par exemple, est-ce que les pauvres et nécessiteux ont fait des manifestations et ont demandé aux riches de leur donné leurs droits, non, mais c’est Allah Lui-même qui a décrété leur droit « sur les biens desquels il y a un droit bien déterminé, pour le mendiant et le déshérité » (70 : 24 – 25).

Ayyoub Filali, étudiant en sciences islamiques à l’IESH de Château Chinon

Enregistrer

3 Commentaires

  1. « le proche en difficulté a un droit sur son proche vivant dans l’aisance, l’Islam peux même lui imposer le paiement d’une pension. Ces droits-là, la civilisation occidentale ne les reconnaît pas. »

    Ce n’est pas tout à fait exact.Dans le code civil,il y a des articles qui stipulent que les ascendants ont des obligations alimentaires envers leurs descendants et vice versa.
    Je ne sais pas en islam ,ce qu’il en est de cette obligation alimentaire et jusqu’à quelle degré de parenté ,elle est étendue.Mais en France ,on voit des enfants qui à cause de leurs études longues ,n’ont pas de ressource et qui traine leur parent défaillant qui sont sommé de payer une pension alimentaire le temps que les études se terminent.
    Si les droits ne sont pas inscrits dans des textes et n’ont que valeur morale pour les concernés ,il sera tres difficle aux interessés de faire valoir ces dit-droits.En cela ,l’occident a surpassé les musulmans dans la pratique d’une certaine justice effective et efficiente.Rendons à cesar ,ce qui est à cesar .

  2. Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé, qui a créé l’homme d’une adhérence, Lis ! Ton Seigneur est le Très Noble, qui a enseigné par la pl…ce message n’est pas adressé au prophète Mohammed(sws)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom