Islam-Green-Vector-Art-Wallpaper-1600x900 (1)

 

L’Islam, la foi et le bien agir

Un jour, j’ai interrogé mes élèves: «Si un étranger venait vous voir et vous dirait: Je dispose d’une heure de temps durant laquelle je voudrais comprendre l’Islam”, comment le lui expliqueriez-vous?»

Ils m’ont répondu: «C’est impossible, il faut avoir étudié la science de l’Unicité (at-Tawhîd), l’art de réciter le Coran (at-Tajwîd) et son exégèse, la tradition du Prophète (as-Sunna), la juridiction islamique et les fondements (science des bases de la juridiction islamique). Il se trouvera confronté à des problèmes, dont il ne sortira pas avant cinq ans.»

Je leur ai répondu: «Gloire à Dieu! Le bédouin ne venait-il pas au Prophète Mouhammed , il restait auprès de lui au plus une journée, apprenait l’Islam et le portait à sa communauté? Il devenait alors pour elle un guide et un enseignant et pour l’Islam, un prédicateur et un transmetteur.»

Plus frappant encore, le Prophète n’a-t-il pas expliqué en trois phrases toute la Religion (la foi, l’Islam, la bienfaisance) dans un propos appelé les «Questions de Gabriel»? Pourquoi ne l’expliquerions nous pas aujourd’hui en une heure?
Tout courant de pensée, bon ou mauvais, toute association, utile ou nuisible ; et tout parti œuvrant pour le bien ou pour le mal tous ont des principes, des fondements et des croyances qui fixent leurs buts, orientent leur cheminement et tiennent lieu de statuts pour leurs membres et leurs adeptes.

Quiconque veut devenir membre d’une association, commence par analyser ses principes. S’il les accepte et croit en leur véracité et qu’il n’en doute point, demande l’adhésion. Il a alors l’obligation de respecter les statuts, de payer la cotisation fixée par le règlement intérieur et de montrer par son comportement son attachement à ces principes, il doit se les rappeler en permanence ; n’accomplir aucun acte les contredisant, mais plutôt être un bon exemple et un membre effectif de cette association. L’adhésion à une association nécessite une connaissance de son règlement, une croyance en ses principes, un respect de ses décisions et un comportement conforme à ses lois.
C’est une situation générale qui s’applique à l’Islam. Celui qui veut entrer en Islam doit en premier lieu accepter ses bases rationnelles, jusqu’à ce qu’elles deviennent pour lui une croyance. Ces bases reviennent à croire que ce monde matériel n’est pas toute chose et que la vie d’ici-bas n’est pas toute la vie. L’homme existait avant sa naissance et continuera à exister après sa mort. Ce n’est pas lui qui se donne l’existence, il existait avant de se connaître lui-même (durant sa vie fœtale). Ce ne sont pas non plus les créatures inertes autour de lui qui lui ont donné l’existence, car il a une raison et elles n’en ont pas.
C’est Dieu, l’Unique, qui l’a créé, ainsi que ce qui l’entoure. Lui Seul donne la vie ou la mort. Il a créé toute chose et s’Il veut, Il peut l’anéantir. Ce Dieu ne ressemble à aucune chose de ces mondes. Ancien, Il n’a pas de début; Eternel, Il n’a pas de fin; Puissant, Il n’a pas de limites à Sa puissance; Savant, rien n’échappe à Son savoir; Juste, mais Sa justice absolue ne peut être jugée par les critères de la justice humaine. C’est Lui qui a établi les lois que nous appelons «lois de la nature» ; Il a créé chaque chose avec mesure et a précisé depuis l’éternité ses détails et ses différences et tout ce qui lui adviendra – concernant les vivants et les inertes – de mouvement ou de repos, de stabilité ou de mutation, d’action et d’inaction.

II à donne a l’homme une raison par laquelle il juge beaucoup de choses mises à disposition. II lui a donne une raison lui permettant de choisir et la volonté de réaliser ses choix.

II a crée après cette vie éphémère une vie continuelle dans l’au-delà où le bienfaiteur trouvera sa récompense et le malfaiteur, sa punition. Ce Dieu est Seul et Unique, II n’a pas d’associé qu’on adore avec Lui, n’a pas d’intermédiaire qui rapproche de Lui ou intercède auprès de Lui, sans Son agrément. L’adoration sincère sous tous ses aspects Lui est exclusivement réservée.
Dieu a crée des créatures matérielles visibles qui peuvent être saisies par les sens et d’autres, invisibles pour nous, dont certaines sont inertes et d’autres vivantes et responsables. Parmi les vivants, il y a ceux destinés au bien, ce sont les anges; d’autres au mal, les diables ; d’autres sont un mélange : il y a les bons et les mauvais, ce sont les hommes et les djinns.

Dieu désigne des hommes et leur révèle Sa Législation, par l’intermédiaire de l’ange Gabriel, afin qu’ils la transmettent aux autres hommes : ce sont les envoyés.

Ces Législations révélées du ciel sont dans des Livres et des Feuillets, la plus récente abroge ou rectifie la plus ancienne. Le dernier de ces Livres est le Coran; ceux qui l’ont précédé ont subi des changements, ont été perdus ou oubliés. Le Coran, lui, est resté intact.

Le sceau des prophètes et des envoyés est Mouhammed Ibn ‘Abdullah, arabe et qurayshite, il est venu clore les Messages, aucun prophète ne viendra après lui.
Le Coran est la constitution de l’Islam, celui qui ajoute foi à sa révélation divine (al-Wa.hî) et qui y croit globalement est appelé croyant. Seul Dieu connaît la sincérité de cette Foi, les hommes ne pénètrent pas les cœurs et ne savent pas ce qu’ils recèlent ; de ce fait, afin que ce croyant devienne membre de la communauté, il doit déclarer cette Foi en prononçant les deux attestations suivantes: «J’atteste qu’il n’y a de dieu si ce n’est Dieu Lui-même et j’atteste que Mouhammed est le Messager de Dieu».

Lorsqu’il les prononce, il devient Musulman, «citoyen» authentique de l’État musulman, ayant tous les droits. Il doit accepter d’accomplir les devoirs que lui demande l’Islam. Ces devoirs (ou actes religieux) sont peu nombreux, faciles, n’entraînant ni grande peine ni gêne.

Cheikh Ali At-Tantawi, Connaître l’Islam, extrait tiré des p.47 à 51.

2 Commentaires

  1. Salam’aleykoum,
    BarakAllahoufik pour ce récit.
    Évidemment que sans méditation, sans connaissance, les mots ne viennent pas pour expliquer des choses simples parfois.
    Se mettre à pratiquer est une bénédiction et comme tout début d’apprentissage, celui qui se pose des questions, demande. Le savoir et les connaissances ne sont pas une imagination, ils requièrent une instruction conforme.

  2. Les musulmans eux memes ne savent pas ce qu’est l’islam.Ils sont hyper conformistes et croient qu’il n’y a qu’une bonne façon d’etre musulman,celle des bedouins du 6 siècles ap JC.Alors comment voulez vous qu’il l’explique aux autres.C’est ce qui a entrainé dans sa chute lecalifat, à savoir l’etroitesse d’esprit et le manque d’imagination.
    Quand les gens se mettent à pratiquer ,on dirait des gosses qui ne peuvent plus aller pisser sans demander l’avis de leur cheikh.Plus de spontaneité et encore moins d’enthousiasme spirituel en embrassant cette voie

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.