Un article paru dans le journal “le Parisien” avance un certain nombre d’informations incorrectes et infondées. Aussi, nous souhaitons nous exprimer ici afin de rétablir la vérité.


Tout d’abord, l’Institut Européen des Sciences Humaines (IESH) de Paris a toujours été et reste toujours ouvert aux journalistes et aux chercheurs qui veulent connaître l’IESH et parler de ses activités comme en témoigne le grand nombre d’entretiens réalisés ces dernières années.


L’IESH de Paris, qui est un institut d’enseignement supérieur privé, a toujours travaillé dans la totale transparence et la parfaite légalité en effectuant toutes les démarches nécessaires auprès des administrations compétentes.


Les cours de l’IESH de Paris sont publics et ouverts à tous sans aucune distinction. L’IESH de Paris a accueilli parmi ses étudiants de nombreux non musulmans, croyants ou non. Nos programmes et nos cours sont publiés et consultables en ligne depuis quelques années dans la plus grande transparence.


L’IESH de Paris, dans ses programmes et ses enseignements, observe une rigueur scientifique et académique. Il respecte ses valeurs de modération et de juste milieu et défend une approche réformiste pour un enseignement théologique qui s’inscrit dans la modernité et le cadre laïque de la République. L’objectif premier de l’IESH a toujours été d’apporter une formation complète et équilibrée à ses étudiants. Cela permet à l’IESH de former des imams et des cadres religieux éduqués, intégrés à la société, et intellectuellement préparés pour lutter contre toutes formes de dérives et d’extrémismes et promouvoir une pratique de l’islam sereine et apaisée.


L’IESH de Paris suit une politique d’ouverture sur plusieurs plans. Très actif depuis des années dans le domaine du dialogue interreligieux, il participe aux côtés de l’Institut Catholique de Paris aux activités du Groupe d’Amitié Islamo-Chrétien (GAIC), en particulier dans le cadre de la semaine annuelle d’amitié islamo-chrétienne. Acteur civique et solidaire, l’IESH de Paris organise par exemple tous les ans au sein de son établissement des journées de collecte de sang par l’EFS. Conformément à l’esprit de fraternité et d’entraide de l’IESH, les étudiants accompagnés et soutenus par leurs professeurs, ont initié et organisent régulièrement des maraudes en faveur des sans-abris de la ville de Saint-Denis. Au-delà de ces exemples, d’autres activités sociales et culturelles rythment la vie de l’IESH de Paris qui se veut une institution ouverte sur son environnement.


Les nombreux imams et enseignants formés par l’IESH de Paris qui exercent dans des mosquées et des écoles sont connus pour leurs compétences, leur intégrité et leur sens de la modération et de la responsabilité. Beaucoup parmi eux ont d’ailleurs participé à des reportages les montrant dans leurs activités, leur engagement interreligieux et citoyen.


L’IESH de Paris s’est déjà exprimée au sujet d’Inès Madani qui n’a pas suivi de cursus à l’IESH de Paris. Cette jeune femme s’était inscrite en cursus de Langue Arabe et a arrêté après quelques semaines et n’est jamais revenue. Elle n’a donc jamais suivi de cursus ni n’est diplômée de notre institut. Nous ne connaissons pas la seconde personne citée dans l’article. Nous rappelons que l’IESH accueille toute personne majeure désireuse de s’inscrire dans la mesure des places disponibles. Comme pour tout établissement, il n’est pas en notre pouvoir d’avoir accès à des informations confidentielles. En revanche, nous dénonçons avec rigueur tout discours ou acte contraires aux valeurs et lois de notre pays. (http://www.lavie.fr/actualite/societe/ines-madani-la-djihadiste-qui-voulait-faire-exploser-notre-dame-20-09-2019-100447_7.php).


M. Ahmed Jaballah, le doyen de l’IESH de Paris, est une figure reconnue en France depuis 40 ans pour ses conférences, ses cours, ses participations dans les colloques scientifiques et universitaires. Ainsi, il a activement participé à la réflexion sur l’enseignement de la théologie musulmane dans trois colloques scientifiques à l’Université de Strasbourg. Il a également été régulièrement invité par le Ministère de l’Intérieur pour participer aux Assises de l’islam organisées place Beauvau avec d’autres responsables musulmans. Dans toutes ses interventions et publications, il a toujours été fidèle à un esprit d’ouverture et de modération.


La phrase attribuée par M. Décugis à M. Jaballah ne repose sur aucune preuve et n’a jamais été écrite ni prononcée par ce dernier. M. Jaballah réfute ces propos tant dans leur forme que dans leur fond et a d’ailleurs publié un démenti détaillé accessible à tous (https://ahmedjaballah.com/2017/06/18/prive-dementi-concernant-la-citation-mensongere-luoif-est-une-fusee-a-deux-etages/).

onfiant quant à la rigueur de sa gestion administrative et financière et à l’intégrité morale de ses dirigeants, l’IESH de Paris se tient évidemment à la disposition des autorités et administrations compétentes pour apporter tout élément relatif à son fonctionnement. Nous rappelons que nos comptes sont certifiés par un Commissaire aux Comptes. Dans l’article, l’accusation à demi-mots sur le « train de vie » des dirigeants est un mensonge éhonté.
L’IESH de Paris souhaite enfin que les dossiers relatifs à l’enseignement de la théologie musulmane et plus globalement à l’islam soient traités avec responsabilité et professionnalisme. L’IESH a toujours réservé le meilleur accueil aux journalistes qui souhaitaient fournir une information fiable et professionnelle concernant l’IESH de Paris.
I

ESH DE PARIS
Le 7 août 2020

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.