“Mon exemple ici est d’être ambassadeur de l’Islam, auparavant je n’étais pas musulman, contrairement à beaucoup d’entre vous, j’imagine !

À travers mon intervention, je ne souhaite pas vous parler de moi, mais vous parler de ma découverte de la foi musulmane alors que rien m’y prédestiné…”

Ainsi débute la conférence de Abdessalam LIPPOLD, durant celle-ci il nous raconte son cheminement et son rapport particulier au Coran.

Résumé partiel de la conférence

“Mon exemple ici est d’être ambassadeur de l’Islam, auparavant je n’étais pas musulman, contrairement à beaucoup d’entre vous, j’imagine !”

À travers mon intervention, je ne souhaite pas vous parler de moi, mais vous parler de ma découverte de la foi musulmane alors que rien m’y prédestinait.Je suis l’aîné d’une famille de 3 enfants, de confession chrétienne. J’étais plutôt pratiquant avec de temps en temps une participation aux messes du dimanche. Mais avec le temps, les études et l’air ambiant, j’ai été détaché de la religion Chrétienne, et je suis devenu Déiste, c’est-à-dire je croyais en l’existence d’un Dieu mais sans me rattacher à une pratique en particulier. Je me contentais seulement d’une prière quotidienne le soir, à ma manière.

Alors comment je me suis intéressé par l’Islam ? J’ai étudié en banlieue parisienne où j’avais des amis de confession musulmane. Paradoxalement, ce ne sont pas eux qui m’ont poussé à m’intéresser à cette religion, à vrai dire sans lui porter de l’animosité j’y étais indifférent. Je n’étais ni pour ni contre et j’aimerais souligner qu’on pense souvent que les gens ont un avis prédéterminé sur l’Islam, que soit on l’apprécie ou on ne l’apprécie pas. Or, beaucoup ont un avis neutre, tout simplement parce qu’ils ne s’y intéressent pas. Ceci s’adresse aux femmes voilées, ou j’aimerais dire qu’il ne faut pas s’imaginer, qu’il n’y a que des personnes qui ont une vision négative de ce que vous portez sur la tête. Mais qui disposent tout simplement d’un regard neutre, comme moi-même dans le passé.

Donc parallèlement à tout ça, même si je n’étais pas un pratiquant, j’avais un attrait pour l’au- delà et pour ceux qui avaient vécu des expériences de mort imminente.

C’est seulement quand j’ai fini mes études que j’ai eu le temps de me consacrer à mes recherches. Et là, je suis tombé sur des vidéos sur YouTube, au sujet des conquêtes islamiques, avec les empires Omeyyades et Abbasside et c’est à ce moment que j’ai eu une première porte ouverte sur l’Islam.

De fil en aiguille, je me suis intéressé à l’histoire de l’Islam, et ensuite progressivement à celle des compagnons et du Prophète SWS.

J’ai parlé de cet intérêt à l’Islam à une amie qui a saisi l’occasion pour m’offrir un exemplaire du Coran contenant une biographie du Prophète SWS. Peu après cela, j’ai fait la découverte du livre de Maurice Bucaille « La Bible, le Coran et la science », me permettant ainsi de voir que le Coran était dans la droite ligne des religions Abrahamique, et que celui-ci était une sorte de correction des erreurs qui ont été faites auparavant.

Avant l’âge de 23-24 ans je ne savais même pas que Jésus AS était considéré comme un prophète parmi les musulmans. Et il y a beaucoup de personnes dans ce cas.

Dans la continuité de mes recherches, je suis tombé sur les vidéos de prêcheurs américain, à travers eux c’est tout le côté miraculeux du Coran qui a retenu mon attention.

En approfondissant sur ce point, et en m’instruisant davantage, je sentais cette foi qui montait en moi, et malgré moi je commençais à m’initier aux pratiques musulmanes en apprenant la Fatiha, mais pour autant je n’étais toujours pas musulman. On a tous un cheminement, j’étais convaincu dans mon cœur, mais pourtant ma conversion s’est faite quelques mois plus tard, sur les conseils d’un frère. Celui-ci m’a dit « Comment se fait t’il que tu en saches autant sur l’Islam et pourquoi tu te convertis pas ? » Dans ma tête, je me disais, j’ai le temps, je ferai ça plus tard. Il me dit: « On se trouve toujours des excuses et shaytan nous fait toujours procrastiner, avec des excuses comme ne devient pas musulman maintenant » À ce moment je me suis dit que c’est vrai, mais que je ferai ça à un autre moment car je suis fatigué. Le frère ajouta « Parfois, on peut se dire, ce n’est pas le bon jour je suis fatigué et d’autres excuses » et enfaite il venait de répondre à l’excuse précise que je m’étais fait dans ma tête. J’ai pris ceci pour un signe et c’est à ce moment que je me suis converti sur-le-champ.

Ce qui était important à mes yeux, c’était de me dire Qu’Allah m’avait mis tous les signes devant moi, de sorte que je n’ai pas d’autres choix que d’accepter, ou de rejeter cette vérité.

Maintenant, je vais arriver au point qui m’a poussé à un livre. Au début de ma conversion tout allait bien, arrivant ensuite diverses épreuves me touchant sur ma foi, et je commençais à douter. Pour me rassurer, je me suis accroché à contempler la nature parfaite du Coran, en listant tous les points démontrant que le Coran n’a pas pu être fait par des hommes.

Ils sont souvent appelés miracle du Coran, mais à titre personnel, je les appelle des signes Divins.

Voici quelques uns qui m’ont particulièrement marqué :

  • Sourate 2 Verset 143 : Allah Dit Qu’Il à fait de nous une communauté du juste-milieu or, ce verset est placé au milieu de la sourate al Baqara.
  • Adam et Issa n’ont pas eu de père, curieusement, ils sont cités chacun 25 fois dans le Coran.
  • La sourate de l’Abeille est la 16ème sourate du Coran et l’Abeille possède 16 paires de chromosomes.

Cela fait plusieurs années que je suis dans l’Islam. Je n’avais pas de but me donnant la sensation d’être un hamster dans une roue. Mais cette quête du savoir m’a permis d’aboutir à l’Islam. Je pense que plus nous consacrons d’efforts, plus nous obtenons des résultats. J’aimerais dire qu’il est normal d’avoir des baisses de foi et qu’il faut l’accepter. Car parfois il y a beaucoup de souffrance et on l’alimente soi-même. Par contre nous devons faire les efforts pour renforcer notre foi: ça peut passer par différentes actions ou différentes lectures chacun, doit trouver ce qui convient à lui-même.

Je vous recommande d’être patient envers vos proches non-musulmans. Voyez ceci comme un fruit qui mûrit, car parfois il peut être cueilli trop tôt il sera mauvais alors que parfois il suffit d’encore un peu de temps pour qu’il soit parfait.

Pour en savoir plus sur la RAMHA 2019 : https://www.havredesavoir.fr/8eme-rencontre-annuelle-des-musulmans-du-havre/

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.