La louange est à Dieu. Que la paix et la bénédiction de Dieu soient sur notre imam Mohamed, ainsi que sur ses frères parmi les prophètes et messagers, sur leurs familles, leurs compagnons et ceux qui les ont suivi jusqu’au jour du jugement dernier.

Ceci est une fatwa que j’édicte à l’attention du peuple égyptien, toutes factions et composantes confondues. Ceux qui ont agréé Allah comme seigneur, l’islam comme religion, le coran comme guide et mode de vie, Mohamed (sbdl) comme prophète et messager et qui ont fait de la législation musulmane – avec sa globalité, son harmonie, son équilibre et sa modération – une référence pour eux.

Lorsque les choses se compliquent et que les gens sont déroutés, ils ne trouveront rien de meilleur ou de plus pur que le livre de Dieu et la Sunna de son Messager.

L’essentiel de ma fatwa, partagée par un grand nombre de savants d’Al-Azhar d’Egypte, du monde arabe et musulman et de l’union mondiale des savants musulmans, que j’ai l’honneur de présider, réside en ce qui suit :

Les égyptiens ont vécu pendant trente ans – pour ne pas dire soixante ans – privés du droit d’élire leur président à qui ils confieraient leur gouvernance de leur propre choix, jusqu’à ce que Dieu leur permette, pour la première fois, de choisir eux-mêmes un président, selon leur propre volonté, en la personne de Mohamed Morsi.

En l’élisant, tout le peuple, civils et militaires, élus et citoyens, lui ont prêté allégeance, y compris le général Abd Al-Fatah Sissi (ministre de la défense au sein du gouvernement de Hichem Qindil), qui a prêté serment d’allégeance au président Mohamed Morsi devant nos yeux.

Il respecta son allégeance jusqu’à le voir soudainement changer. Il passa donc, de simple ministre à détenteur de la haute autorité par laquelle il justifia la destitution de son président et rompit son serment d’allégeance, rejoignant ainsi une partie de citoyens, insurgés contre l’autorité, se prétendant de ce fait être avec la majorité.

Le général Sissi et ceux qui ont soutenu sa démarche se sont trompé d’un point de vue constitutionnel et islamique.

Du point de vue constitutionnel. Le président élu démocratiquement doit sans aucun doute et discussion, poursuivre sa fonction jusqu’à la fin de son mandat de quatre ans tant qu’il en a la capacité et tant qu’aucun handicap ne l’empêche d’honorer celle-ci.

Concernant les erreurs, Mohamed Morsi a admis, personnellement, en avoir commis.

Il appartient aux différentes forces politiques de le rectifier, de le conseiller et de faire preuve de patience à son égard, bien qu’il n’en demeure pas moins le président de tout le peuple.

Mais de là à ce qu’un groupe s’insurge contre le président, s’attribue un pouvoir sur le peuple, le destitue, suspend la constitution et impose un nouveau président ainsi qu’une nouvelle constitution, rend toutes ces actions caduc, parce qu’il s’agit de la composition d’une autorité que le peuple n’a ni adopté ni élu. Au contraire, ils ont trahi leur engagement envers Dieu et envers le peuple.

Ces gens ont anéanti ce qui a produit cette immense révolution accomplie par tout le peuple ainsi que toutes les réalisations d’un gouvernement démocratique, rêvé depuis des décennies et pour lequel des sacrifices ont été produits. Sans oublier que la constitution et le régime démocratique réfute toutes les mesures annoncées par la suite puisqu’elles sont totalement anticonstitutionnelles.

Du point de vue juridique islamique, la législation musulmane, choisie par les égyptiens comme référence au sein d’un état civil et non théocratique, exige de quiconque y croit et s’y réfère, l’obéissance au président légalement élu, le respect des lois et le suivi de ses orientations dans tous les domaines de la vie, à deux conditions :

  • Ne pas demander au peuple d’accomplir un acte manifeste de désobéissance à Dieu.

C’est ce qu’indiquent explicitement les nombreux hadiths rapportés par al-Boukhari, Mouslim et autres.

« Ecoutez et obéissez même si on mettait à la tête de vos affaires un esclave abyssin dont la tête est semblable à un grain de raisin sec » d’après Anas ibn Malik.

« Quiconque voit de son émir ce qu’il n’aime pas, qu’il fasse preuve de patience, car quiconque s’écarte du groupe puis meurt, mourra d’une mort semblable à celle au temps préislamique » d’après Ibn ‘Abbas.

« Ecouter et obéir est un devoir pour tout musulman, dans ce qu’il aime et dans ce qu’il n’aime pas tant qu’on ne lui demande pas d’accomplir un pêché. Auquel cas, point d’obéissance» d’après Ibn ‘Omar.

« L’obéissance est dans ce qui est convenable » d’après ‘Ali.

Tout ceci confirme ce qu’indique le verset évoquant l’allégeance dans la Sourate Les Femmes : « et ne te désobéissent pas dans ce qui est convenable »

Or, nous n’avons pas pu établir, ne serais-ce qu’à une seule reprise, une demande du président Morsi de commettre un acte manifeste de désobéissance à Dieu à un citoyen. Bien au contraire, les manifestations et les rassemblements sur la place Tahrir, Tahrir sont l’une des belles réalisations de Mohamed Morsi.

  • Ne pas leur demander de commettre ce qui les sortirait de leur religion et les assimilerait à l’incroyance manifeste de manière incontestable.

C’est ce qu’indique le hadith relaté par ‘Oubada qui dira : « Nous avons prêté allégeance au messager de Dieu pour écouter et obéir dans les moments difficiles comme dans les moments faciles et au détriment de nous-mêmes, et de ne pas contester l’autorité de celui qui la détient, à moins de constater une incroyance manifeste dont vous détenez l’argument provenant de Dieu » Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

Ainsi, il doit demeurer président. Il n’appartient à personne de prétexter « le peuple » afin de  s’arroger le droit de destituer son représentant premier.

Quant à la revendication du général Sissi d’avoir agi pour l’intérêt du peuple et pour empêcher sa scission en deux groupes, cela ne justifie en rien le fait de soutenir un groupe au détriment de l’autre.

Le général Sissi s’est fait aider par des individus ne représentants ni le peuple, ni même une petite partie de celui-ci.

En effet, l’imam suprême Dr Ahmed Tayib, président du comité des grand savants – dont je fais partie – ne nous a pas consulté et nous ne l’avons pas mandaté pour parler en notre nom.

Il se trompe en soutenant l’insurrection contre le président légitime du pays et va à l’encontre du consensus de la communauté. Il ne s’est référé ni au Coran ni à la Sunna et bien au contraire, le Coran et la Sunna sont aux côté du président Morsi.

Il a également contredit les savants de la communauté musulmane qui refusent de vendre leur savoir pour une créature quelle qu’elle soit.

Concernant ses propos : « Il s’agit de commettre le moindre des deux maux. », qui a dit que le fait de destituer un président légitime, de refuser la constitution approuvée par les deux tiers du peuple et de conduire le pays dans une impasse – dont seul Dieu connait l’issue – est le moindre des deux maux ?! Il s’agit du mal le plus grand contre lequel le Coran, les hadiths prophétiques et la majorité des savants ont mis en garde.

Si seulement Dr Ahmed Tayib se serait comporté avec Dr Morsi comme il s’est comporté auparavant avec Hosni Moubarak ! Par ce « deux poids – deux mesures » il ne fait que détruire le rôle d’Al- Azhar qui est censé être du côté du peuple et non pas du côté du tyran gouverneur.

Quant au Pape Théodore, les coptes ne l’ont pas non plus mandaté pour parler en leur nom. En effet, certains coptes ont participé avec le parti liberté et égalité ainsi qu’avec les autres partis islamistes.

Quant à celui qui a parlé au nom du parti An-Nour, il ne représente qu’un petit groupe dont les individus sont connus. Tous les Salafis, la Jama’a islamiyya, les partis politiques patriotes libres et les personnalités honnêtes sont contre cette orientation dont l’issue n’est pas à louer.

C’est avec amour et sincérité, que j’appelle le Général Sissi, tous les partis et toute les forces politiques d’Egypte, tous mes frères savants du monde ainsi que toutes les personnes éprises de liberté, de dignité et de justice à se mobiliser tous ensemble pour soutenir la vérité et remettre le président Morsi à la place qui lui revient de droit, à le conseiller continuellement et à établir des plans de réforme et des programmes pratiques, tout cela afin de préserver notre liberté et notre démocratie, celles que nous avons acquis au prix de notre sang.

Pendant trente ans, Hosni Moubarak a semé la corruption dans le pays. Il a humilié les gens, volé et détourné les biens en les déposants dans des comptes bancaire à l’étranger et loué les services de délinquants pour protéger ses hommes de mains. Il fût l’auteur de toutes formes tyrannies et de corruptions, connues de tout le peuple, laissant ainsi à son successeur un pays en ruine. Et malgré cela, l’armée ne l’a pas destitué.  On peut patienter à l’égard de Hosni Moubarak pendant trente ans et ne pas patienter une seule année à l’égard de Mohamed Morsi ?

L’anomalie ne se situe pas dans le régime démocratique, elle réside en ceux qui l’appliquent. Le réformer consiste à le mettre en application et non pas à le détruire  en détruisant ses fondations.

Il est illicite à l’Egypte de faire tout ceci ou de délaisser sa constitution, son président ou la loi de son seigneur. Cela ne peut que provoquer la colère de Dieu.

J’appelle tout le peuple égyptien du fond de mon cœur, ce peuple que j’aime et pour lequel je me sacrifierai, pour lequel je n’attends ni salaire ni remerciement, je n’espère que la satisfaction de Dieu.

J’appelle ce peuple dans la région du sa’id, dans le littoral, dans les villes, dans les villages, dans les déserts et dans les campagnes. Je l’appelle, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, riches et pauvres, fonctionnaires et travailleurs, musulmans et chrétiens, libéraux et islamistes à ne former qu’un seul rang afin de préserver les acquis de la révolution ; pour protéger la liberté , la démocratie, la libération de toute dictature et ne pas les abandonner à un tyran gouverneur, civil ou militaire. Certaines nations ont aussi connues cela et ont perdus leur liberté, ne la retrouvant qu’après des années.

               Youssef Al- Qaradawi,

           Président de l’Union Mondiale des Savants Musulmans

5 Commentaires

  1. Sissi est un criminel qui oeuvre pour israel, il est la honte des arabo musulmans, mr Morsi n’a rien fait de mal ,des erreurs peut être mais il n’a assassiné personne contrairement aux leche bottes sioniste

  2. Salamou aleykoum cher Cheik c’est avec une réelle satisfaction que j’ai lu cette FATWA.Avec toi et tes autres collègues savants la communauté musulmane peut mieux se développer.Ceux qui supportent cette dictature Egyptienne sont issus d’une manipulation et sont les vrais ennemis de l’Islam.Les pays occidentaux dits ‘démocratiques’font semblant de condamner les tueries des musulmans qui revendiquent leur droit constitutionnel.Les musulmans sont massacrés ,humiliés et déshumanisés en Égypte sans que l’ONU,Amnistie internationale et autres défenseurs des droits de l’homme et de la démocratie ne se mobilisent pour chasser ces dictateurs d’une autre époque en Égypte;ainsi sera rétabli l’ordre constitutionnel.Ce qui est à déplorer c’est une fois de plus la division de la communauté musulmane sur le massacre des frères égyptiens.La communauté musulmane de toutes tendances confondues doit se réveiller et s’unir au tour d’un leader pour défendre nos droits partout.Tant que cette unité dans nos divergences n’est faite,nous allons toujours subir l’injustice.
    Eminence cheik nous vous mandatons à utiliser

    toutes votre force pour unir tous les musulmans autour d’un chef malgré nos divergence.Qu’ALLAH TE DONNE SANTE ET LONGUE VIE ET A TOUS LES SAVANTS MUSULMANS.QU’ALLAH DONNE DONNE LA VICTOIRE AUX FRERES MUSULMANS D’ÉGYPTE SUR CETTE DICTATURE MILITAIRE COMME IL A DONNE LA VICTOIRE AU PROPHETE MOUHAMMAD-SAW_LORS DE LA BATAILLE DE BADR.AMINE

  3. Assalamou aleikoum … S’il vous plait … Pouvez vous me donner la reference en ARABE de cette FATWA ?? … C’est important pour moi …
    Merci

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.