interdit

Nous continuons de vivre à la lumière du Coran, en compagnie des serviteurs du Tout Miséricordieux que Dieu a agréé et mentionné dans son Livre.

Nous avons évoqué leurs qualités en ce qui concerne les injonctions et les orientations de la religion. Puis, nous avons entamé l’évocation de leurs qualités en ce qui concerne les interdictions. En effet, il s’agit d’êtres qui se sont écartés de tout ce qui provoque la colère de Dieu. Par conséquent, ils n’associent rien à Dieu et ne prennent pas à la légère la vie humaine.

Aujourd’hui, nous abordons une autre qualité relevant des interdictions, à savoir, le fait de s’écarter de la fornication. Dieu dit : « Qui n’invoquent pas d’autre dieu avec Dieu et ne tuent pas la vie que Dieu a rendu sacrée, sauf à bon droit ; qui ne commettent pas de fornication, car quiconque fait cela encourra une punition. Et le châtiment lui sera doublé, au Jour de la Résurrection, et il y demeurera éternellement couvert d’ignominie »

L’islam est venu pour préserver la vie et la religion. Aussi, il a interdit l’idolâtrie sous toutes ses formes de même qu’il a interdit de porter atteinte à la vie humaine en prohibant le meurtre et tout ce que qui pourrait lui nuire.

L’islam est également venu pour préserver l’honneur et la filiation. C’est pour cette raison qu’il a interdit la fornication. Les serviteurs du Tout Miséricordieux ont parfaitement saisi ce sens, par conséquent, ils ne commettent nullement la fornication et ne tombent pas dans ce péché capital que Dieu a formellement interdit en disant : « Et n’approchez pas de la fornication (c’est à dire ne la commettez pas et ne commettez pas ce qui y mène). En vérité, c’est une turpitude et quel mauvais chemin » (17 :32)

A partir de là, l’islam a interdit la fornication de même que tout ce qui pourrait y mener ou s’en approcher. Il interdit ainsi de s’isoler avec une femme étrangère (qui ne fait pas partie de ses « mahram » : ses proches parents avec qui il est lié d’un lien de parenté entraînant la prohibition permanente du mariage). Il interdit également le regard passionnel et la découverte de la « ‘awra ».

L’islam est venu interdire tout ce qui peut mener à l’interdiction. Par conséquent, il a commencé par l’éduction de l’individu : l’éduquer à préserver son honneur et sa chasteté, à baisser de son regard, hommes et femmes. Dieu dit : « Et dis aux croyants de baisser de leurs regards et de préserver leur chasteté. C’est plus pur pour eux. Dieu est certes, Parfaitement Connaisseur de ce qu’ils font. Et dis aux croyantes de baisser de leurs regards, de préserver leur chasteté, et de ne montrer de leurs atouts que ce qui paraît et qu’elles rabattent le voile qu’elles portent sur la tête « khimar » sur leurs poitrines » (24 :30 – 31)

Après l’éducation de l’individu, l’islam a ordonné de purifier la société de tout ce qui inciterait à la turpitude et à la fornication. L’islam n’a pas permis l’exhibition des images de femmes nues, ou à moitié nues, de même que des images d’hommes nus ou à moitié nus. Il a interdit la diffusion de chansons libertines ou de films pervers. L’islam n’a pas permis qu’apparait dans la société musulmane un étalage de chairs à bon prix incitant les jeunes à la débauche.

L’islam a interdit la fornication pour que le croyant demeure le serviteur exclusif de Dieu et non pas l’esclave de son instinct et de ses passions. Le Prophète (BDSL) dit : « Au moment de la fornication, le fornicateur ne peut commettre la fornication en étant croyant » (rapporté par al-Boukhari et Mouslim), c’est-à-dire qu’à ce moment, il est dénué de sa foi qui se place sur sa tête comme un nuage conformément au hadith : « Lorsque l’un de vous commet la fornication, la foi le quitte et se place au-dessus de lui tel un nuage. Lorsqu’il la délaisse, la foi revient à lui » (rapporté par Abou Daoud et rapporté par al-Hakim d’après une chaîne de transmetteurs authentique)

L’islam a interdit la fornication car il veut préserver la foi et la morale de l’individu de même qu’il veut protéger sa santé. Le Prophète (SBDL) dit : « Ô vous les émigrés : Cinq choses, si vous êtes éprouvés par celles-ci, et je cherche refuge auprès de Dieu contre le fais que vous y assistez » Il cita en premier : « Lorsque la fornication apparaît dans un peuple au point de la commettre ouvertement, les fléaux et les maladies qui n’étaient pas connu de leurs ancêtres se répandront chez eux » (rapporté par Ibn Majah)

Et en effet, nous ne pouvons que constater de nos jours les différentes maladies sexuellement transmissibles se répandre, car les gens ont dévié de leur saine nature qui limite les rapports sexuels dans le cadre du mariage ; ils ont dévié de la saine nature en s’adonnant à leur instinct le plus bestial tels les animaux ! Le Prophète (BDSL) dit : « Lorsque la fornication et l’usure apparaissent dans une cité, ils ont alors mérité le châtiment de Dieu » (rapporté par al-Hakim)

« La fornication » fait allusion à la corruption du système moral, et « l’usure » est une allusion à la corruption du système économique.

L’islam a donc interdit la fornication dans l’intérêt de l’individu, dans l’intérêt de la famille, afin de fonder cette famille sur des bases saines, cette famille qui constitue le premier noyau de la société, la fondation sur laquelle se construit la société. L’islam a interdit la fornication et tout ce qui y mène pour que l’homme ne puisse trouver de moyen d’assouvir ses passions que dans un cadre licite.

L’islam n’est pas venu réprimer et effacer toute pulsion sexuelle, à l’instar d’autres religions qui considèrent les rapports sexuels en soi comme étant une impureté, une abomination provenant de Satan.

Dieu a placé cette pulsion dans l’homme pour une raison sage ; pour inciter le genre humain à la procréation, au mariage et ce, dans le but de peupler la terre et assurer la continuité du genre.

L’islam n’a pas opprimé cet instinct mais lui donné un cadre licite : le mariage. L’islam a interdit la fornication mais il a permis le mariage. Certains savants considèrent même le mariage obligatoire pour quiconque en a les moyens car le Prophète (BDSL) dit : « Ô vous le jeunes, quiconque a les capacités de se marier qu’il le fasse, car le mariage permet de préserver le regard et la chasteté… » (rapporté par al-Boukhari et Mouslim)

L’islam est venu protéger la famille. Il est venu protéger la filiation de toute confusion. En effet, si la fornication et l’adultère se répandent les filiations seront perturbées : qui est l’enfant de qui ? Qui est le parent de qui ? Qui est le frère ou la sœur de qui ? L’enfant qu’il élève est-il le sien ou est-ce celui d’un autre ? Le doute s’installe et la confiance disparaît.

L’islam a interdit la fornication dans l’intérêt de l’individu ; dans l’intérêt de la famille et dans l’intérêt de la société, afin que cette société soit fondée sur la pureté, afin que les passions ne détournent pas les individus de cette société de leurs devoirs, afin qu’ils ne s’adonnent pas à leurs instincts les plus bestiaux ; afin que cette société soit une société humaine et non pas une société animale.

L’islam interdit la fornication de même qu’il interdit l’homosexualité. Dieu et le Prophète (BDSL) ont formellement interdit l’homosexualité. Le Coran nous évoque le récit du peuple  de Lot qui inventèrent ce péché et s’y donnèrent. Dieu dit : « Et Lot, quand il dit à son peuple : « Vous livrez-vous à cette turpitude que nul, parmi les mondes, n’a commise avant vous ? » » (7 :80) et (29 :28). Lot dit à son peuple : « Accomplissez-vous l’acte charnel avec les mâles de ce monde ?! » (26 :165).

Le Prophète (BDSL) a maudit quiconque se donne à cette turpitude en disant : « Dieu maudit celui qui immole une bête pour autre que Dieu, Dieu maudit quiconque change le frontières des terres, Dieu maudit quiconque n’oriente pas un aveugle, Dieu maudit quiconque insulte ses propres parents … et Dieu maudit quiconque qui accomplit l’œuvre du peuple de Lot, et Dieu maudit quiconque qui accomplit l’œuvre du peuple de Lot, et Dieu maudit quiconque qui accomplit l’œuvre du peuple de Lot » (rapporté par an-Nasa-y). Le Prophète (BDSL) répéta la dernière à trois reprises pour son caractère abominable.

La fornication est interdite sous toutes ses formes, mais elle l’est d’autant plus lorsqu’il s’agit de la femme du voisin. Ibn Mas’oud, que Dieu l’agrée, dit : « Je demandai au Messager de Dieu (BDSL) : « Quel est le plus grand péché auprès de Dieu ? » Il dit : « De lui octroyer un égal alors que c’est Lui qui t’a créé » je dis : « Ceci est un grand péché. Et ensuite ? » Il dit : « De tuer ton enfant par crainte qu’il ne partage ta subsistance » Je dis : « Et ensuite ? » Il dit : « De commettre la fornication avec la femme de ton voisin ». Dieu confirma alors ceci en révélant : « Qui n’invoquent pas d’autre dieu avec Dieu et ne tuent pas la vie que Dieu a rendu sacrée, sauf à bon droit ; qui ne commettent pas de fornication, car quiconque fait cela encourra une punition. Et le châtiment lui sera doublé, au Jour de la Résurrection, et il y demeurera éternellement couvert d’ignominie » (25 :68) (rapporté par al-Boukhari et Mouslim)

La fornication commise par un homme marié est pire que celle commise par un célibataire, de même, le cas d’un vieillard est pire que le cas d’un jeune. Le Prophète (BDSL) dit : « Dieu ne parlera pas à trois catégories de gens le Jour de la Résurrection. Il ne les purifiera pas, ne les regardera pas et ils auront un châtiment douloureux : un vieillard fornicateur, un roi menteur et un pauvre arrogant » (rapporté par Mouslim)

L’islam a certainement interdit la fornication, de même que tout ce qui y mène. Mais lorsque l’islam interdit quelque chose, il propose une alternative. Il n’y a point d’illicite sans qu’il n’existe d’alternative parmi les choses licites. Par ailleurs, Dieu n’interdit jamais ce dont les gens ont besoin. Il y a donc dans le licite ce qui permet de se passer de l’illicite.

A partir de là, lorsque l’islam a interdit la fornication, il a permis le mariage pour préserver l’âme de la turpitude ; pour contrôler son instinct ; pour former une famille, pour agrandir la famille et pour assurer la progéniture selon la volonté de Dieu. Il incita dans ce sens à faciliter les modalités du mariage. Car plus on complique les modalités du mariage, plus le célibat se répand et plus les causes de la fornication se multiplient.

Cher musulman ; chère musulmane ;

Préserve ta chasteté, baisse de ton regard et ne suis pas les incitations des démons parmi les gens et les djinns. Le Prophète (BDSL) dit : « Quiconque me garantit ce qu’il a entre ses deux joues (c’est à dire la langue et la bouche en ne disant rien d’interdit et en ne mangeant pas l’illicite) et entre ses jambes (son sexe), je lui garantis le Paradis » (rapporté par al-Boukhari).

Le Prophète (BDSL) dit : « Garantissez-moi six choses de vous-mêmes, je vous garantis le Paradis : «  Dites la vérité lorsque vous parlez, respectez vos engagements, restituez le dépôt aux ayants droit, préservez votre chasteté, baissez vos regards et abstenez-vous de nuire avec vos mains » (rapporté par Ahmed). Il s’agit d’un discours adressé à l’ensemble des musulmans, hommes et femmes.

Plus particulièrement aux jeunes, Dieu dit dans le hadith divin : « Ô toi jeune qui délaisse, pour moi, sa passion charnelle, tu es auprès de Moi comme certains de mes anges » (rapporté par Abou Nouaïm dans al-hilya)

Et sachez qu’un moment de plaisir éphémère peut engendrer un châtiment douloureux dans l’au-delà comme nous l’indique ce hadith dans lequel le Prophète (BDSL) nous raconte les différents types de châtiments de la tombe que les anges lui firent montrer dans son rêve. Il dit : « … Nous reprîmes notre marche et passâmes devant quelque chose comme un four à pain. (Il me semble qu’il a dit : « Voilà que montaient de ce four une rumeur confuse et des voix ».) Nous nous penchâmes pour voir dans son intérieur et voilà qu’il y avait des hommes et des femmes nus. Des flammes venaient les lécher par en bas. Quand les flammes les touchaient, ils se mettaient à crier. Je dis : « Que sont ceux-là ? »… Ils  dirent : « Pour ce qui est des hommes et des femmes nus qui se tenaient dans une fosse semblable à un four à pain, ce sont les fornicateurs et les fornicatrices. » (rapporté par al-Boukhari)

Lors de son voyage nocturne et de son ascension « al-isra wal-mi’raj », le Prophète (BDSL) vit des gens qui avaient devant eux dans une marmite de la bonne viande et dans une autre de la viande crue et pourrie. Ils mangeaient la viande crue et pourrie et délaisser la bonne viande cuite. Le Prophète (BDSL) demanda alors à l’Ange Gabriel : qui étaient ces gens ? Il dit : Il s’agit de l’homme de ta communauté qui a une épouse licite et pure, mais qui va voir une femme mauvaise et passe la nuit chez elle jusqu’au matin, et de la femme qui sort de chez son mari qui lui est pur et licite et se rend chez un homme mauvais et passe la nuit chez lui jusqu’au matin …

Moncef Zenati – Sermon du vendredi

Série : Les qualités des serviteurs du Tout Miséricordieux (10)

4 Commentaires

  1. C’est tellement bien dee sensibiliser les gens sur la fornication. De nos jours les jeunes s’y donnent beaucoup.
    J’aimerais savoir si une personne commet la fornication… Peut il se faire pardonner par Allah?

  2. Pourriez-vous faire un article sur l’homosexualité, tout comme celui-ci sur la fornication. Un article pédagogique, un article du même acabit. Un article destiné aux personnes musulmanes qui ont des attirances pour le même sexe sans qu’il ne l’ait choisi. Quelque chose qui pourrait les aiguiller comme on aiguille les autres. Merci

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom