Cher et noble peuple égyptien, cette occasion s’est présentée à moi pour vous décrire ce qu’est arrivé depuis le 30 juillet jusqu’à aujourd’hui.

Ce qu’est arrivé est un coup d’état en bonne et due forme. Or, pour la réalisation de la stabilité du pays et de la concorde entre tous ses enfants, il faut que le noble peuple égyptien se lève pour affirmer que ce coup d’état est un crime et une trahison : un crime pour son infraction des lois de la mobilisation et de l’organisation de l’armée, et une trahison envers Dieu et Son Messager pour la violation du serment prêté par le ministre de la défense ; une trahison de la constitution, du peuple et du chef des armées ; une trahison qui a empêtré l’armée dans la fournaise et les turbulences de la politique et qui a mené à la trahison de la nation. Cette trahison a suscité la division entre les enfants de la nation y compris dans la même famille. L’Egypte ne pourra s’en remettre qu’avec la disparition des conséquences de ce coup d’état, l’annulation de ses effets dans tous les domaines et le jugement de ceux qui ont effusé les sangs chers dans tous les coins du pays ; des sangs dont les responsables politiques ne possèdent pas la grâce. Rien ne pourrait apaiser la colère des milliers de familles touchées dans ses hommes, dans ses femmes et dans ses jeunes, garçons et filles, sauf un talion équitable qui satisferait Dieu avant de satisfaire les familles des victimes.

Que le noble peuple d’Egypte sache que depuis le 02/07/2013, j’ai été kidnappé de force, contre mon gré, et emmené au siège de la gendarmerie nationale jusqu’au 05/07/2013. Puis, on m’a transféré de force, une nouvelle fois, vers l’une des bases navales appartenant aux forces armées, moi et mon collaborateur, pour une durée de quatre mois entiers au cours desquels je n’ai vu aucune personne à l’exception de Mme Ashton, la délégation du comité des sages de l’Union Africaine et les quatre enquêteurs auxquels j’ai refusé de répondre considérant que les procédures appliquées à mon égard sont contraires à la constitution à laquelle j’ai prêté serment [de respect] et que je ne peux outrepasser.

La première fois que j’ai rencontré autre que les précités était le 04/11/2013 au siège de l’académie de police (lieu où a eu lieu le procès mascarade de Morsi à l’Est du Caire). Il m’importe de préciser ici que je n’ai rencontré aucun officier de l’armée ni les représentants des médias. Tout ce qui m’a été attribué à ce sujet n’a aucune once de vérité.

Je souhaite profiter de cette occasion pour adresser mes sincères salutations aux enfants de ce peuple qui se sont révoltés contre ce coup d’état depuis la première seconde, et ne cessent de s’y opposer tous les jours dans tous les coins du pays faisant preuve d’une résistance sans pareille dont témoigne le monde entier en dépit de la négation de ceux qui nieraient le soleil en pleine journée. Je rassure ces héros résistants en leur disant que je tire de leur force une force décuplée et de leur détermination une détermination nouvelle qui me raffermit dans mes engagements pris avant mon élection, à savoir, de placer l’intérêt du pays au-dessus de tout autre intérêt.

Je dis aux enfants de ce peuple dont me parviennent les interrogations au sujet de mes droits personnels : Mes droits ne valent rien à côté des droits du pays. Réunissez-vous autour des droits du pays et non pas autour d’une personne quel que soit son rang.

J’affirme au grand peuple égyptien et à tous les peuples du monde que cette résistance est un message fort, que l’époque des coups d’état est révolue, que la chute de ce coup d’état a commencé et il tombera, si Dieu le veut, par la force du peuple égyptien et par son combat pour ses droits et sa liberté.

A cette occasion, je salue tous les martyres de la vérité ainsi que les blessés suite aux évènements qu’a connu le pays depuis le coup d’état et je soutiens leurs familles et leurs enfants en disant en toute vérité : Ces sangs sont en train de tracer le chemin de la dignité du pays.

Dr Mohamed Morsi (Traduction de Havre de Savoir)

7 Commentaires

  1. ce message du président morsi inspire le monde musulman et un jour triomphera la vérité de Dieu par les musulmans contre le satanisme des faibles d’esprits dans tous les coins de ce bas-monde;alors frères résistons!

  2. Ina lmuslmimun koulouhoum ma3ak!!! Ya akhina fi lAh!!!! La nansaka abadan wa nad3ou Allah an yarji3ouk lana akwi min kabel!

    Allah yansourka wa yansour Maser fi dounia wal Akhira!!!!

    Amin!!!Amin!!!Amin!!!

  3. La résistance du président Morsi et du peuple égyptien nous mettent , nous les peuples arabes et musulmans, de plus en plus en confiance. Vive le président Morsi et mort au dictateur-putschiste Sissi.

  4. Le peuple vaincra !
    (Voici ma réaction le jour même de la réapparition du Raïs après son kidnapping)

    Mohamed Morsi de sa cage donne une leçon de morale à ses geôliers !

    Aujourd’hui, 04/11/2013, Mohamed Morsi, le président égyptien légitime, a comparu devant les juges des putschistes, à l’académie de la police au Caire. Il est arrivé à « la cage des bagnards » où il a retrouvé sept de ses compagnons. Ayant refusé de comparaître avec les habille de geôlier, il est arrivé habillé normalement, marchant d’un pas magistral, tête levée. Mais au lieu d’être l’accusé qui allait répondre aux questions, c’est lui qui a ridiculisé les magistrats de complaisance, en leur disant qu’il ne reconnaissait pas leur mise en scène.

    Il a commencé par rappeler à ceux qui sont censé le juger : je suis le président de la République d’Égypte, votre président légitime. Je ne reconnais pas ce tribunal qui répond aux ordres des putschistes. Ce sont les auteurs du coup d’État qu’il faut juger. Enfin, bref, il leur a donné une leçon de morale au point que des magistrats ont baissé les yeux de honte. La salle applaudissait et ceux qui le soutiennent levaient la main avec les pouces fermés, symbole de la résistance des défenseurs de la légalité constitutionnelle. Suite à quoi, le résident de ce tribunal de circonstance a renvoyé la séance au 8/01/2014. Sachant que le juge principal est un adversaire farouche des « Frères musulmans » et du président lui-même, donc juge et partie.

    لقد كان رئيسا شامخ الرأس٠ هكذا شهدنا محمد مرسي ٠ يحاكم من خانوا ضمير المهنة طوعا للسيسي ٠ وهو يلقي القضاة دروس الأخلاق من القفصي ٠ و يحذرهم من إستمرارهم في خيانتهم حبا للكرسي ٠ ويطالب بمحكامة الخائن عبد الفتاح السيسي ٠ و جعل قضاة الظلم كالنعامة مطأطئين الرأس٠

  5. Le peuple vaincra !
    (Voici ma réaction le jour même la réapparition du Raïs après son kidnapping)

    Mohamed Morsi de sa cage donne une leçon de morale à ses geôliers !

    Aujourd’hui, 04/11/2013, Mohamed Morsi, le président égyptien légitime, a comparu devant les juges des putschistes, à l’académie de la police au Caire. Il est arrivé à « la cage des bagnards » où il a retrouvé sept de ses compagnons. Ayant refusé de comparaître avec les habille de geôlier, il est arrivé habillé normalement, marchant d’un pas magistral, tête levée. Mais au lieu d’être l’accusé qui allait répondre aux questions, c’est lui qui a ridiculisé les magistrats de complaisance, en leur disant qu’il ne reconnaissait pas leur mise en scène.

    Il a commencé par rappeler à ceux qui sont censé le juger : je suis le président de la République d’Égypte, votre président légitime. Je ne reconnais pas ce tribunal qui répond aux ordres des putschistes. Ce sont les auteurs du coup d’État qu’il faut juger. Enfin, bref, il leur a donné une leçon de morale au point que des magistrats ont baissé les yeux de honte. La salle applaudissait et ceux qui le soutiennent levaient la main avec les pouces fermés, symbole de la résistance des défenseurs de la légalité constitutionnelle. Suite à quoi, le résident de ce tribunal de circonstance a renvoyé la séance au 8/01/2014. Sachant que le juge principal est un adversaire farouche des « Frères musulmans » et du président lui-même, donc juge et partie.

    لقد كان رئيسا شامخ الرأس٠ هكذا شهدنا محمد مرسي ٠ يحاكم من خانوا ضمير المهنة طوعا للسيسي ٠ وهو يلقي القضاة دروس الأخلاق من القفصي ٠ و يحذرهم من إستمرارهم في خيانتهم حبا للكرسي ٠ ويطالب بمحكامة الخائن عبد الفتاح السيسي ٠ و جعل قضاة الظلم كالنعامة مطأطئين الرأس٠

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.