Etre enfant d’immigrés, c’est à la fois une sensibilité, et un certain sens de l’humour.

Un enfant d’immigrés sait d’où il vient. Il regarde avec tendresse et amertume, l’ouvrier qui sacrifie sa santé au travail. La première pour l’ouvrier, la seconde pour les demi hommes, dont ni les regards, ni les cœurs, ne savent s’arrêter sur ces héros aux mains abîmées.

Héros venus se joindre aux cariatides existantes, dont Hugo nous a si bellement parlé.

C’est très jeune, remplir les papiers des parents, se sentir responsable.

Le trafic, le J5 ou le transporteur, revêtant telle une couronne, le porte-bagage bien ficelé ; les klaxons d’Algésiras.

C’est nos mères, qui nous appellent par la fenêtre, les lits superposés. C’est faire la traduction chez le médecin, à l’école, ou à la préfecture.

Les bourses, la queue pour obtenir un logement Crous et les bons filons. Enfants de parents pour qui la route de l’école fut semée d’embûches, notre dette envers eux se paye en diplômes. Il y a, en nous, la soif du provincial des romans Balzaciens.

C’est aussi, un certain rapport aux aînés. On nous a enseigné à embrasser le front de ceux qui ont vécu avant nous. C’est une humilité face à ceux qui nous rappellent nos parents, et une vigueur face aux orgueilleux méprisants. Si nos réactions sont parfois démesurées, c’est que nous portons notre fierté, mais aussi, par procuration, la leur. Fierté rompue par l’impitoyable hiérarchie, qui relègue l’instinct de l’homme, au rang de privilège C’est une aversion envers l’injustice et la petitesse des hommes. Qu’ils sont vilains malgré leurs parures !

C’est les épices de nos mères, moulues à la main et conservées dans d’anciens pots de confiture. Des sagesses, à jamais gravées dans nos esprits. Car celui qui parle peu, lorsqu’il laisse s’échapper quelques mots, il fige le temps. De là, vient certainement notre quête d’authenticité. Le faux ne nous convient pas ; ainsi, on ne sait pas faire silence face à ce qui nous dérange.

C’est le sens de la débrouille et de la persévérance. La baraka à la maison nous aura enseigné la confiance en Dieu.

C’est en somme, un désir de justice à la Robespierre, une authenticité, et du courage.

Je crois qu’il y a bien longtemps, que ma douce France n’a pas connu de tels caractères. Musulmans Français, enfants d’immigrés, avec un cœur toujours vivant.

C’est le monde tout entier, qui devrait nous envier notre position privilégiée. Car si le bien et la vertu restent nos indicateurs, nous nous trouvons au confluent de deux cultures, qui dans ces domaines, se complètent parfaitement. L’islam en guise de filtre, je retiens le meilleur des deux, et m’apprête à être le plus beau des cadeaux pour mon pays.

Tout ceci n’est pas négligeable, alors que nous vivons une époque où le cynisme a gagné la jeunesse, et l’ignorance, la société toute entière. Obscurantisme 4G.

En effet, celle qui est détentrice de l’énergie, à savoir la jeunesse, est bien trop occupée au divertissement. Elle n’a plus le temps, d’être tirée vers le haut, par quelque grande figure du passé que ce soit. C’est alors sans modèle, se pensant reine du monde, qu’elle traverse l’existence.

Bien rares, se font les choses qui élèvent ; et sans relâche, nous sommes victimes de l’apologie de la grossièreté des manières, du langage et des aspirations. C’est sous le règne du médiocre, que s’inscrit notre histoire. En témoignent nos programmes télévisuels, tout autant que la nouvelle littérature.

Or, les musulmans sont des êtres à jamais inspirés, car nourris par l’éternelle noblesse de leurs héros. Certainement que pour devenir un grand homme, il faut en admirer certains, qui nous font nous sentir tout petit. Cette posture, à l’heure où chacun se pense d’exception, est d’autant plus précieuse.

Ainsi j’affirme, que les Français musulmans, héritiers de l’immigration, sont un souffle nouveau pour leur pays. La greffe a du mal à prendre, le corps national rejette le nouveau poumon qu’il considère comme étranger ; pourtant, c’est ce poumon qui le sauvera.

Hynd Habach
Des Françaises Voilées S’expriment: www.desfrancaisesvoilees.fr

2 Commentaires

  1. Excellent article!

    Il est important qu’aujourd’hui, les Français musulmans utilisent la culture (littérature, cinéma, peinture…), afin de faire la promotion de leurs valeurs.

    Ayons confiance en nous et soyons certains, comme le dit l’article, que nous avons de très belles choses à offrir à notre pays.

    Courage à l’association des françaises voilées s’expriment.

  2. Magnifique article. Malheureusement en temps de crise et de préparation de la 3 ème guerre mondiale les enfants d’immigrés et les immigrés n’ont jamais autant été montre du doigt.par les partis extremistes et les medias.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.