scene de crime

 

C’est toujours avec autant de plaisir que nous vivons à travers ces sermons avec les serviteurs du Tout Miséricordieux, avec cette élite agréée dont Dieu a fait l’éloge dans Son Livre. Dieu nous les a décrits afin de les prendre comme exemples.

Nous nous sommes arrêtés dans leur description à la parole divine suivante : « Qui n’invoquent pas d’autre dieu avec Dieu » (25 :68). Ce sont donc des êtres qui n’adorent que Dieu, sans rien lui associer. Ils sont ainsi fidèles au premier objectif pour lequel Dieu a envoyé Ses messages à Ses créatures, à savoir, le monothéisme pur, la purification de la foi de toutes formes d’idolâtrie.

Mais la Loi divine n’est pas venue pour préserver la religion et la foi uniquement, elle est également venue pour préserver et protéger les âmes et la vie, pour préserver la dignité et l’honneur, pour préserver la raison, la filiation et les biens.

C’est pour cette raison que Dieu a associé cette qualité – le monothéisme pur – à une autre qualité exprimé par la suite du verset : « … et ne tuent pas la vie que Dieu a rendu sacrée, sauf à bon droit » (25 :68).

Le Coran a associé le meurtre à l’idolâtrie pour l’horreur et la monstruosité de ce crime. L’idolâtrie est une atteinte à la religion. Le meurtre est une atteinte à la vie.

L’islam est venu interdire l’effusion du sang. Il est venu déclarer que l’âme humaine est inviolable, que la vie humaine est sacrée.

Malheureusement, depuis les temps les plus lointains, les âmes incitatrices au mal n’ont cessé d’inciter les gens au meurtre, à se tuer les uns les autres, à tuer pour l’argent, à tuer par colère, à tuer par haine ou par jalousie. Lorsque les gens ne formaient qu’une seule famille, de même père et mère, ce crime abominable eut lieu : le fils d’Adam à tué son frère comme nous l’évoque le Coran : « Et raconte-leur en toute vérité l’histoire des deux fils d’Adam. Les deux offrirent des sacrifices ; celui de l’un fut accepté et celui de l’autre ne le fut pas. Celui-ci dit : « Je te tuerai sûrement » « Dieu n’accepte, dit l’autre, que de la part des pieux. Si tu tends vers moi ta main pour me tuer, moi, je ne tendrai pas vers toi ma main pour te tuer : car je crains Dieu, le Seigneur des mondes. Je veux que tu partes avec le péché de m’avoir tué et avec ton propre péché : alors tu seras du nombre des gens du Feu. Telle est la récompense des injustes » Son âme l’incita à tuer son frère. Il le tua donc et devint ainsi du nombre des perdants » (5 : 27 – 30)

Depuis l’aube de l’humanité, alors que les gens ne savaient pas encore comment les uns devaient inhumer les autres jusqu’à ce que Dieu envoya ce corbeau pour apprendre à l’être humain comment inhumer son frère … A l’aube de l’humanité eut lieu le premier crime sur terre.

Le Messager de Dieu exprima sa colère pour ce crime en disant : « Nul âme n’est tuée injustement sans que le premier fils d’Adam n’en partage le péché, car il est le premier à avoir instauré le meurtre » (rapporté par al-Boukhari et Mouslim).

Dieu déclara à la suite de ces versets : « C’est pourquoi Nous avons prescrit pour les enfants d’Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Et quiconque fait don de la vie, c’est come s’il faisait don de vie à tous les hommes » (5 : 32)

Pourquoi le croyant tuerait-il son frère alors que Dieu dit : « Quiconque tue intentionnellement un croyant, sa rétribution sera alors l’Enfer, pour y demeurer éternellement. Dieu l’a frappé de Sa colère, l’a maudit et lui a préparé un énorme châtiment. » (4 : 93). Méditez cette énorme sanction :

1-     sa rétribution est l’Enfer

2-     il y demeurera éternellement

3-     Il subira la colère de Dieu

4-     Dieu le maudit

5-     Et lui a préparé un énorme châtiment

Le Prophète (saws) dit : « La disparition de ce bas-monde est moins importante auprès de Dieu que le meurtre d’un musulman » (rapporté par al-Bayhaqi)

Ibn Majah rapporte que lorsque le Prophète (saws) fit la circumambulation autour de la Ka’ba, il dit : « Qu’est ce que tu es belle et quelle belle odeur est la tienne ! Tu es si noble et si sacrée ! Par celui qui détient mon âme dans sa main, la sacralité du croyant est plus importante que la tienne : ses biens sont inviolables, de même que sa vie. Nous devons avoir à son égard que de bonnes pensées »

Le Prophète (saws) dit également : « Tout musulman est sacré pour le musulman : sa vie, ses biens et son honneur » (rapporté par Mouslim)

Après tous ces textes, comment un musulman habité par la foi en Dieu et au Jour du Jugement Dernier pourrait songer tuer son frère ?!

Al-Boukhari rapporte d’après Abou Hourayra que le Prophète (saws) a dit : « La première chose pour la quelle on jugera entre les gens le Jour de la Résurrection, c’est assurément les affaires liées à l’effusion du sang »

Le Prophète (saws) dit : « Le tué viendra (le jour du jugement dernier) accrochant sa tête à l’une de ses mains, tenant fermement son tueur de l’autre main, le sang giclant de ses veines jugulaires, jusqu’à le ramener devant le trône. Le tué dira au Seigneur des mondes : Celui-ci m’a tué ! Dieu dira au tueur : « Malheureux sois-tu ! » Et on l’emmènera au Feu » (rapporté par at-Tirmidhi)

Certains compagnons et savants parmi les pieux-prédécesseurs estiment que le meurtre est un crime impardonnable. Par conséquent, son auteur ne pourrait se repentir et son repentir ne peut être accepté. Ils se réfèrent notamment au hadith suivant : « Le croyant ne cesse de se trouver à l’aise dans sa religion (en espérant l’absolution de ses péchés) tant qu’il ne fait pas couler un sang interdit » (rapporté par al-Boukhari)

Le Prophète (saws) dit également : « Chaque péché est susceptible de se voir pardonner par Dieu, sauf un mort incroyant ou un homme qui a tué intentionnellement un croyant » (rapporté par Abou Daoud et an-Nasa-y).

Par extension, quiconque aide à commettre un meurtre est assimilé au meurtrier. Le Prophète (saws) dit : « Celui qui aide à tuer un croyant ne serait-ce que par un demi-mot, viendra le Jour de la Résurrection alors qu’il sera inscrit entre les yeux « désespéré de la miséricorde de Dieu » (rapporté par Ibn Majah), que dire alors de celui qui a tué ?!

L’islam a interdit de tuer même s’il s’agit de ta propre âme. Il n’est pas permis à l’homme de porter atteinte à sa vie. Tu appartiens à Dieu. Ton âme appartient à Dieu. Qui t’a donc donné le droit de te suicider ?! Le Prophète (saws) dit : « Quiconque se jette d’une montagne et se tue sera précipité éternellement en Enfer. Quiconque prend du poison et se tue aura son poison à la main et le sirotera éternellement en Enfer. Et quiconque se tue par une lame se frappera de cette lame éternellement en Enfer » (rapporté par al-Boukhari et Mouslim)

Il est donc formellement interdit de tuer en islam, aussi bien le musulman que le non-musulman. Le Prophète (saws) dit : « Quiconque tue un bénéficiaire du pacte ne sentira pas l’odeur du Paradis, sachant que son odeur est perceptible à une distance parcourue en quarante ans »  (rapporté par al-Boukhari)

Même lors d’une guerre légitime, l’islam a interdit de tuer les civiles qui ne participent pas au combat tels que les femmes, les enfants, les vieillards, les prêtres … Ibn ‘Omar rapporte qu’après l’une des batailles, le Prophète (saws) trouva une femme parmi les victimes. Il réprouva alors sévèrement le meurtre des femmes et des enfants et dit : « Celle-ci n’était pas en mesure de combattre ! »

L’islam respecte l’âme humaine au point où il ne permet pas de porter atteinte au fœtus par l’avortement sauf s’il présente un danger pour la mère.

L’islam a interdit de tuer, y compris les animaux par pure corruption sur terre ; une femme est entrée en Enfer pour un chat ! Parce qu’elle l’a enfermé jusqu’à sa mort. Elle ne l’a pas nourrit et ne l’a pas laissé se nourrir lui-même en mangeant les bestioles et les insectes.

L’islam respecte la vie. La vie est sacrée. L’âme est un souffle de Dieu, il n’appartient à personne de lui porter atteinte.

Moncef Zenati – Sermon du vendredi

Série : Les qualités des serviteurs du Tout Miséricordieux (9)

2 Commentaires

  1. Je suis tout a fait d’accord avec vous, toutes les sources interdisent de tué un musulman ou un dhimmi ( avec qui on a un pacte ) mais faut aller dire sa a vos dirigeants ,car on ne compte meme plus les cadavre musulman dans le monde tellement il y en a

  2. Mais tuer un homme qui detruit notre vie, nous a agresse, met notre vie en danger, et qui echappe a la justice, … ce crime est-til puni par DIEU ? Puisque cet homme est un persecuteur…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.