La naissance de Mouhammad : une naissance attendue

Le lundi 12 rabbi 1 qui correspond à l’an 571 de notre ère, un événement auguste se produisit dans l’univers. La lune se fendit et les diables furent lapidés pour protéger le ciel. Sur terre, les palais de Kisra (la Perse) s’effondrèrent et le feu des mazdéens s’éteignit. L’humanité allait connaître la naissance la plus importante. L’accouchement le plus facile fut celui de sa mère Amina qui dit « Le ciel s’est illuminé et j’ai vu à travers cette lumière les palais du Sham ». Durant les 9 mois de grossesse, elle vit une lumière qui traversa toute la terre. Quelle délivrance pour l’humanité ! Le plus beau cadeau fut envoyé à tous les humains ! Jamais un bébé n’a été plus beau, n’avait un corps plus robuste, le prophète est né prosterné, avec du khôl dans les yeux et circoncis.

Ce jour – là un rabbin de Yathrib rassembla tous les juifs et leur annonça « L’étoile de Mouhammad est apparue ». Ainsi les gens du livre connaissaient les signes annonciateurs de cette naissance.

Quant au bonheur de son grand père Abdalmouttalib, il ne pouvait être décrit. Il prit le bébé et ils tournèrent autour de la Kaaba et entrèrent dedans. Il lui donna le nom de Mohammad, nom alors inconnu chez les arabes.

La Baraka chez Halima Assa’diya

Un groupe de femmes de la tribu des Banou Saad Ibn Bakr était venu à la Mecque cherchant des nouveaux nés à allaiter. Parmi elle se trouvait Halima Assa’diya. Cette année fut une année de sécheresse et de famine et Halima dit qu’elle n’avait pas de quoi nourrir son bébé. Comment pourrait-elle allaiter un autre bébé ? Toutes les femmes refusèrent d’allaiter le prophète qui était orphelin de père. Que vont-elles faire avec un orphelin, que donneraient son grand -père et sa mère en contrepartie ? Halima ne trouva aucun enfant et décida de prendre le prophète Mohammad contre son gré. Son mari lui dit qu’Allah mettra peut être une baraka dans cet enfant ! Soubhannallah dès qu’elle le posa sur ses genoux, elle vit la Baraka qu’il déversait, les deux bébés allaitèrent jusqu’à se rassasier puis s’endormirent. Le prophète Mohammad n’allaitait que d’un sein pour laisser l’autre part à son frère, sa Rahma était déjà remarquable dès le berceau !

Quand Mohammad arriva chez elle, tout se transforma, la sécheresse devint verdure, les mamelles des brebis se gorgèrent de lait et l’abondance chez Halima étonna tout le monde. Toute cette richesse et cette baraka étaient dues à la présence de Mohammad chez elle. Là où il se trouvait, la Miséricorde y régnait. Pouvait-il y avoir un meilleur salaire que celui -là ? Halima ne pouvait plus se séparer de cet enfant exceptionnel, à tel point qu’elle insista pour le garder encore, elle dit « Deux années d’abondance et de baraka passèrent. Nous n’avions jamais vu une chose pareille ».

Cependant, lorsque les anges vinrent laver le cœur de Mohammad, elle et son époux eurent peur qu’un malheur ne l’atteint. Malgré son amour indéfinissable pour son fils de lait, elle le ramena chez Amina.

A 6 ans et 8 ans, Mouhammad perd sa mère et son grand père…

A l’âge de 6 ans, sa mère voulut lui faire plaisir en l’emmenant rendre visite à ses oncles maternels, les fils de Adiy Ibn Annajar à Yathrib. Ils s’exclamèrent face à cette grande beauté et la lumière qui se dégageait de son petit visage. Sur leur chemin vers la Mecque, Amina tomba malade et mourut à Abwa. Très attristé, le prophète Mohammad fut alors accueilli chez son grand père Abdalmouttalib Ibn Hashim qui l’aimait sans limites. Il dit à son fils au moment de sa mort « Je pleure parce que je ne pourrai plus embrasser Mohammed » et il ajouta : « J’ai peur qu’un mal ne touche mon Joyau Incomparable. Je te le confie ».

Bouhayra : le prêtre avertisseur

Après la mort de son grand -père, le prophète Mohammad est pris en charge par son oncle Abou Talib qui lui enseigna les règles du commerce. A l’âge de 12 ans, le prophète accompagna son oncle dans un voyage d’affaires prévu vers Asham. A Bosra, un prêtre du nom de Bouhayra, fut interpellé par la caravane. Il sortit et s’en approcha attentivement jusqu’à arriver à Mohammad. Il regarda entre ses épaules et y vit le sceau de la prophétie et fut sûr de lui. Après quelques questions, il dit « Il n’y a pas un rocher ou un arbre auprès duquel vous êtes passés sans qu’il ne se soit prosterné devant lui. J’ai vu en lui les signes. Il sera le maître des hommes, Il sera une miséricorde pour l’Humanité ». Le Coran dit « ceux à qui nous avons révélé le livre le (Mohammad) reconnaissent comme ils reconnaissent leurs enfants ».

Conclusion

Mohammad est l’homme le plus estimé chez Allah qui l’a envoyé comme espoir pour les humains. Mohammad va instaurer un nouvel ordre basé sur l’uncité de Dieu, la Miséricorde et la Justice. Il était orphelin et avec peu de moyens, il accomplit et acheva sa mission, visible jusqu’à nos jours. Allah dit « Aujourd’hui J’ai parachevé pour vous votre religion et complété sur vous mon bienfait et J’agrée pour vous l’Islam comme religion ».

Lundi 06 février.

Article paru sur le site de l’Union des Organisations Islamiques de France : http://www.uoif-online.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.