Face aux enjeux écologiques, quelles approches, quelles priorités, quelles pistes privilégier pour une alternative humaine et durable ?

La question environnementale s’impose aujourd’hui comme une préoccupation majeure en France et ailleurs dans le monde. Les conséquences sur l’homme du manque de prise en compte des questions environnementales sont de plus en plus mises en évidence. La tradition occidentale, qui institue la domination de l’humain sur la nature, qu’elle s’appuie sur la religion ou sur la philosophie rationaliste, est remise en cause. La crise complexe et multidimensionnelle que connaît actuellement le monde  nous oblige à porter un regard critique sur les paradigmes qui incarnent les systèmes de pensées traditionnels, à reconsidérer la teneur des concepts qui les animent, à élargir leur définition et leur portée.

Dans un contexte mondial de profonde remise en cause du système de pensée matérialiste, qui a généré un processus sans fin de destruction de notre planète, la perte de repères éthiques, des crises économiques chroniques, de conflits politiques et militaires, des tensions ethniques et religieuses, dans un contexte dominé par des enjeux géostratégiques, par la mondialisation et la libéralisation des échanges, qui exacerbent la concurrence entre les Etats, les multinationales, et les populations, comment placer au centre des enjeux la dimension humaine en reconsidérant notre rapport et nos comportements vis-à-vis de l’environnement (exploitation des ressources naturelles, pollutions, dérèglement climatique) ?

Aujourd’hui, un des défis majeurs auxquels est confrontée l’humanité, et particulièrement, les pays anciennement industrialisés, consiste à remettre en cause nos modèles de vie en société, à changer notre rapport à l’environnement, à opérer un changement profond du rapport de l’être à l’avoir.

La marche vers le « progrès » qu’ont connu les pays développés au cours des derniers siècles et la déconsidération des problèmes liés à une exploitation irraisonnable des ressources naturelles de notre planète nous ont contraintes à prendre conscience de ses limites et à reconsidérer notre conception du développement et du bien-être. C’est toute notre conception de l’éducation, notre manière de vivre, notre rapport au travail, qu’il nous faut réformer.

Comment le sacré conçoit-il l’environnement, la modernité, le progrès ? Quel rôle peut-il jouer face aux enjeux qu’elles impliquent ? Quelles valeurs et quels fondements éthiques placer au centre d’un modèle de société et de développement alternatif ? Cette journée, qui s’inscrit en marge de la Conférence mondiale sur le climat (COP21) qui se tiendra à Paris en décembre 2015, a pour ambition d’aborder ces différents questionnements et de contribuer aux débats et solutions à apporter face aux défis liés à l’éthique et à l’environnement. Dans cette perspective et dans une optique de rapprochement des convictions des uns et des autres, il sera intéressant de croiser les regards des différentes disciplines des sciences humaines et sociales avec ceux portés par les sources spirituelles et théologiques.

 

Informations pratiques :

Accès libre (sur inscription )

Date: Samedi 24 octobre 2015

Horaires: de 9h30 à 17h00

Lieu: Bourse du Travail

Amphithéâtre
9-11 rue Génin

93200 Saint-Denis

Contact informations et inscriptions: com.ieshdeparis@gmail.com

Accès à la Bourse du Travail :

  • Métro ligne 13 : arrêt Saint-Denis Porte de Paris
    • Bus 154, 158, 170, 255, 256, 268, N44 : arrêt Porte de Paris

Plan 
plan_BT_big

Programme du colloque

9h30 : Accueil des participants et message d’introduction

10h00 -12h30 : Première table ronde

Reconcevoir notre rapport à l’avoir pour un modèle socioéconomique alternatif, solidaire, à visage humain

10h00 : Ethique de la gouvernance, croissance économique et enjeux écologiques

Georges Prévélakis, Professeur à la Sorbonne, représentant permanent de la Grèce auprès de l’OCDE

10h25 : Transition énergétique : enjeux, initiatives et perspectives à l’échelle locale et globale

Bernard Cornut, auteur, polytechnicien, expert international en géopolitique, efficacité énergétique et environnement

10h50 : Crise écologique, conditions de travail et impact sur la santé publique

Karim Bedar, Docteur en médecine, membre de l’association EVT (Ensemble, Vivre, Travailler)

11h15 : Echanges et débat

12h30 : Déjeuner libre

14h30 -17h00 : Deuxième table ronde

Redéfinir les concepts, les stratégies et les finalités :

Placer l’être, l’éthique et le sens, au cœur de notre rapport à l’environnement

14h30 : La spiritualité comme vecteur d’équilibre de l’être et d’harmonisation de son rapport à l’environnement

Martin Kopp, chercheur en théologie protestante, chargé du plaidoyer pour la justice climatique pour la Fédération luthérienne mondiale

14h55 : Critique conceptuelle du développement durable et alternative globale : pour une société de la mesure, du partage, et du bien-être

Jamel Khermimoun, géographe, spécialiste du fait religieux, des questions de gouvernance et de développement durable, auteur, chercheur au CERII

15h20 : L’écothéologie : plaidoyer pour une foi engagée

Hanane Karimi, sociologue, spécialiste de l’éthique (Faculté des sciences sociales de l’université de Strasbourg)

15h45 : Echanges et débat

17h00 : Mot de clôture

*Des modifications sont susceptibles d’intervenir lors de l’établissement du programme définitif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.