Et si l’empêchement était une miséricorde ?

A la veille du mois sacré de Ramadan, bon nombre de croyants s’interrogent sur la dimension spirituelle de ce temps si attendu. Le contexte particulier dans lequel le mois de Ramadan fera son entrée, par la Grâce d’Allah, pourrait nous inquiéter.

En effet, l’absence de prière de Tarawih, la fermeture des mosquées, notre incapacité à partager et renforcer notre fraternité, sont tant d’obstacles que nous devons appréhender avec sagesse et confiance en la volonté divine.

A travers cette courte vidéo, Othmane Iquioussen, nous aide à réinventer ce mois béni en considérant notre situation comme une bénédiction divine.

Comment le croyant doit-il vivre son empêchement à accomplir un acte qu’il a pourtant l’habitude de faire ?

Le croyant peut-il espérer la récompense divine d’un acte qu’il n’a pu réaliser ?

Quelle place l’intention occupe-t-elle dans l’attribution de cette récompense ?

Contraints de rester à la maison, quelle place devons-nous accorder à la prière dans nos demeures ? Comment favoriser, développer et aimer le partage de ces temps spirituels à la maison ? Seul ou en famille ?

Enfin comment vivre son ramadan selon l’idée que chaque difficulté revêt une facilité et que pour chaque contrainte il existe une récompense ? Comment faire de ces moments, souvent synonymes de partage et de lien social, des moments de culte exclusif à Dieu ?

A travers les enseignements précieux de l’étude de la Sira de notre bien aimé Prophète (que la paix et la bénédiction soient sur lui), Othmane Iquioussen nous aide à cheminer vers l’idée que dans une belle intention, réside toute la miséricorde divine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.