Hier et aujourd’hui, un certain nombre de médias m’ont contacté suite à la prononciation du jugement (comique) par ce qu’on appelle “le tribunal pénal du Caire”, et qui s’est mis à juger les savants, les leaders et les politiciens, au lieu de juger les meurtriers et les criminels.

Je ne me suis pas préoccupé de ces accusations mensongères. Les accusés emprisonnés, eux-mêmes, ne les prennent pas au sérieux, et si les autorités ne les obligeaient pas à y assister, il ne se seraient pas présentés, car tout le monde sait, en Egypte et ailleurs, qu’il n’existe pas en Egypte de juridiction respectable, à l’ombre du pouvoir du coup d’Etat. Ce n’est qu’un moyen pour les auteurs du coup d’Etat d’éliminer les opposants qui appellent à la vie, à la liberté, à la dignité humaine et à la justice sociale.

Le plus étonnant, c’est que ce tribunal en question n’a trouvé aucun chef d’inculpation pour juger Moubarak sauf sa mise en cause dans l’affaire des palais présidentiels. Moubarak a gouverné le pays durant trente ans. Il a corrompu, pillé, falsifié et a fini sa période de gouvernance par le meurtre de jeunes révolutionnaires dans les rues et places d’Egypte. Pourtant, ce tribunal ne l’a pas condamné et n’a condamné ni ses deux fils, ni son premier ministre, ni les hauts responsables de son parti, ni son ministre de l’intérieur, ni ses hauts officiers. Il n’a jamais condamné ne serait-ce qu’un seul individu de la sécurité pour avoir tué des manifestants. En revanche, il condamne à mort le premier président égyptien élu démocratiquement.

En vérité, ces individus sont en train de juger la révolution à travers la personne de Morsi et de ses compagnons. S’ils étaient en mesure d’exécuter tous ceux qui ont pris part à la révolution de janvier, ils l’auraient fait. Cette révolution a perturbé leur sommeil, secoué leurs trônes, ébranlé leur tyrannie et a failli faire disparaitre leurs privilèges ainsi que les privilèges de leurs enfants et de tous les corrompus qui marchent dans leur cortège.

Mais Dieu a voulu faire tomber leur masque et dévoiler leur mensonge que perçoit tout être doué d’intelligence, qui voit et qui entend. Tous les égyptiens ont vu qui a ouvert les prisons et qui a fait évader les prisonniers. Tous ont vu comment le colonel Batran le matin refusé d’ouvrir les prisons. J’ai vu, comme d’autres ont vu, d’Egypte et d’ailleurs, ces vidéos sur internet prouvant que c’est la police qui a ouvert les prisons aux détenus et aux détenus répertoriés dangereux, afin de faire sombrer le pays dans l’anarchie et le désordre.

Dieu a voulu dévoiler leur mensonge et leur hostilité à la Nation musulmane et à ses causes, particulièrement à sa cause principale qui est la cause palestinienne. Dieu a dévoilé le fait qu’ils soient du côté de l’ennemi de la Nation musulmane puisqu’ils ont condamné à mort un nombre de martyrs palestiniens exécutés par l’entité sioniste et un nombre de prisonniers palestiniens qui ont passé près de vingt ans dans les geôles de l’occupation.

Parmi les choses qui suscitent la moquerie figure le fait que je sois du nombre des accusés et des condamnés à mort, accusé d’avoir pris d’assaut la prison de Oued Natroun, alors que ne n’ai jamais mis les pieds à Oued Natroun de toute ma vie! Je ne savais même pas qu’il s’y trouvait une prison, et qu’ils y avaient emprisonné des responsables des Frères Musulmans. Comment aurais-je pu participer à cet assaut alors que j’habite au Qatar, à des milliers de kilomètres? Depuis des années, je donne le sermon du vendredi en étant assis, les gens suivent mes sermons dans le monde entier, j’ai dépassé de plusieurs années les quatre-vingt ans, comment aurais-je pu faire cela alors que je ne peux marcher une longue distance qu’assis sur une chaise roulante?!

En plus, je m’interroge, comme s’interrogent d’autres que moi: Pourquoi enquêter sur la prise d’assaut de cette prison exclusivement sans enquêter sur la prise d’assaut des autres prisons?! Me sanctionnez-vous car je proclame la vérité haut et fort et parce que j’ai soutenu le droit du peuple à sa liberté? Pensez-vous me faire peur par la condamnation à mort? Sachez que mon slogan depuis que j’ai commencé à rechercher le savoir et appeler à Dieu, est le suivant: “Ceux qui communiquent les messages de Dieu, Le craignent et ne redoutent nul autre que Dieu. Et Dieu suffit pour tenir compte de tout” (33: 39).

Dès les débuts de ma jeunesse, j’ai crié, comme ont crié tous mes frères: Mourir dans la voie de Dieu est notre souhait le plus sublime. Nous sommes profondément attachés au martyr et ne le redoutons pas. Nous répétons par nos cœurs avant de le répéter par nos langues: ” Dis: “Rien ne nous atteindra, en dehors de ce que Dieu a prescrit pour nous. Il est notre protecteur. C’est en Dieu que les croyants doivent mettre leur confiance. Dis:”Qu’attendez-vous pour nous, sinon l’une des deux meilleures choses (la victoire ou la mort en martyr) ? Tandis que ce que nous attendons pour vous, c’est que Dieu vous inflige un châtiment de Sa part ou par nos mains. attendez donc! Nous attendons aussi, avec vous”” (9: 51-52)

Je continuerai à proclamer la vérité pendant le reste de ma vie, ne craignant le blâme d’aucun blâmeur, ni la colère d’un injuste, ni la menace d’un tyran. Je continuerai à être aux côtés des peuples opprimés jusqu’à ce qu’ils récupèrent leur liberté et leurs droits. C’est ainsi que j’ai vécu, et j’implore Dieu pour que je meurs ainsi.

Je dis à Sissi, à ses collaborateurs, à ses juges, à ses bras médiatiques et à son moufti, tous atteints de folie car ils pressentent l’approche de la fin de leur pouvoir : Ce jugement que vous avez prononcé, vous ne l’avez pas prononcé contre nous. Vous l’avez prononcé contre vous-mêmes, et votre jour est proche. J’ai vécu toute ma vie au service de l’islam, prêcheur, conférencier, moufti, écrivain, poète et prédicateur. Aucun être humain, qu’il soit président, gouverneur ou responsable politique, ne pourrait augmenter ou diminuer ma vie ne serai-ce que d’une seconde: ” Quand leur terme arrive, ils ne peuvent ni le retarder d’un instant ni l’avancer” (10: 49), “Dieu n’accorde jamais de délai à une âme dont le terme est arrivée” (63:11), et je ne cesse d’implorer Dieu pour qu’il m’accorde la mort en martyr.

Aux fauteurs du coup d’Etat: Nous n’avons pas craint vos prédécesseurs. Nous leur avons dit la vérité et nous avons supporté, pour la vérité, ce que nous avons supporté avec endurance et persévérance. Nous ne vous craindrons pas et vous ne pourrez nous faire peur. Ne pensez pas que par ces jugements, le pays se soumettra à vous et que les gens baisseront la tête devant vous. Par Dieu, ceci est comme “un mirage dans une plaine désertique que l’assoiffé prend pour de l’eau. puis, quand il y arrive, il s’aperçoit que ce n’était rien; mais il y trouve Dieu qui lui règle son compte en entier, car Dieu est prompt à juger” (24:39). Vous paierez pour vos actes dans ce bas-monde sur les potences d’exécution ou dans la poubelle de l’histoire, puis devant le Tout Puissant qui a déclaré la guerre à qui s’en prend à ses bien-aimés et a mis en garde tout tyran insolant.

“Seigneur Dieu, c’est en Toi que nous mettons notre confiance et à Toi nous revenons (repentants). et vers Toi est le devenir. Seigneur Dieu, ne fais pas de nous un sujet de tentation pour ceux qui ont mécru; et pardonne-nous, Seigneur, car c’est Toi le Puissant, le Sage” (60: 4-5)

Dr. Youssef al-Qaradawi

Président de l’Union Mondial des savants

(traduit par Havre De savoir)

2 Commentaires

  1. A ne pas oublier que l’assassin passe sa vie dans la peur la crainte de tous et le cauchemar ,il n’a aucun gout de vie ,il n’a confiance a personne et a chaque mouvement ou bruit a son bord il pense que c’est a son tour d’étre assassiné.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.