[1] – Comme dans le verset : « أَلَّا تَعۡبُدُوٓاْ إِلَّا ٱللَّهَۚ» (11 : 2)
[2] – comme dans le verset : «مِّن مَّا مَلَكَتۡ » (30 : 28)
[3] – Comme dans le verset : «كُلَّ مَا رُدُّوٓا » (4 : 91)
[4] – En maintenant la lettre « alif » entre la lettre « sad » et la lettre « ba » dans le terme «أَصَابِعَهُمۡ » dans ce verset, conformément à l’avis de l’imam ad-Dani qui n’a pas supprimé le « alif ». Ainsi, cette lettre est maintenue selon la règle d’orthographe de ce mot. D’ailleurs, le « alif » est également écrit ainsi dans le « moshaf » de la République libyenne, imprimé selon la variante de Qaloun.
Et ceci, contrairement à Abou Daoud Souleyman ibn Noujayh qui évoque, dans moukhtasar at-tabyin, la suppression du « alif ». Apparemment, il a dû procéder à une comparaison avec le même mot situé dans le verset 19 de la sourate « la vache » : «يَجۡعَلُونَ أَصَٰبِعَهُمۡ ». La conformité à l’avis d’Abou Daoud est d’usage chez la plupart des scribes, mais ceci n’est pas obligatoire. Au contraire, la présente étude fait prévaloir le maintien du « alif », conformément à l’avis de ad-Dani, et Dieu est le plus Savant.
[5] – En maintenant la lettre « alif » entre la lettre « waw » et la lettre « lam » dans le terme «بِأَمۡوَالٖ», dans ce verset, conformément à l’avis de l’imam ad-Dani qui n’a pas supprimé le « alif ». Ainsi, cette lettre est maintenue selon la règle d’orthographe de ce mot. D’ailleurs, le « alif » est également écrit ainsi dans le « moshaf » de la République libyenne, imprimé selon la variante de Qaloun.
Et ceci, contrairement à Abou Daoud Souleyman ibn Noujayh qui évoque, dans moukhtasar at-tabyin, la suppression du « alif ». Apparemment, il a dû procéder à une comparaison avec le même mot situé dans le verset 155 de la sourate « la vache » : «وَنَقۡصٖ مِّنَ ٱلۡأَمۡوَٰلِ». La conformité à l’avis d’Abou Daoud est d’usage chez la plupart des scribes, mais ceci n’est pas obligatoire. Au contraire, la présente étude fait prévaloir le maintien du « alif », conformément à l’avis de ad-Dani, et Dieu est le plus Savant.
[6] – En maintenant la lettre « alif » entre la lettre « waw » et la lettre « lam » dans le terme «وَلِوَٰلِدَيَّ», dans ce verset, conformément à l’avis de l’imam ad-Dani qui n’a pas supprimé le « alif ». Ainsi, cette lettre est maintenue selon la règle d’orthographe de ce mot. D’ailleurs, le « alif » est également écrit ainsi dans le « moshaf » de la République libyenne, imprimé selon la variante de Qaloun.
Et ceci, contrairement à Abou Daoud Souleyman ibn Noujayh qui évoque, dans moukhtasar at-tabyin, la suppression du « alif ». Apparemment, il a dû procéder à une comparaison avec le même mot situé dans le verset 83 de la sourate « la vache » : «وَبِٱلۡوَٰلِدَيۡنِ». La conformité à l’avis d’Abou Daoud est d’usage chez la plupart des scribes, mais ceci n’est pas obligatoire. Au contraire, la présente étude fait prévaloir le maintien du « alif », conformément à l’avis de ad-Dani, et Dieu est le plus Savant.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

5 Commentaires

  1. Bravo!!!
    Il serait long de vérifier tout cela, mais si vous venez sur le forum algerie.dz, on pourra discuter tout cela!
    moi-même, j’en ai une dizaine de ce type de recherche!
    GLOIRE à DIEU!

  2. Salam. Dans les versets premièrement cités, où vous affirmez que la mention Nuh n’est pas visée “en soi”, on en lit quand même plusieurs où Nuh est le personnage principal du verset, notamment dans Coran 17:3. Si votre tri est inexact le calcul de la somme des mots ne fera plus 950 et on ne pourra plus parler de miracle numérique.

    8) « [Ô vous], les descendants de ceux que Nous avons transportés dans l’arche avec Nuh (Noé). Celui-ci était vraiment un serviteur fort reconnaissant» (17 : 3). CE VERSET RELATE UNE PART DU RECIT DE NUH DE FACON EXCLUSIVE

    Ces deux versets suivants que vous avez classés dans la première catégorie, évoquent également Nuh sans lui associer d’autres prophète ou peuple, à part le 7:69 qui compare avec la révélation faite à Muhammad sws, mais ne mentionne pas d’anciens peuples ou prophètes:

    4) « Quoi ! Vous vous étonnez qu’un rappel vous vienne de votre Seigneur à travers un homme issu de vous, pour qu’il vous avertisse ? Et rappelez-vous quand Il vous a fait succéder au peuple de Nuh (Noé), et qu’Il accrut votre corps en hauteur (et puissance). Eh bien, rappelez-vous les bienfaits d’Allah afin que vous réussissiez» (7 : 69)

    9) «Que de générations avons-nous exterminées, après Nuh (Noé) ! Et ton Seigneur suffit qu’Il soit Parfaitement Connaisseur et Clairvoyant sur les péchés de Ses serviteurs.» (17 : 17).

    Pourriez vous préciser, svp, quel savant avancé ce “miracle” numérique, et peut être affiner la méthodologie de tri des versets susmentionnés.

    Bien à vous

  3. Merci pour le partage, Qu’ALLAH nous donne le courage pour bien lire et comprendre le coran et la sunnah du Prophète Mohamed (ASL). Q’ALLAH nous bénisse tous et nous guide dans le droit chemin amen.
    J’aimerais savoir que doit-on réciter pendant la pause de l’Imam lors de la lecture du sermon de la prière du vendredi (Joumaâh) ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.