islamic

Les mouvements révolutionnaires du sud de la méditerranée ont ramené vers nos rivages un terme que certains utilisent pour effrayer : le mot « Charia ».

Pour certains, il est synonyme: de lapidation des femmes, de sections de bras, de restrictions de libertés. Pourtant, le mot shari’a utilisé par les Arabes signifie : point d’eau d’où les personnes puisaient l’eau pour épancher leur soif et duquel les animaux s’abreuvaient.

De plus le mot shari’a désigne un concept spécifique, celui d’un cours d’eau qui ne tarit jamais.

Le verbe shara’a  peut vouloir dire : boire, avancer dans l’eau, commencer, débuter ou encore mettre en évidence. En effet, la langue arabe est une langue riche et un mot peut avoir plusieurs sens selon le contexte.

 Dans le Coran nous trouvons la racine sha ra’a :

{Il a mis en évidence pour vous ( shara’a lakoum )  au sujet de la religion ce qu’il avait prescrit à Noé, ce que Nous te révélons, ce que nous avions prescrit auparavant à Moïse et à Jésus} (Sourate 42/ Verset 13).

Si la shari’a groupe un ensemble d’enseignements religieux, elle a des objectifs, des finalités qui tendent à améliorer le quotidien des êtres humains. Une science a ainsi vu le jour pour définir ces objectifs, elle est appelée «’ilm maquassid ashari’a » science des finalités de la shari’a. Son développement a connu plusieurs étapes :

1- Entre le 1er et le 4ème siècle de l’hégire, le sens des finalités était désigné, dans le langage des savants de l’époque, par des appellations différentes : algharad, almouarad (objectif, but), alhikma (la sagesse), al’ilal (les causes), et al-asrar (les secrets).

2- Entre le 4ème et le 7ème siècle, la science des finalités de la shari’a a connu un essor considérable avec des savants comme l’imam Al-Jouayni (décédé en 478H) et son élève et successeur Al-Ghazali (décédé en 505H)

3- Si, durant l’époque précédente, les finalités de la shari’a étaient consignées dans les livres de fondements de jurisprudence (oussoul alfiqh), à la fin du 7ème siècle des ouvrages seront dédiés à cette science avec des chapitres spécifiques pour les finalités de la shari’a.

L’un des savants qui consignera et développera les écrits des premiers savants et qui créera des passerelles entre la naissance de cette science et notre époque sera un penseur Musulman Européen : Al-imam Achatibi. Il serait né à Saativa (Chatiba) au sud-ouest de Séville en Espagne, d’où son surnom, et a grandi à Grenade en Andalousie. Il avait écrit son ouvrage Al-mouafaquate alors que la civilisation musulmane était rongée par la luxure, et les divisions intestines pour détenir règne et pouvoir.

A l’instar de l’imam Al-Ghazali qui avait tenté de redonner un nouveau souffle aux musulmans avec son célèbre « Ihyaa ouloum eddine » «  Revivification des sciences religieuses », l’imam Achattibi voyant les siens s’éloigner de leur religion a écrit son  désormais célèbre « Al-mouafaquate ». Il décédera en 790H  (1369 JC) sans savoir la portée qu’aurait cet écrit plus de six siècles plus tard.

En effet, son livre sera édité pour la première fois en Tunisie en 1302H (1881 JC) et connaîtra un succès considérable repris par Mohamed Abdouh en Egypte et au Moyen-Orient ainsi que par plusieurs savants du Maghreb dont l’imam Tahar Ben Achour. Cet éminent savant tunisien est décédé en 1973, il a laissé plusieurs ouvrages dont «  Maquassid ashari’a alislamiya »« Les finalités de la shar’ia  islamique ».

Aujourd’hui plusieurs savants développent cette science qui mériterait d’être  mieux connue parmi eux:

– Dr Ahmed Raisssouni né en 1953 au Maroc. Il a plusieurs ouvrages à son actif sur le sujet dont un explique le concept des finalités chez l’imam Achatibi (en arabe)

– Dr Abdelmajid Nejjar (né 1945 en Tunisie)  avec son livre : «  les finalités de la shari’a avec des perspectives nouvelles » (en arabe).

– Dr Jamal-eddine Attia (né 1928 en Egypte) qui s’est penché sur la mise en application des finalités de la shari’a avec son livre «  Nahwa taf’il maquassid ashari’a » (en arabe).

– Cette liste non exhaustive, serait incomplète si l’on ne citait pas l’éminent cheikh Abdallah  Bin Biyyah (né en 1935 en Mauritanie) dont le savoir est reconnu par ses pairs. Il avait été invité par le ministre de l’économie de l’époque, madame Christine Lagarde pour  animer un colloque sur la finance Islamique et chercher une alternative face à la crise financière qui frappe l’Europe en novembre 2009.

Certains musulmans pourraient penser que ces finalités sont une innovation blâmable (bid’a) car ni le prophète  ni les compagnons n’en auraient parlé.

Pourtant, les compagnons dans leur vie quotidienne ne cessaient de garder à l’esprit ces finalités. Le prophète lui-même justifiait certaines prescriptions. Et lorsqu’on lit le Coran, les piliers de la religion sont prescrits en citant des objectifs.

Il est indéniable que les finalités décrites dans le Coran sont plus spirituelles que matérielles, car le raisonnement humain ne peut y parvenir seul. Par exemple il est dit dans le Coran : {Prélève une aumône de leurs biens pour les purifier et les bénir} (Sourate 9/Verset 103).

On peut arriver à comprendre par notre raisonnement humain, que prendre du riche pour donner au pauvre a pour objectif  l’équité et la justice sociale. En revanche, il est plus difficile d’imaginer que la purification et la recherche de bénédiction sont d’autres finalités, car elles ne sont ni palpables ni mesurables par le raisonnement humain.

Ainsi, toutes les prescriptions de la shari’a visent en premier lieu l’intérêt des êtres humains dans leur vie quotidienne : vivre en paix dans la dignité, libres de choisir dans une société où justice et équité règnent.

La mission du messager Mohammed (Que la Paix et le Salut de Dieu soient sur lui) a également une finalité bien précise, tel que Le Seigneur (Exalté soit-Il) nous l’indique :{Nous ne t’avons envoyé qu’en tant que Miséricorde pour l’Univers} (S 21/ V107).

????? ???? ????? ?????

Que la Paix soit sur tous ceux qui la recherchent et l’appellent de leurs vœux

Nawal ZINE

Sources

– ????? ??????? ?????????. ?????? ???? ?????? ??? ?????.

– ????? ??????? ??? ?????? ???????. ??????? ???? ????????.

– ????? ??????? ?????? ?????. ??????? ??? ?????? ??? ??????.

– ???? ?????. ??? ?????.



[1] Une innovation blâmable est la traduction de ce qui communément appelé en arabe « bid’a » ???????.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.