banniere collecte
Accueil Actualités Le repentir sincère

Le repentir sincère

19027

salaat-al-tawbah-

Dieu dit en évoquant les qualités des serviteurs du Tout Miséricordieux : « Qui n’invoquent pas d’autre dieu avec Dieu et ne tuent pas la vie que Dieu a rendu sacrée, sauf à bon droit ; qui ne commettent pas de fornication, car quiconque fait cela encourra une punition. Et le châtiment lui sera doublé, au Jour de la Résurrection, et il y demeurera éternellement couvert d’ignominie »

Ainsi, il est demandé aux serviteurs du Tout Miséricordieux de se repentir si jamais ils commettaient un péché parmi les péchés majeurs tels que les péchés évoqués dans ce verset. En effet, les péchés mineurs sont absouts par la Prière, le jeûne, l’aumône, l’éloignement des péchés majeurs « Si vous évitez les grands péchés qui vous sont interdits, Nous effacerons vos méfaits de votre compte » (4 :31). Par contre, les péchés majeurs,  seul le repentir sincère peut les absoudre. Dieu dit : « Sauf celui qui se repent, croit et accomplit une bonne œuvre ; ceux-là, Dieu changera leurs mauvaises actions en bonnes, et Dieu est Pardonneur et Miséricordieux, et quiconque se repent et accomplit une bonne œuvre, c’est vers Dieu qu’aboutira son retour » (25 :70).

« Sauf celui qui se repent, croit … » Pourquoi Dieu a-t-il cité la croyance juste après le repentir ? C’est parce que les péchés majeurs altèrent la pureté de la foi comme le confirme le hadith : « Le fornicateur au moment où il commet la fornication n’est pas croyant. Le voleur lorsqu’il vole n’est pas croyant. Le buveur d’alcool lorsqu’il le boit n’est pas croyant » (rapporté par al-Boukhari et Mouslim)

« Sauf celui qui se repent, croit et accomplit une bonne œuvre … » C’est-à-dire qu’après le repentir et la restauration de l’édifice de la foi, il est nécessaire d’accomplir des bonnes œuvres. Le repentant doit s’employer à accomplir des bonnes actions afin de rattraper le temps perdu ; afin de réparer ses manquements. Dieu dit dans un autre verset : « Et je suis Grand Pardonneur à celui qui se repent, croit, fait bonne œuvre puis se met sur le bon chemin » (20 :82)

« Sauf celui qui se repent, croit et accomplit une bonne œuvre ; ceux-là, Dieu changera leurs mauvaises actions en bonnes, et Dieu est Pardonneur et Miséricordieux, et quiconque se repent et accomplit une bonne œuvre, c’est vers Dieu qu’aboutira son retour », que signifie l’expression coranique « Dieu changera leurs mauvaises actions en bonnes » ? Les exégètes l’expliquent de deux manières :

La première : Cela signifie que leur vie a changé. Ils ont délaissé la vie dans la désobéissance pour une vie d’obéissance. Après avoir commis excessivement les péchés, ils se sont mis à accomplir abondamment de bonnes œuvres. Ainsi, leurs mauvaises actions se sont transformées en bonnes actions car leur vie a changé ; car leur nouvelle vie a inversé la donne. Ce changement se produit donc dans ce bas-monde. Ceci est une explication.

La deuxième : Le changement se produit dans l’au-delà : chaque mauvaise action, grâce au repentir sincère, sera changée par une bonne action. Le Prophète (BDSL) dit en ce sens : « On donnera à l’homme son registre d’action le Jour de la Résurrection. Il lira le haut de ce registre et y trouvera ses mauvaises actions. Lorsqu’il sera au point de désespérer, il regardera le bas et y trouvera ses bonnes actions. Puis, il regardera à nouveau le haut du registre et trouvera que ces mauvaises actions se sont transformées en bonnes » (rapporté par Ibn Abi Hatim)

An-Nasa-y rapporte d’après Abou Sa’id al-Khoudri (rad) que le Prophète (saws) dit : « Lorsque l’homme se convertit à l’islam puis parfait son islam, Dieu lui inscrit tout bonne action accomplie auparavant, et toute mauvaise action sera absoute. Intervient ensuite, l’échange ; la bonne action sera récompensée de dix à sept cent fois sa valeur, et la mauvaise action par une mauvaise action identique sauf si Dieu la pardonne ».

Ce hadith indique que lorsque la personne se convertit à l’islam, elle sera récompensée pour toutes les bonnes actions qu’elle aura accomplies avant sa conversion et toutes ses mauvaises actions seront absoutes. Mouslim rapporte que Hakim ibn Houzam (rad) a dit : « J’ai dit au Messager de Dieu (saws) !  Vois-tu toutes les choses que je faisais avant l’islam telles que l’aumône, l’affranchissement ou l’entretien des liens de parenté, y a-t-il en ceci une récompense (divine) ? » Le Messager de Dieu (saws) dit alors : « Tu t’es convertit en conservant tout le bien que tu as fait auparavant ». Il dit : Je dis : « Par Dieu, je ne laisserais rien de ce que je faisais avant l’islam sans le faire pendant l’islam ». A l’instar du hadith précédent, ce hadith prouve que les bonnes actions de l’incroyant seront récompensées si celui-ci se convertit à l’islam.

Certains disent que les mauvaises actions commises avant l’islam seront transformées en bonnes actions pour lesquelles il sera récompensé et ce, conformément au verset : « … sauf celui qui se repent, croit et accomplit une bonne œuvre ; ceux-là Dieu changera leurs mauvaises actions en bonnes, et Dieu est Pardonneur et Miséricordieux » (le discernement : 70)

Ainsi, Dieu ne veut pas que Ses serviteurs s’éloignent de Lui par le péché. Au contraire, Il veut qu’ils se rapprochent de Lui par l’obéissance. Il s’adresse à Ses serviteurs dans le hadith divin en disant : « Lorsque Mon serviteur s’approche de moi d’un empan, je M’approcherai de lui d’une coudée. Et s’il se rapproche de Moi d’une coudé, je M’approcherai de lui d’une brasse. Et s’il vient à Moi en marchant, je viendrai à lui à vive allure » (rapporté par al-Boukhari).

Dieu accueille le repentant lorsque celui-ci revient de loin. El lorsqu’il s’éloigne de Lui, Il l’appelle intimement : « Dis : « Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde de Dieu. Car Dieu pardonne tous les péchés » » (39 :53). Quelle tendresse ! Une parole pleine de douceur et d’indulgence. Il s’agit des pécheurs, des injustes qui commettent des excès, pourtant Dieu ne les a pas privés de les compter parmi Ses serviteurs. Il les appelle intimement et tendrement « Ô Mes serviteurs ! » Un appel universel et éternel adressé à tout désobéissant comme l’évoque le hadith divin : « Dieu dit : « Ô fils d’Adam ! Tant que tu M’invoques et place en Moi ton espoir, Je te pardonne quoique tu aies fait, et Je ne m’en soucie pas. Ô fils d’Adam ! Si tes péchés atteignaient les nuages des cieux et qu’ensuite tu sollicitais Mon pardon, Je te l’accorderai. Ô fils d’Adam ! Si tu te présentes devant Moi avec autant de péché que peut contenir la terre et qu’ensuite tu Me rencontres sans rien m’associer, Je t’apporterai un pardon équivalent » (rapporté par at-Tirmidhi)

L’essentiel est de hâter le repentir. Repens-toi rapidement et n’ajourne pas le repentir car la plupart des gens de l’Enfer sont ceux qui ajournent le repentir en disant : je vais me repentir, je vais me repentir. D’ailleurs, les savants disent que le terme « je vais » est une arme d’Iblis.

Aussi, repente-vous tous, ô croyants et croyantes car « Tous les fils d’Adam commettent constamment des péchés, et les meilleurs parmi ceux qui commettent des péchés sont les repentants » (rapporté par Ahmed et at-Tirmidhi)

L’imam Ahmed rapporte que lorsque Dieu maudit Iblis, ce dernier demanda à Dieu de l’ajourner. Dieu l’ajourna donc jusqu’au Jour de la Résurrection. Iblis dit à Dieu : « Par ta puissance, je ne sortirai du cœur du fils d’Adam tant que son âme est en lui » Dieu dit alors : « Par Ma puissance, Je ne le priverai pas du repentir tant que son âme est en lui ». Tu peux donc vaincre Satan par le repentir.

D’autant plus que certains repentants peuvent être meilleurs que certains qui ont grandi dans l’obéissance de Dieu, car à chaque fois qu’ils se rappellent de leurs péchés, ils regrettent profondément et en pleurent amèrement vivant ainsi entre l’espoir et la crainte de Dieu. Ibn ‘Ata dit à ce sujet : « Il se peut que Dieu te destine le péché et que ce péché soit la cause de ton succès. Car un péché qui provoque humiliation et abaissement vaut mieux qu’un acte d’obéissance qui donne lieu à la considération et à la vanité »

« Al-Kifl était un israélite qui n’avait aucun scrupule à commettre des péchés. Un jour, une femme vint le voir. Il lui proposa soixante dinars pour abuser d’elle. Lorsqu’il essaya de la séduire, elle trembla et pleura. Il lui dit : « Pourquoi pleures-tu ? » Elle dit : « Car je n’ai jamais fait cette chose, seul le besoin m’a poussé à le faire » Il dit : « La crainte de Dieu te met dans cet état ? Je suis plus à même de Le craindre. Va et garde ce que je t’ai donné. Par Dieu, je ne Lui désobéirai plus jamais » Il mourut cette nuit-là. Le lendemain matin, on vit inscrit sur sa porte : « Dieu a pardonné à al-Kifl » Ce qui provoqua l’étonnement des gens » (rapporté par at-Tirmidhi)

Sermon du vendredi

Moncef Zenati

Série : Les qualités des serviteurs du Tout Miséricordieux (12)

 

2 Commentaires

  1. A rappeler sans modération, encore et toujours.
    Le Repentir est une énorme faveur d’Allah, comme bien d’autres innombrables faveurs dont nous ne pouvons énumérer

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.