Colloque de l'UOIF

C’est le 2 février dernier, que l’Union des Organisations Islamiques de France a accueilli au Palais des Congrès de Paris, des personnalités du monde associatif, des chercheurs et des intellectuels, pour son colloque annuel sur la « Perception de l’Islam ».

En effet, l’Islam et les musulmans sont depuis un moment, un des sujets les plus traités sur le plan médiatique, le plus souvent sous un angle détériorant, voir dégradants. Ce qui tend, le plus souvent, à rationaliser des représentations fictives et imaginaires de l’Islam. Ces représentations n’ont pas changé au fil des années, malgré des démonstrations de réussites d’intégration ou autres de la part des musulmans.

Pour la plupart de ces citoyens français, de confession musulmane, la situation est de plus en plus pesante et il est nécessaire que cela change afin que le « vivre ensemble » puisse s’opérer de manière plus constructive.

Autour de cinq tables rondes, des acteurs associatifs, des intellectuels, des chercheurs et des représentants du culte musulman en France (le CFCM, CCMTF, RMF et l’UOIF), ont pris à tour de rôle la parole sur des problématiques qui préoccupent aujourd’hui la communauté musulmane en France, en Europe et dans le monde.

Fatiha AJBLI, Suleiman-Gabryel NASSER et Charafeddine MOUSLIM ont fait un rappel des faits historiques en soulignant les évènements qui seraient à l’origine des stéréotypes dont la deuxième religion de France et ces fidèles sont victimes.

Cette rétrospective a été suivie d’un bilan de ces perceptions établies par Abdellah BENMANSOUR, Bernard GODARD et Suleiman-Gabryel NASSER.

Azzedine GACI, Samy DEBAH et Nabil ENNASRI se sont, eux, penchés sur la question de la montée de l’islamophobie en occident et du comportement à adopter face à cette nouvelle forme de discrimination.

La question du traitement médiatique de l’islam a été soulevée par Ghaleb Bencheikh, Tariq RAMADAN, Alain GRESH et Raphael LIOGIER.

Quant aux acteurs musulmans, Mohamed MOUSSAOUI, Chems-eddine HAFIZ, Ahmet OGRAS, Anouar KBIBECH et Ahmed JABALLAH, ils ont essayé, ensemble, de répondre et de trouver des solutions pour améliorer « ces perceptions erronées et fabriqués de toutes pièces » tout en prenant en compte le contexte historique, économique et social.

Enfin, ce qui ressort de ce colloque, en termes de richesse de production intellectuelle et culturelle, contribuera à construire une meilleure image d’un Islam en France en cohérence avec lui-même, loin des perceptions figées que l’on peut lui attribuer à tort ou à raison.

Source : www.uoif-online.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.