Fatwas concernant l’acquisition d’un logement en guise de résidence principale

Contrairement  à ce qui est répandu, le Conseil Européen de la Fatwa n’est pas le seul à avoir autorisé le recours au prêt bancaire avec intérêts en vue de l’acquisition d’un logement en guise de résidence principale. En effet, bien avant (en 1985) le CEFR, le Comité général de la Fatwa du Koweït (al-hay-a al-‘amma lil-fatwa bil-kouweït), dont les savants ne peut être accusés de laxisme, a permis cette transaction usuraire pour les musulmans d’Amérique (qui vivent le même contexte que les musulmans en Europe). De même, le grand érudit jurisconsulte « faqih » sheikh Moustapha az-Zarqa (1904 – 1999). Il a exprimé son avis pendant les années soixante-dix, sheikh Youssef al-Qaradawi le contredisait à cette époque. Il mit à l’écrit son avis sur cette question à travers cinq fatwas publiées dans son recueil de fatwa (p 613 à p 626).

Fatwa du comité général de la Fatwa du Koweït
Fatwa n° 42/85 – Jeudi 25 Ramadan 1405H / 13 juin 1985

Les circonstances et les conjectures qui dominent cette question concernant les musulmans résidents dans ces pays, en absence des alternatives légales proposées par des sociétés financières pratiquant la vente par facilité, produisent ce qui ressemble à une nécessité appelée dans le jargon des jurisconsultes « fouqaha » (le besoin général assimilé au niveau de la nécessité). C’est pour cette raison que la commission estime qu’il est permis, dans ces circonstances,  d’entreprendre l’acquisition d’un logement en Amérique en ayant recours à un prêt bancaire à intérêt en raison du besoin général assimilé à la nécessité et ce, jusqu’à la réalisation d’alternatives légales. Par ailleurs, il faut s’employer dans la réussite des projets proposés pour les alternatives légales.

1 commentaire

  1. Selem aleikom, je suis quelque peu troublée par ces fatawas. Vraiment. Je ne sais trop quoi penser. En tout cas, les savants de notre communauté ont une énorme responsabilité, et engagent par leurs avis la ummah toute entière. Que Dieu SWT nous guide et ne nous égare pas après nous avoir été guidé.
    Cela étant dit, si je me permets, je constate une chose: le fait de tolérer l’usure, ne permettra pas à la communauté de tenter de sortir de cette engrenage de ce système injuste. Cela démotivera ceux qui en sont “capables”, de mettre en place des mesures alternatives et hallal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.