coran

Il s’agit de croire aux livres que Dieu a fait descendre sur Ses Prophètes et Messagers de la même façon qu’il a fait descendre le Coran sur Mohammad (saws). Dieu a mentionné certains de ces livres dans le Coran mais il en est d’autres que Dieu n’a pas cités. Les livres cités dans le Coran sont :

 

1-      La Torah révélée à Moussa (Moïse). Dieu dit : «  Nous avons fait descendre la Torah dans laquelle il y a guide et lumière. C’est sur sa base que les Prophètes qui se sont soumis à Allah, ainsi que les rabbins  et  les docteurs jugent les affaires des juifs. Car on leur a confié la garde du Livre d’Allah, et ils en sont les témoins » (5 : 44).

2-      L’Evangile (Al-Ingile) révélée à ‘Issa (Jésus). Dieu dit : «  Et Nous avons envoyé après eux Jésus, fils de Marie, pour confirmer ce qu’il y avait dans la Torah avant lui. Et Nous lui avons donné l’Evangile, où il y a guide et lumière, pour confirmer ce qu’il y avait dans la Torah avant lui, et un guide et une exhortation pour les pieux » (5 :46)

3-      Les Psaumes (Az-Zabour) révélée à Daoud (David). Dieu dit : «  Et à David  Nous avons donné le « Zabour » » (17 : 55).

4-      Les feuillets d’Abraham et de Moïse. Dieu dit : «  Réussit, certes celui qui se purifie et se rappelle le nom de Son Seigneur, puis célèbre la Salat. Mais vous préférez plutôt la vie présente, alors que l’au-delà est meilleur et plus durable. Ceci se trouve, certes dans les Feuilles anciennes, les Feuilles d’Abraham et de Moïse » (87 : 14-19). «  Ne lui a-t-on pas annoncé ce qu’il y avait dans les Feuilles de Moïse et celles d’Abraham qui a tenu parfaitement [sa promesse de transmettre] qu’aucune [âme] ne portera le fardeau (le pêché) d’autrui, et qu’en vérité, l’homme n’obtient que le fruit de ses efforts, et que son effort, en vérité, lui sera présenté (le jour du jugement). Ensuite, il sera récompensé pleinement, et que tout aboutit, en vérité, vers Ton Seigneur… » (53 : 36-42).

 

Abou Dhar (que Dieu l’agrée) dit : «  J’ai demandé au Messager de Dieu quelles étaient les Feuillets d’Abraham ? Il dit : « Ils étaient composés entièrement de paraboles : Ô toi, roi plein de pouvoir, éprouvé par Dieu et insouciant ! Je ne t’ai pas crée afin d’amasser tous ce qu’il y a ici-bas. Je t’ai crée afin de répondre en mon nom a l’imploration de l’opprimé, sache, donc, que je ne la réfute jamais même venant d’un incroyant.

Que celui qui jouit d’une raison se réserve quelques moments :

Un moment pour invoquer Son Seigneur

Un moment pour son examen de conscience

Un moment pour méditer la création de Dieu

Un moment pour subvenir à ses besoins pour se nourrir

Que celui qui est doté d’une raison ne voyage que pour l’une de ces trois raisons : pour s’approvisionner pour l’au-delà ou pour sa vie d’ici-bas ou pour un divertissement licite.

Que celui qui est doté d’une raison soit clairvoyant par rapport à son temps, s’emploie à réaliser ses affaires et préserve sa langue car celui qui compte sa parole parmi ses actions, parle peu sauf si cela lui est profitable »

 

Je dis alors : Quelles étaient les Feuillets de Moïse ? Il dit : « Ils étaient composés entièrement d’exhortations :

Je m’étonne de celui qui est convaincu de la mort et qu’ensuite se réjouisse

Je m’étonne de celui qui est convaincu de l’Enfer et qu’ensuite rit.

Je m’étonne de celui qui est convaincu du destin et qu’ensuite s’épuise

Je m’étonne de celui qui  a vu la vie et comment elle se retourne sur les siens et qu’ensuite lui fait confiance.

Je m’étonne de celui qui est convaincu du jugement dernier et qu’ensuite n’œuvre pas » (Ibn Hibban et Al-Hakim).

 

Quant aux autres livres descendus sur les autres Messagers, Dieu ne mentionne pas leurs noms. Cependant, Il nous informe qu’à chaque Messager, Il a révélé un message. Il dit : « Les gens formaient à l’origine une seule communauté croyante. Puis, après leurs divergences. Allah envoya des Prophètes comme annonciateurs et avertisseurs ; et il fit descendre avec eux le Livre contenant la vérité, pour régler parmi les gens leurs divergences » (2 : 213).

 

Ainsi, nous devons croire en tous ces livres, dont le nom n’a pas été mentionné par Dieu, d’une manière générale. Il nous n’est pas permis d’attribuer à Dieu un livre en particulier que Dieu n’a pas cité dans le Coran.

Nous devons croire également que tous ces livres sont descendus avec la vérité, la lumière, la bonne direction, la  confirmation  de l’unicité de Dieu dans Sa divinité, Son adoration et Ses Noms et Attributs. Tout ce qui est attribué à ces livres étant en contradiction avec ceci est le résultat de modifications et de déformations que les hommes leur firent subir.

 

Nous devons croire que le Coran est l’ultime Livre à avoir été révélé par Dieu et qu’il lui a conféré des qualités le distinguant des livres  antérieurs révélés, dont les plus importantes sont :

 

1-      Le Coran contient l’essentiel des enseignements divins, et confirme ce qu’il y a dans les livres antérieurs à propos de l’unicité de Dieu, Son adoration et l’obligation de se conformer à Ses prescriptions.

Il synthétise les bienfaits et les vertus qui étaient éparpillés dans les Ecrits précédents. Il prédomine les autres livres en confirmant ce qu’ils contiennent et en indiquant : l’altération qu’ils ont subie. Dieu dit : «  Et sur toi ! Nous avons fait descendre le Livre avec la vérité pour confirmer le Livre qui était là avant lui et pour prévaloir sur lui » (5 : 48).

Il a apporté à l’ensemble de l’humanité une législation contenant tout ce qui est nécessaire pour faire son bonheur dans les deux demeures.

Il a abrogé  toutes les prescriptions antérieures, et établi les prescriptions définitives, lesquels sont valables de tout temps et en tout lieu.

2-      Etant donné que le Coran est l’ultime livre révélé par Dieu à toute l’humanité. Dieu S’est chargé Lui-même de le préserver de toute altération. Dieu dit « En vérité c’est Nous qui avons fait descendre le Coran, et c’est Nous qui en sommes gardien ». (15 :9). Auparavant, Dieu confiait la garde de Ses livres aux peuples à qui ils ont été révélés : « … car on leur a confié la garde du Livre d’Allah » (5 : 44), et n’a pas pris en charge leurs sauvegardes, car ils contenaient des législations spécifiques et temporaires adressées à des peuples particuliers, rectifiées en cas d’altération par le message suivant.

 

Devant l’absence de la protection divine, les livres antérieurs au Coran ont tous subit des modifications et des altérations. Dieu dit au sujet de l’altération de la Torah : «  Il en est parmi les juifs qui détournent les mots de leur sens » (4 : 46), «  Espérez-vous (musulmans) que des pareils gens (les juifs) vous partageront la foi ? Alors qu’un groupe d’entre eux, après avoir entendu et compris la parole d’Allah, la falsifièrent sciemment » (2 : 75). Quant à la falsification de l’Evangile. Dieu dit : «  Et de ceux qui disent : «  Nous sommes chrétiens ». Nous avons pris leur engagement. Mais, ils ont oublié une partie de ce qui leur a été rappelé. Nous avons donc suscité entre eux, l’inimité et la haine jusqu’au Jour de la Résurrection. Et vous est certes venu, vous exposant beaucoup de ce que vous cachiez du Livre, et passant sur bien de choses » (5 : 14-15).

 

Parmi les altérations introduites par les juifs et les chrétiens dans leurs religions, la prétention des juifs que ‘Ouzayr était le fils de Dieu et la prétention des chrétiens que Jésus est le fils de Dieu. Dieu dit : «  Les juifs disent : «  ‘Uzayr est le fils d’Allah » et les chrétiens disent : «  Le christ est le fils d’Allah ». Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux » (9 : 30). Le Coran est venu corriger ces altérations en disant : « Dis : «  Il est Allah, Unique, Allah, le Seul à être imploré pour ce que nous désirons. Il n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus. Et nul n’est égal à lui » (112 :1-4). La divinisation de Jésus et le dogme de la trinité font également partie des altérations introduites par les chrétiens. Dieu dit : « Ce sont certes des mécréants ceux qui disent : « En vérité, Dieu c’est le Messie, fils de Marie » (5 :72), « Certes, sont mécréants, ceux qui disent «  En vérité, Allah est le troisième de trois » Alors qu’il n’y a de divinité qu’Une divinité Unique ! » (5 :73). Le Coran est venu pour mettre en évidence cette altération et a rétabli l’authentique croyance au sujet de Jésus : «  Le Messie, fils de Marie, n’était qu’un Messager. Des Messagers sont passés avant lui. Et sa mère était une véridique. Et tous deux consommaient de la nourriture » (5 : 75).

 

En vérité, aucun livre, hormis le Coran, ne peut être attribué à Dieu pour les preuves suivantes :

 

1-      Les textes originaux des livres révélés avant le Coran ont tous disparus. Il n’y en reste aucune trace et seules les traductions existent. Seul le Coran est préservé dans son intégralité comme il a été transmis par l’Ange Gabriel au Prophète Mohammad (saws) et tel que ce dernier l’a appris à ses compagnons.

2-      La parole humaine s’est mêlée dans les Ecritures antérieurs au Coran, à la Parole de Dieu. Il s’y trouve le commentaire, l’histoire, la vie des prophètes et de leurs disciples et les déductions des juristes, au point qu’il est difficile de distinguer la Parole de Dieu de celle des humains. Quant au Coran, il est la  Parole de Dieu, pure de toute autre parole, que celle-ci provienne du Prophète (saws), des compagnons ou d’autres. Abul-Wafa ibn ‘Aqil dit «  Si tu veux être sûr que le Coran n’est pas la parole du Prophète (saws) mais qu’il a été descendu sur lui, regarde comment ses paroles se distinguent du Coran, tu constateras la différence entre les deux verbes et les deux styles. Par ailleurs, il est connu que la parole des êtres humains se ressemble, or, il n’est aucune expression  appartenant au Prophète (saws) qui soit semblable à la parole coranique ».

3-      Il n’est pas un livre que nous pouvons attribuer avec certitude au Messager à qui on l’attribue habituellement. Aucun de ces livres ne remonte à celui qui l’a reçu selon une chaîne de transmetteurs authentique. Muhammad Farid Wadji rapporte d’après l’encyclopédie Larousse que : «  La science moderne et particulièrement la critique allemande ont établi, après de longues recherches sur l’antiquité, l’histoire et la linguistique, que la Torah n’est pas l’œuvre de Moïse, mais de rabbins inconnus, lesquels l’ont composée en s’appuyant sur des témoignages oraux recueillis avant la déportation des juifs à Babylone. Qui plus est, certains savants sont allés jusqu’à dire  que les cinq livres de la Torah  ne contiennent pas toutes les versions juives, mais des allusions, des symboles et des récits ».

Quant au Coran, il est l’unique livre dont l’affiliation au Messager Mohammad (saws) a été établie d’une manière historique certaine. Ce livre a été transmis à travers les temps avec ses sourates, ses versets dans leur ordre, par voie écrite et orale (ce qui lui donne deux gages d’authenticité) de génération en génération.

4-      La multiplicité des copies des livres antérieures au Coran et leurs contradictions constituent  une autre preuve de leur altération. Les Evangiles qui sont aujourd’hui entre les mains des chrétiens ont été choisis parmi environ soixante-dix autres évangiles. Chaque évangile relate la vie de Jésus et chacun d’entre eux porte le nom de son auteur. A signaler qu’il existe un autre évangile qui va à l’encontre  de ce qui est développé dans les quatre  autres évangiles officiels, c’est celui de Barnabé.

5-      Les mauvaises conceptions de la divinité et de la prophétie qui se trouvent dans les livres antérieurs au Coran constituent une preuve évidente que ces livres ne sont pas les paroles de Dieu. En effet, Dieu y est comparé à l’homme, c’est un dieu imparfait qui se repent d’avoir créé l’homme sur terre, qui est affligé dans son cœur, qui est jaloux d’Adam et craint que celui-ci n’acquière la science s’il mange  du fruit interdit. Nous pouvons lire dans la Genèse 3/22 : « Le seigneur dit : Voici que l’homme est devenu comme l’un de nous, connaissent le bien et le mal » ; «  Le seigneur s’attrista pour avoir crée l’homme et en fut affligé ». Nous lisons aussi dans la Genèse 32/36 un écrit dans lequel Jacob rencontre Dieu dans la rue, lutte avec lui et Jacob sort vainqueur de cette lutte. Il refusa alors de le laisser partir, le plaquant par terre et lui dit : « Je ne te laisserai point aller, que tu ne m’aies béni ! ».

Les Prophètes  sont victimes de graves diffamations qui contredisent leur infaillibilité. Ainsi, Abraham est menteur, Lot a commis l’inceste avec ses deux filles. David a commis l’adultère, Salomon a adoré les idoles pour plaire à son épouse, Aaron a incité les juifs à adorer le veau d’or !

 

1 commentaire

  1. J’ai suivi cette étude avec sheck Ouattara Djafar du Burkina.
    Certains groupes musulman préfère ne pas considérer ses livres mentionnés dans le Coran ,ils disent que pour comprendre le Coran,il faut se référer dans les Hadiths !!!
    ((Les hadiths ne sont pas mentionnés dans le Coran)
    Je pense que celà est une grosse erreur de leur part !
    Les hadiths, c’est bon, mais en toutes circonstances, ne peut pas être 100% la vérité. Forcément ils contiennent des erreurs humaines !!
    qu’Allah nous donne le bonne compréhension.
    Merci infiniment à vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.