L’amour de Dieu - Partie 1

Nous avons évoqué précédemment un certain nombre de station d’épuration spirituelle ; un ensemble d’actions du cœur, de valeurs spirituelles, de degrés spirituels auxquels aspirent les vertueux et les itinérants vers Dieu. Nous avons parlé, entre autres, du savoir, du repentir, du scrupule, de la reconnaissance, de la patience, de la crainte, de l’espérance, de l’observation divine et de l’examen de conscience.

Nous abordons aujourd’hui une nouvelle station, une valeur spirituelle parmi les plus importantes ; un degré parmi les plus hauts degrés de la virtuosité, à savoir, l’amour de Dieu et de son Messager (saws).

Un homme vint interroger le Prophète (saws) au sujet de l’Heure « Quand aura-t-elle lieu ? »Le Prophète (saws) répondit : « Et que lui as-tu préparé ? ». L’homme dit : « Par Dieu ! Ô Messager de Dieu, je n’ai préparé ni beaucoup de Prières ni énormément de jeûne, si ce n’est que j’aime Dieu et Son Messager » Le Prophète (saws) dit alors : « L’être sera en compagnie de ce qu’il aime “.

Ainsi, l’amour de Dieu et de son Messager doit être l’objectif suprême auquel doit aspirer tout musulman.

En réalité, les gens diffèrent en matière d’amour. Pour certains, l’argent représente ce qu’il aime le plus. Il vit pour l’argent, il combat pour l’argent, il ne trouve son bonheur que dans l’argent. D’autres sont pris d’amour pour l’alcool, pour les soirées extravagantes. D’autres sont épris d’amour pour les voitures de luxe. D’autres vouent leur amour à une femme pour qui ils iront jusqu’à l’humiliation. Quand pour d’autres, le pouvoir, le prestige et la notoriété sont l’objet de leur amour. Bref, certains destinent leur amour à ce bas-monde et aux passions éphémères qu’il renferme. Dieu dit : « On a enjolivé aux gens l’amour des choses qu’ils désirent : femmes, enfants, trésors thésaurisés d’or et d’argent, chevaux marqués, bétail et champs ; tout cela est l’objet de jouissance pour la vie présente » (Coran 3 :14).

Quant au croyant, son cœur, lui, est attaché à ce qui est plus cher que ce bas-monde, plus grand que ce bas-monde, plus éternel que ce bas-monde, son cœur est attaché à Dieu.

En décrivant les qualités des croyants que Dieu a réservées pour servir l’islam le jour où certains lui tourneront le dos et le quitteront, le Coran dit : « Ô les croyants ! Quiconque parmi vous apostasie de sa religion… Allah va faire venir un peuple qu’Il aime et qui L’aime … » (Coran 5 :54). La première qualité de ces croyants : Dieu les aime, et ils L’aiment ; un amour réciproque entre eux et leur Seigneur.

Et comment ne pas aimer Dieu ? Comment l’homme n’aimerait-il pas son Seigneur ? Toutes les raisons pour lesquelles les gens aiment les choses et les personnes se réalisent et se concrétisent à la perfection dans l’amour de Dieu.

Premièrement :

L’homme s’aime naturellement. Il éprouve de l’amour pour lui-même. Or, en vérité, aimer sa propre personne doit impliquer l’amour de Dieu, car Dieu est la cause de son existence, la cause du prolongement de son existence, la cause de son existence sous sa meilleure forme. Par conséquent, quiconque éprouve de l’amour pour lui-même ne peut qu’éprouver de l’amour pour Dieu.

Deuxièmement :

Par nature, les gens aiment toute personne faisant preuve de bienfaisance à leur égard. Celui qui te rend service, te prodigue un bien, d’une manière totalement désintéressé, sans attendre de retour ou de contrepartie de ta part, tu ne peux que l’aimer. Tu aimes quiconque qui, d’une manière complètement désintéressée, pour Dieu rien que pour Dieu, t’enseigne un savoir ; tu aime instinctivement quiconque te dispense gratuitement un bien. Tu aimes celui qui t’a guéri par la volonté de Dieu. D’une manière générale, tu éprouves forcément de l’amour pour celui qui te rend un service, pour celui qui fait preuve de bienfaisance à ton égard. L’être humain est captif de la bienfaisance. Un poète dit jadis : Fais preuve de bienfaisance à l’égard des gens, tu asserviras leur cœur, car la bienfaisance ne cessera d’asservir l’être humain.

Or, Dieu est à l’origine de toute bienfaisance. Tous les bienfaits qui te comblent proviennent de Dieu. « Il vous a comblés de Ses bienfaits apparents et cachés » (Coran 31 :20), « Et tout ce que vous avez comme bienfait provient de Dieu » (Coran 16 :53), « Et si vous comptiez les bienfaits de Dieu, vous ne sauriez les dénombrer » (Coran 14 :34)

Lorsqu’une personne vous accorde un bienfait ; lorsqu’elle vous rend un service, vous soulage d’une difficulté, c’est en réalité, Dieu qui l’a orienté vers toi, et c’est dieu qui lui a permis de t’aider.

Par conséquent, tous les bienfaits proviennent de Dieu. Aussi, si tu aimes celui qui fait preuve de bienfaisance à ton égard, tu ne peux qu’aimer Dieu, comme dit le Prophète (saws) : « Aimez Dieu pour les bienfaits dont Il vous comble, et aimez-moi pour l’amour que Dieu me porte ».

Troisièmement :

L’être humain aime la beauté, aime ce qui est beau. C’est pour cette raison que les gens aiment les paysages naturels, aiment la verdure, l’eau, l’art ; aiment les beaux visages … Dieu a projeté l’amour de la beauté dans les cœurs.

Or, Dieu est beau, et Il aime la beauté. Dieu est celui qui fait don de la beauté à toute chose, « qui a bien fait tout ce qu’Il a créé » (Coran 32 :7), « Telle est l’œuvre de Dieu qui a tout façonné à la perfection » (Coran 27 :88).

Dieu est donc la source de la beauté. Aussi, quiconque aime la beauté doit obligatoirement aimer Dieu qui a diffusé la beauté dans tout l’univers.

Quatrièmement :

Les gens aiment la perfection. L’homme est passionné par la perfection. C’est ainsi que les gens aiment les génies, les surdoués, et les héros car ils se rapprochent de la perfection. Mais la perfection humaine est relative ; elle est incomplète. C’est une perfection qui émane de la perfection du Créateur Sublime qui a fait don de toutes les perfections existantes. Seul Dieu détient la perfection absolue. Il possède toutes les qualités de la perfection, Il est exempt de toute imperfection et de toute insuffisance.

Par conséquent, quiconque aime la perfection ne peut qu’aimer Dieu.

Mais l’amour de Dieu ne peut se réaliser sans connaissance. En effet, quiconque connaît Dieu comme il se doit ne peut que l’aimer, et celui qui L’aime ne peut que l’adorer, et plus la connaissance de Dieu se développe plus son amour s’accroît.

Si nous connaissons Dieu à travers Ses noms et Ses attributs ; si nous connaissons la perfection de Dieu, Sa beauté et Sa bienfaisance, nous ne pouvons que L’aimer, ou plutôt, Lui vouer exclusivement notre amour.

Ceci dit, aimer Dieu et Lui vouer exclusivement son amour n’exclue pas l’amour naturel pour les choses et les personnes. L’être humain est prédisposé à aimer d’une manière instinctive sa personne, ses parents, ses enfants, ses proches, sa patrie, l’argent et toutes les belles choses de cette vie. En revanche, ce qui est demandé au croyant c’est d’aimer Dieu plus que toute autre chose, placer l’amour de Dieu au-dessus de tout amour. Le croyant ne peut aimer quelque chose d’un amour égal à celui qu’il porte à Dieu. A plus forte raison, l’amour qu’il éprouve pour quelque chose ne peut être plus intense que l’amour qu’il éprouve pour Dieu. Dieu dit : « Parmi les hommes, il en est qui prennent, en dehors de Dieu, des égaux à Lui, en les aimant comme on aime Allah. Or, les croyants sont plus ardents dans l’amour de Dieu » (Coran 2 :165). Dieu n’a pas dit : « Or, les croyants n’aiment que Dieu ! » Mais, le croyant est celui qui aime Dieu plus que toute autre chose.

Mais comment se manifeste l’amour de Dieu ? Comment se concrétise-t-il ? Quels en sont les signes ? C’est ce que nous développerons ensemble lors du sermon prochain, in cha Allah.

Sermon du vendredi – Moncef Zenati

(Série sur la purification de l’âme – 23ème partie)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.