Retour sur la profanation de la Grande Mosquée de Poitiers

Rappel des faits

« Génération identitaire », un groupuscule extrémiste, inconnu jusque-là, se revendiquant de la droite radicale, a occupé par effraction et profané, le 20 Octobre dernier, la Grande Mosquée de Poitiers en construction.

Il s’agit de 74 jeunes personnes, venant essentiellement de la région Rhône-Alpes, du voisinage niçois et de Normandie, qui ont investi les parkings et les bâtiments de la mosquée vers 4 heures du matin, accompagnés de BFW TV et de RMC Info.

Installés sur les toits jusqu’à environ treize heures, ils n’ont pas arrêté de scander des messages fanatiques haineux et d’afficher des banderoles qui appellent au souvenir de Charles Martel et de la bataille de 732 qui s’y réfère.

Dans un véritable cri de guerre, ils n’ont cessé, durant des heures, de revendiquer leur volonté de combattre les musulmans et de s’opposer à la construction de mosquées.

Leur de leur intrusion abjecte, ils ont dégradé la toiture du bâtiment et a détérioré les tapis de prière. Après évacuation des locaux par les services de police, un huissier de justice a pu constater les dégradations et relevé le vol de divers objets qui étaient déposés dans le bâtiment.

Plusieurs riverains ont été les témoins choqués d’agissements scandaleux, tels que se permettre d’uriner sur la mosquée etc.

Réaction unanime

Très tôt, samedi matin ; les responsables politiques locaux, les représentants religieux poitevins ainsi que M. Yves Dassonville, Préfet de la Région Poitou-Charentes, Préfet de la Vienne et M. Alain Claeys et monsieur Alain Claeys, Député-Maire de Poitiers et Président du Grand Poitiers, s’étaient déplacés sur les lieux pour témoigner leur solidarité avec la communauté musulmane.

Les forces de l’ordre ont relevé les identités des 74 assaillants et en ont placés 4 en garde à vue.

Durant la journée de samedi et les jours suivants, la ville de Poitiers s’est mobilisée à travers ses élus, responsables religieux et politiques, acteurs associatifs ainsi que ses organes de presse, pour exprimer sa sympathie à l’égard de la communauté musulmane très blessée et sa condamnation ferme et unanime de cette lâche attaque et des exactions abominables qui l’ont accompagné.

L’imam de Poitiers et président de la communauté musulmane, M. Boubaker EL HADJ AMOR, a reçu plusieurs appels et messages de soutien de la part de responsables politiques et religieux. Le président de l’UOIF, M. Ahmed Jaballah, s’est déplacé le jour même à Poitiers pour témoigner son soutien à la communauté et vivre avec elle une veillée spirituelle, d’échanges et de réconfort.

Suites judiciaires

Les responsables de la communauté musulmane de Poitiers et l’UOIF, ont porté plainte pour plusieurs chefs d’accusations, à savoir « Entrave à l’exercice de culte », « vol et dégradation de biens d’autrui » et « incitation à la haine raciale ». Une procédure judiciaire a été ouverte par le procureur de la république de Poitiers contre le groupuscule « Génération Identitaire » mais aussi à l’encontre des 74 individus, cités en leurs noms propres.

Positiver face à ces événements douloureux

Pour évacuer sa douleur et positiver face à ces évènements douloureux, la Communauté Musulmane de Poitiers organise, samedi 15 Décembre 2012, une journée portes-ouvertes à la mosquée de Poitiers objet de la profanation.

Pour répondre à l’appel de haine et de guerre, elle a choisi de convier les poitevins à un déjeuner de partage, d’échange et de fraternité.

Un rassemblement citoyen est prévu lors de cette journée pour rappeler la nature et l’ampleur de l’agression et le degré d’escalade qu’ont atteint les actes islamophobes et appeler à leur opposer tous ensemble l’esprit de fraternité.

Mot du Maire de Poitiers dans Mag Poitiers : La Laïcité bien comprise.

“La montée des communautarismes de toutes sortes, les crispations de notre société sous les coups de la profonde crise économique et sociale qui malmène le Pays pèsent sur ce que nous appelons le « vivre ensemble ». Le repli, dont la tentation est grande, entraine naturellement l’exclusion.

Ne nous y trompons pas, la poignée d’extrémistes qui a occupé, il y a quelques semaines, le chantier de la future mosquée, ne s’en prenait pas seulement à une partie de nos concitoyens. J’ai rencontré les musulmans qui fréquentent la mosquée et leur ai exprimé, au nom de tous les Poitevins notre solidarité et notre amitié.

Mais au-delà, en réduisant une partie des habitants de Poitiers à leur seule religion, ces extrémistes ont attaqué en fait les valeurs profondes de notre République et en premier lieu la laïcité.

Ne laissons pas tel ou tel récupérer ce qui fait l’âme de notre Pays. La laïcité n’est pas le rejet, elle est le moyen du « vivre ensemble ». Elle est, comme l’air que nous respirons, le bien de tous et la propriété de personne.

Le Philosophe Henri Pena-Ruiz ne dit pas autre chose au travers de ces quelques mots : « L’idéal laïc n’est pas un idéal négatif de ressentiment contre la religion. C’est le plus grand contresens que l’on puisse faire sur la laïcité que d’y voir une sorte d’hostilité de principe à la religion. C’est un idéal positif d’affirmation de la liberté de conscience, de l’égalité des croyants et des athées et de l’idée que la loi républicaine doit viser le bien commun et non pas l’intérêt particulier. »

C’est ce bien commun que par ces quelques lignes et mes récentes déclarations, j’ai voulu rappeler à ceux qui, en réduisant notre ville à un symbole, ont voulu collectivement nous blesser.”

Source : www.uoif-online.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.