Nous sommes le 27 Décembre il est 8h00. Je m’appelle Omar je suis un enfant de 10 ans.

Aujourd’hui, tout à l’air si diffèrent ! Je me suis réveillé dans cette belle maison. Maman nous a préparé notre petit déjeuner. Avec Asma, ma petite sœur de 7 ans, on regarde les dessins animés.  Aujourd’hui, on ne va pas à l’école car c’est les vacances scolaires de Noel. Nous, on ne fête pas Noel mais Papa nous achète plein de cadeaux le jour de l’Aïd. Mon père nous offre toujours plein de cadeaux à condition que l’on soit sérieux à l’école. Mon père c’est mon héros, j’essaye toujours de lui ressembler. J’ai pris pour habitude de retrousser mes manches, car Papa retrousse toujours les manches de sa chemise.

Nous sommes le 27 Décembre il est  9h00.Je m’appelle Omar je suis un enfant de 10 ans.

J’ai retroussé mes manches car Papa nous emmène faire du vélo avec Asma. J’ai un très joli vélo bleu avec un guidon jaune. Asma dit que mon vélo c’est un Power Ranger.
On se balade dans la rue et on passe devant le fleuriste. Papa veut faire un cadeau à Maman, demain elle aura 32 ans. On lui achète un joli bouquet de toutes les couleurs.
Maman va être folle de joie. Je ne comprends pas grand-chose de l’amour, mais je sais que Maman aime fort Papa. Comme dit Asma “Ça se voit dans les yeux”. Le regard ne trompe pas. Dans un regard, on peut comprendre ce que ressent une personne.

Nous sommes le 27 Décembre il est 10h00.Je m’appelle Omar je suis un enfant de 10 ans.

On est de retour à la maison. Je m’allonge dans le jardin et je profite du joli paysage. Le ciel est bleu, pas un nuage. Le soleil caresse les feuilles des arbres.
Un oiseau vient se poser sur une branche. L’oiseau, c’est mon animal préféré. Mon rêve c’est de pouvoir voler et d’aller très loin. Mon jardin est vraiment trop beau. Papa nous a installé une balançoire au fond à coté de notre cabane. Je pourrais rester là des heures à me balancer.

Nous sommes le 27 Décembre il est 11h00.Je m’appelle Omar je suis un enfant de 10 ans.

Tout va bien! Je pense qu’on a de la chance de vivre ainsi. Depuis quelques jours, j’essaye de trouver un moyen de voler comme les oiseaux. Alors, j’ai du carton, des plumes, du scotch et les outils de Papa pour fabriquer des ailes. Mais rien n’y fait, je ne vole toujours pas

Nous sommes le 27 Décembre il est 11h30.Je m’appelle Omar je suis un enfant de 10 ans.

Des bruits horribles, lourds et répétitifs. Des cris dans la rue! Mais que se passe-t-il? Des oiseaux dans le ciel nous jettent des bombes. Vite! Il faut aller se cacher dans la cabane du jardin. “Papa Papa où es-tu ? Asmaaa !! Maman je te vois pas j’ai peur”  Il n’y a plus de cabane, plus de jardin. Mon vélo est tout rouillé. Le ciel si bleu de ce matin est devenu sombre. Les fleurs ont fané. C’est un cauchemar!!

Ce matin à 8h00 je dormais. Tout ça n’était qu’un rêve! Je n’ai jamais vraiment connut Papa il est décédé lorsque j’avais 3 ans juste après la naissance de Asma.
Je ne sais même pas faire de vélo. Nous n’avons pas de jardins. Les seuls cadeaux que l’on a sont des dons qui viennent de l’ouest. On habite un endroit maudit.
Une poussière sur la carte du Monde. Là où j’habite, le temps tourne et ne s’arrête jamais. Chaque jour se répète.
Maman est au sol. Dans son regard, je ne lis plus de l’amour mais de la tristesse. Maman va rejoindre Papa, mes ailes en carton ne pourront pas l’aider à s’envoler.
Le temps s’arrête pour la première fois de ma vie. Le souffle de ma mère ralentit et je sens tout le poids de ce monde sur mes épaules. Mes larmes ne coulent pas.
Je retrousse mes manches comme Papa. Nos voisins continuent à bombarder. Les cris augmentent mais je ne les entends plus. Asma pleure et cache son visage derrière ses mains.
Maman est partie. C’est tout notre espoir qui part avec elle. Son visage gravé dans mon cœur. Sa dernière parole : “C’est à Dieu que nous appartenons et c’est à lui que nous retournons”

Nous sommes le 27 Décembre 2008 il est 11h30.Je m’appelle Omar je suis devenu un homme de 10 ans.
Nous sommes le 27 Décembre 2008 il est 11h30.Je m’appelle Omar je suis seul, ignoré par le monde.
Nous sommes le 27 Décembre 2008 il est 11h30.Je m’appelle Omar j’ai fait un rêve puis un cauchemar.
Nous sommes le 27 Décembre 2008 il est 11h30.Je m’appelle Omar mon cauchemar est mon quotidien.
Nous sommes le 27 Décembre 2008 il est 11h30.Je m’appelle Omar je suis palestinien.

Pardonne-nous Palestine! Pardonne-nous de voler l’enfance d’Omar et Asma. Pardonne nous Palestine on t’a abandonné !

 

 

Par Lounès

8 Commentaires

  1. ne les oublions pas dans nos invocations, ne vous inquiétez pas les frères je vous rassure la Palestine sera de nouveau à nous, soyons patients, Allah est certes avec les patients..

  2. Salam aleykum,

    Le 27 décembre 2008, Israël lançait son opération “plomb durci”.
    Plus de 1400 âmes palestiniennes nous ont quitté en moins d’un mois.
    Toutes les infrastructures (Hôpitaux, routes, écoles, institutions de l’ONU, habitations, mosquées …) ont été détruites.
    Des milliers de personnes étaient dans les rues du monde entier pour contester cette attaque illégitime.

    Depuis, aucune manifestation de soutien de cette envergure. Pourtant le blocus est toujours là, on assassine des humanitaires pacifiques turcs, on oublie des milliers de prisonniers palestiniens quand on libère UN soldat (Gilad Shalit)….

    On en vient presque à espérer une nouvelle attaque de ce genre pour nous mobiliser de nouveau.

    Les médias et politiques banalisent la misère humaine. La misère humaine devient une norme. Or, que ce soit un mendiant, un palestinien, ou une personne âgée … On doit combattre toute forme d’injustice.
    J’ai peut être une vision utopiste de l’être humain, mais des hommes et des femmes de toutes confessions œuvrent encore pour le bien. Et ma religion promet un monde juste (Paradis). 😉

  3. Salam aleikoum…une vraie gifle en pleine figure…un plongeon tête la première dans la réalité de nos frères palestiniens…Puisse Allah nous accorder Sa Miséricorde et apaiser les coeurs…La maman que je suis a été profondement touchée par ce rappel.Malgré le caractère romancé de cette histoire, la réalité n’en est pas moindre…mobilisons nous…prions pour nos frères palestiniens!

  4. salam,

    Merci Lounès, j’imagine que tu es un frère algérien, car les frères arabes du moyen orient sont amis avec ceux qui font du mal aux palestiniens et à la Palestine, je ne vois que H. Boumediène à avoir dit : nous sommes avec la Palestine, agresseur ou agressée.
    vive la Palestine

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.