En pleine campagne de l’entre deux tours, où Nicolas Sarkozy dispute à Marine Le Pen certains de ses thèmes favoris sur l’immigration et l’islam, le rapport annuel d’Amnesty International vient dénoncer les discriminations pratiquées par plusieurs gouvernements européens.

Se concentrant dans ce bilan sur la France, la Belgique, les Pays-Bas, l’Espagne et la Suisse, Amnesty International appelle leurs gouvernements «à faire plus pour s’en prendre aux stéréotypes négatifs (…) contre les musulmans, qui attisent les discriminations, essentiellement dans l’éducation et le monde du travail».

«Plutôt que de riposter à ces préjugés, les partis politiques» les «encouragent bassement dans leur quête de voix électorales», estime Marco Perolini, pour Amnesty. «Des femmes musulmanes se voient refuser des emplois et des jeunes filles sont empêchées d’aller en classe simplement parce qu’elles portent des vêtements traditionnels comme le foulard”, a-t-il relevé. “Des hommes peuvent être licenciés pour porter des barbes associées à l’islam.»

«Porter des symboles religieux fait partie du droit de liberté d’expression»

L’organisation de défense des droits de l’Homme note qu’en France, en Belgique et aux Pays-Bas, les employeurs sont autorisés, en violation de la législation européenne, à discriminer des musulmans sous prétexte que «les symboles religieux ou culturels agaceront les clients ou les collègues». La législation européenne en la matière, poursuit Marco Perolini, «semble être inefficace (…), car nous observons un taux plus élevé de chômage parmi les musulmans, en particulier chez les musulmanes d’origine étrangère».

Ce rapport intitulé “Choix et préjudice: les discriminations contre les musulmans en Europe” insiste sur le fait que «porter des symboles ou des vêtements religieux ou culturels fait partie du droit de liberté d’expression». «L’interdiction de porter des vêtements (…) n’est pas la bonne approche», estime Amnesty International, visant implicitement la France qui a interdit depuis un an le port du voile intégral dans l’espace public. «Une interdiction générale risque de porter préjudice à l’accès des filles à l’éducation et de violer leur droit de liberté d’expression», poursuit l’organisation.

Amnesty International dénonce aussi l’accès limité fait aux musulmans pour prier, notamment en Suisse où la population a voté en 2009 contre la construction de nouveaux minarets, et en Catalogne (est de l’Espagne) où certains doivent prier dehors faute de lieux de prière adéquats.

LeParisien.fr Amnesty dénonce les discriminations envers les musulmans

Lire le résumé de ce rapport

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.