Le mépris et l’horreur. Voici ce que m’inspirent les tueries lâchement perpétrées par le terroriste toulousain. Comment, s’il s’avère maitre de ses gestes,  peut-on lui accorder une quelconque justification ou circonstance atténuante ?

Comment quelqu’un de sensé, et qui plus est, se réclame de la religion de la paix, peut-il à ce point salir cette religion et salir toute une communauté de foi après avoir tué de sang froid. Abel, Mohamed, Imed, Jonathan, Arieh, Gabriel et Myriam. Des victimes dont la vie a été volée par cet assassin, lâchement. Un assassin qui n’a trouvé, aux dires des personnes qui ont visionné les images, aucune hésitation à attraper une enfant et lui loger une balle dans la tête.

J’ai, bien que je comprenne les manipulations dont ils sont sujets, et la vacuité de compréhension dont ils souffrent, de la peine  pour ces apprentis d’une « pseudo-lecture de l’Islam ». Cette « lecture » outrancière et attentatoire à  l’Islam, promue par des idéologues qui font de l’autre quel qu’il soit, un ennemi, qui s’érigent en défenseurs  des  « causes de l’Islam », et qui prétendent que eux seules sont les détenteurs de la vraie « lecture » et qu’ils représentent l’incarnation de la pureté des premiers musulmans. Les autres musulmans, aux yeux de cette caste, sont des égarés, les savants musulmans qui travaillent sur une réelle intelligence des références des hérétiques, et les acteurs musulmans qui cherchent à installer une intégration paisible et authentique des musulmans, des vendus.

Mais je ne peux passer sous silence cette inquiétude qui me gagne, dès que je pense à ce qui adviendra, demain, de la visibilité des musulmans, déjà largement sujets à une vindicte médiatico-politique indigne. J’entends déjà des propos blessants qualifiant des membres de factions terroristes de « fous  d’Allah » selon une expression consacrée, jetant l’anathème sur la religion d’un milliard d’hommes et de femmes sur la terre.

D’aucuns mettent en garde : « attention à l’amalgame ! ». Mais, sincèrement, celui-là n’est-il pas déjà largement usé à l’encontre des musulmans, et depuis des années ?

Je ne cesserai donc de le clamer, et ce n’est pas un criminel qui se réclame de ma religion qui m’empêchera de considérer que cette religion est une religion de paix, de fraternité et d’humanité. Je renvois dos à dos, les littéralistes qui justifient leur délinquance ou leur crimes par leur islamité, et les racistes qui essentialisent l’Islam le réduisant aux actes de criminels qui s’en réclament.

Je continuerai à défendre ces musulmans, majoritaires, qui n’entendent pas brader leur engagement spirituel et leur pratique cultuelle, pour prouver leur francité, et qui ont compris que l’on peut être pleinement français, et profondément musulman.

Espérons que le présumé assassin soit arrêté, et jugé, dans un tribunal, pour que la sentence dont il écopera, soit celle dont écope un criminel qui a commis autant de meurtres. A défaut, je crains que c’est encore l’Islam qui sera visé, et que ce jeune homme sera érigé par de dangereux irresponsables en martyr, et par les idéologues de la haine de l’Islam, en exemple-type de ce qu’être musulman…

Que les extrémistes soient combattus, qu’ils se réclament d’une religion ou d’une idée nauséabonde de la France.

Hassan SAFOUI, Secrétaire Général du Comité 15 mars et Libertés

4 Commentaires

  1. Barak Allahou fiq cher frère pour ce commentaire ! Oui, nous avons besoin d’apprendre à séparer le bon grain de l’ivraie… à ne pas descendre dans la rue soutenir un individu qui a commis un délit lorsqu’on l’arrête, et à ignorer le droit des victimes sous prétexte qu’elles ne sont pas musulmanes ! Nous avons le devoir de réagir contre toutes les injustices, contre toutes les violences, de condamner les actions qui privent des créatures de Dieu de leurs droits, qu’elles soient juives, chrétiennes, musulmanes ou même non croyantes. Si nous voulons que l’on respecte nos droits, commençons par avoir des comportements qui y incitent ceux que nous rencontrons ! Eduquons nos jeunes, apprenons-leur ce qu’est l’Islam tel que l’a enseigné le Prophète (sur lui la paix et le salut)… mais que savent-ils vraiment de lui et des exemples qu’il nous a laissés ? Que font ceux qui se présentent comme nos “responsables” pour élever le niveau de connaissances et aussi la spiritualité de nos jeunes ? Qui leur apprend à aimer Dieu, à aimer Le satisfaire ? … Pardon ! Une fois encore je m’emballe… et je crains bien que ce soit peine perdue, car n’arrive que ce que Dieu a décidé ! Que Dieu fasse donc ce qui est le meilleur et qu’Il éclaire les coeurs de Sa lumière.

  2. BarakAllahoufik.
    Que Dieu nous préserve et nous protège. Amine.
    Malheureusement, l’amalgame risque de se faire par des personnes presqu’aussi dingues.
    Souhaitons que notre gouvernement empêche les dérapages.
    Ôter la vie a une personne est comme ôter la vie à toute l’humanité.
    Que Dieu apaise le coeur des familles. Amine.

  3. salam,

    je suis d’accord avec Hassan Safoui.

    Oui, il faut combattre tous les extrémistes, qu’ils soient juifs, chrétiens ou musulmans.
    L’islam est une religion de paix, d’amour et de pardon, ceux qui assassinent et violent ne sont pas des nôtres.
    Man ghachana layssa minna.
    et ceux qui se cachent derrière l’islam pour faire des ignominies en son nom, sont nos ennemis.

    salam

  4. Je vous suis complètement sur cette double lutte nécessaire contre à la fois l’instrumentalisation de l’islam à des fins criminelles et celle des peurs de l’islam comme l’éternel “autre” à des fins de discorde (fitna).
    Cependant, en tant que musulman je ne peux m’empêcher de penser que notre communauté et ses représentants n’ont pas assez agi aussi bien dans la communication que dans l’action contre les dérives extremistes qui minent particulièrement les jeunes et les convertis. Nous avons notre part de responsabilité et en tant que musulman nous devons mettre en avant plus nos devoirs que nos droits (fonction khalifale de l’Homme).
    Il existe de nombreuses mosquées ou salles de prières où sont distillés des messages de haine de rage et de différenciation avec les non-musulmans. Ceci est clairement contraire aux principes humanistes et universalistes de l’Islam mais au nom d’un esprit de corps de notre communauté nous acceptons dans notre silence tout et son contraire, ne désirant pas faire la part du bon grain et de l’ivraie de peur de créer une fitna en notre sein.
    Au delà de la lecture classique de ces évènements tragiques, j’y vois un signal fort de Dieu de nous positionner clairement et de sortir de cette transe complice.
    Plus que tous, nous savons que nous serons questionnés sur nos actes lorsqu’il fallait agir, sur nos silences lorsqu’il fallait parler.
    Cet électrochoc bien qu’amer et déstabilisant peut nous être un bien si nous saisissons cette occasion pour refonder notre devoir de vérité dans la Cité.

    Wa salam

    Hamid

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.