Dans la mesure où tu es contraint, apprécie! C’est ce que je disais à un jeune homme qui souffrait du diabète: il buvait du thé sans sucre et se lamentait sur son sort. Je lui demandai: “Si tu t’affliges et que tu t’attristes en buvant ton thé…l’amertume se transformera-t-elle en douceur?”

“Non”, répondit-il…

Je dis: “Dans la mesure où tu es contraint, apprécie!” Je veux dire que la vie n’apporte pas toujours ce que nous aimons. Cela se produit souvent dans notre existence : ta voiture est vieille, le climatiseur ne fonctionne pas, les sièges sont déchirés et pour l’instant tut ne peux pas les remplacer… Que faire? Dans la mesure où tu es contraint, jouis !

Tu as fait une demande pour des études universitaires, tu as été accepté dans une faculté qui ne te plaît pas, tu as essayé de changer mais en vain… Tu as été forcé de poursuivre tes études, tu as réussi deux ou trois années… Quelle est la solution? Dans la mesure où tu es contraint, jouis !

Tu as postulé pour un emploi mais tu n’as pas été accepté, on t’a proposé un autre poste. Tu as accepté le job… Quelle est la solution? Dans la mesure où tu es contraint, jouis !

Tu as demandé la main d’une fille, mais elle a refusé, tu en as épousé une autre… Quelle est la solution? Dans la mesure où tu es contraint, jouis !

Nombre de gens pensent que la solution consiste à se lamenter de manière perpétuelle, à se lasser de la situation et à se plaindre au premier venu! Mais ceci ne remplace pas une occasion perdue ni ne hâtera une faveur qui ne lui est pas destinée… Dans ce cas, quelle est la solution? Si ce n’est pas ce que tu veux, désire ce que c’est ! L’intelligent est celui qui s’adapte à la situation, quelle qu’elle soit, dans la mesure où il est incapable de l’améliorer.

Un de mes amis supervisait la construction d’une mosquée. Les fonds vinrent à manquer et ils se dirigèrent vers un commerçant pour qu’il les aide à terminer la construction. Il leur ouvrit la porte, leur tint compagnie un instant et leur donna ce dont il disposait. Puis, il sortit une boite de médicament de sa poche et se mit à en prendre. L’un d’eux dit: “Meilleure santé… Rien de grave j’espère!!” Il répondit: “Non… Ce sont des somnifères. Depuis dix ans, je ne dors qu’avec eux”. Ils firent des invocations en sa faveur, s’en allèrent et passèrent sur une route, à l’extérieur de la ville, ou on faisait des travaux. On y avait installé des lumières qui fonctionnaient grâce à une génératrice qui faisait un boucan infernal. Mais, ce n’était pas là le plus étonnant.

Le plus étonnant est que le gardien de la génératrice était un ouvrier de condition modeste, et il avait étalé des journaux par terre et s’était endormi… Oui, vis ta vie Il n’a pas de temps pour se faire du souci. Agi selon les données dont tu disposes!

Un jour, le Prophète (saws) partit en expédition avec ses compagnons. Leurs vivres vinrent à manquer et ils étaient fatigués. Il leur ordonna de rassembler les vivres qui restaient et mit sa tunique par terre. L’un apporta une datte, un autre deux, un troisième un morceau de pain. Le tout s’amoncelait sur la tunique. Puis ils mangèrent de bon cœur. On ne s’était peut-être pas rassasié, mais au moins on avait comblé sa faim. La générosité de ce qu’il y a…

Une remarque…

L’homme n’obtient pas tout ce qu’il désire…

Les vents ne soufflent pas au bon gré des navires

 Extrait du livre « Jouis de ta vie » de Muhammad al-’Arîfi (www.arefe.com) publié aux éditions Al-Hadîth

1 commentaire

  1. Salam aleykum,

    Tellement vrai ce que dit Cheikh Al Arifi!!!

    On a trop tendance à voir son assiette à moitié vide alors qu’elle est à moitié pleine.

    Al Hamdullillah

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.