Les âmes ordinaires passent parfois par des moments de raffinement et de délicatesse, atteignant de ce fait un stade où les pensées et les sentiments planent dans une atmosphère de pureté sublime. Mais, bientôt ces natures reprennent leur train de vie quotidienne. Et ces moments de transcendance ne sont plus alors, au milieu des soucis prosaïques qui les occupent la plupart du temps, qu’une lueur éphémère, ou une vision émanant d’un monde lointain !

En revanche, dotés d’une perspicacité et d’une sensibilité sans pareil, les grands esprits évoluent dans un espace plus large, d’où ils planent sur la vie. Aussi adoptent-ils toujours la même conduite distinguée, de laquelle ils ne se départent guère, tel un oiseau habitué à vivre sur les faîtes, qui n’en descend que pour reprendre aussitôt son ascension !

Ainsi ont été créés les hommes ; ainsi ont-ils vécu depuis la nuit des temps : une masse confinée dans les vanités de l’existence, se débattant au rythme de préoccupations terre-à-terre, dont elle ne se libère que rarement, face à une élite qui a pu, elle, malgré tel ou tel contretemps anodin, réussir son affranchissement.

Cependant, en plus des inégalités séparant le commun des mortels d’avec l’élite, il n’en existe pas moins, au sein de cette dernière catégorie, des disparités – en termes de vertu, de bienfaisance et de générosité – aussi marquées que le serait les distances entre les différentes planètes. Car, si l’homme peut caresser l’idée de s’envoler vers celles d’entre elles qui lui paraissent relativement proches, il ne saurait envisager, même entrainé pas l’imagination la plus débridée, la possibilité d’atteindre les autres !

De fait, les disproportions entre les grands esprits sont illimitées ! A cet égard, la Sagesse divine a choisi comme dépositaire de la Révélation la fine fleur de cette élite !

Imaginons un concours qui mettrait aux prises la crème de l’humanité, où se côtoieraient force et pureté, clairvoyance et maturité, et autre talents sublimes… Les Prophètes seraient assurément les seuls à l’emporter, et de loin !

C’est que, de par leur intelligence, leur connaissance profonde de l’âme humaine, leur force de volonté, leur ambition et leur lucidité, ils constituent une espèce à part, sans commune mesure avec les autres !

Ce serait une grave erreur de penser que c’est parce que ces Envoyés étaient d’une ” bonté “, d’une naïveté telle qu’ils ont pu gouverner quelques groupuscules, à une époque où l’humanité n’était pas encore assez évoluée !

Loin s’en faut ! Gouverner les nations a toujours été, et reste encore, du ressort exclusif d’hommes charismatiques, d’esprits jouissant d’un ascendant sur les autres, et capables de réunir autour de leur personne des milliers de partisans ! Le verset coranique suivant décrit cette vérité : ” Et rappelle-toi Abraham et Isaac et Jacob Nos serviteurs jouissant de force et de lucidité. Nous les élûmes d’élection, pour rappeler la Demeure. Oui, et ils sont près de Nous, certes parmi les meilleurs élus ”   (XXXVIII, 45-46)

Quelle description si laconique, si éloquente des clés de la grandeur : des serviteurs jouissant de force et de lucidité, alliant énergie, vaillance et clairvoyance ! Ils sont la fine fleur de l’humanité, tels les fleurons d’un jardin, cueillis pour être offerts dans un bouquet, où le beau cède la place au plus beau !

Tel est le vrai sens de la sélection !

Par ailleurs, de tout temps, la Révélation divine a été, et reste, le garant qui préserve la Terre contre la disparition, et les civilisations contre toute confusion entre droiture et égarement, entre raison et déraison.

En scrutant le groupe des dépositaires de la Révélation bénie, tu ne manquerais pas de discerner une silhouette noble se détacher des autres auréolée de majesté et de décence, enveloppée d’assurance et de piété, éclipsant presque son entourage !

Qui sont ces illustres prédicateurs ? Et surtout, qui est cette imposante sommité ?

Ce sont les Prophètes qui ont été chargés à l’aube des civilisations, de guider les gens, mais pour un laps de temps ! Quant à cet éminent Prophète, muni d’un Livre qui tiendra compagnie aux humains pour toujours, il a été chargé de guider les gens pour l’éternité !

Ainsi se profile, dans le recueillement et la piété, au milieu de ces pieux réformateurs, l’image de Muhammad Ibn ‘ Abdullâh (saws), celui qui fut chargé de communiquer le dernier message divin, ce confluent où viennent s’entremêler les dogmes et les vertus censés réaliser le bien-être de l’humanité en tout temps !

Il est l’incarnation vivante des Idées suprêmes. Certes, il t’est facile de le reconnaitre au Livre qui lui fut révélé, et à la sagesse foisonnant dans ses propos. Mais, tu ne pourrais accéder à sa personne, que si tu te fixais comme but suprême, les valeurs grandioses que recèle sa vie !

Quant à ceux qui se contentent de s’arrêter au commencement de l’itinéraire, il est impossible d’accéder à lui !

Les pécheurs désireux de se repentir, les ignorants convoitant le savoir, les gens désemparés, les indécis en quête d’une lueur de certitude, les gens imparfaits aspirant à l’excellence, autant de catégories de gens qui, dans leur acharnement à atteindre leurs objectifs, pourront connaitre nombre de vérités relatives au Prophète Muhammad (saws). Ils auront alors un modèle à suivre, et une source de recommandations édifiantes.

Quant à celui qui se méprise, qui déprécie son esprit autant que son cœur, il ne pourra jamais connaitre Muhammad (saws) !

Stimuler les énergies, galvaniser les êtres qui s’approchent d’eux, mobiliser les potentialités enfouies pour les mettre au service de la Grande vérité, tels sont les traits caractéristiques des grands chefs spirituels !

Et si les dirigeants nationalistes restent à l’affut de grandes occasions pour rendre service à leur patrie, les dirigeants spirituels, eux, créent, pour leurs partisans, des occasions encore plus grandes, afin qu’ils atteignent la perfection, et sèment ses germes dans la vie pour l’embellir. Aussi avons-nous affirmé que quiconque se vautre dans les ignominies, et refuse de préconiser la justice et le bien, ne connait pas Muhammad (saws) !

Toute la richesse affective et intellectuelle qui caractérise la personne de Muhammad (saws) trouve son origine dans sa connaissance éclairée de Dieu, son invocation permanente, et son incarnation de maints attributs relatifs à la perfection, exprimés par les Noms divins. En effet, Dieu créa Adam à Son image, fit de lui Son substitut sur terre, le rendit capable, voire le chargea, d’exploiter ses richesses et d’en être responsable, lui recommanda de respecter son noble origine divine, et de ne pas céder aux penchants terrestres et à la tentation satanique. Il doit donc être savant, glorieux, puissant, généreux, miséricordieux, bienfaiteur et prodigue, pour ne citer que ces attributs relatifs à la perfection, la grandeur et la beauté, exprimés par les Noms divins. Le monde n’a jamais connu, ni ne connaitra, un homme comme Muhammad Ibn ‘ Abdullâh (saws) qui se soit absorbé dans la contemplation suprême, foulant la terre, le cœur dans le ciel.

Il est celui qui a le mieux incarné en sa personne et en celle de son entourage le modèle de l’homme parfait, l’homme-du-Seigneur ( rabbâni ) qui est chargé de régir Son royaume pour y  concrétiser certains des secrets de l’éminente lieutenance.

Dans le legs tant affectif qu’intellectuel laissé par ce noble Prophète (saws), l’on retrouve tous les éléments qui rendent toute personne capable de remplir sa vraie tâche dans la vie.

Qu’on juge de la fluidité et de la force de cet épanchement sincère :

” Ô Dieu, Notre Seigneur et le Seigneur de toute chose, je reconnais que c’est Toi le seul Seigneur, sans associé. Ô Dieu, Notre Seigneur et le Seigneur de toute chose, je reconnais que Muhammad est Ton serviteur et Envoyé. Ô Dieu, Notre Seigneur et le Seigneur de toute chose, je reconnais que tous les serviteurs sont des frères. Ô Dieu, Notre Seigneur et le Seigneur de toute chose, fasse que je sois moi ainsi que ma famille à chaque moment fidèles à Toi, ici-bas et dans l’au-delà. Ô Toi le Majestueux, le Bienfaiteur, écoute-moi et exauce-moi. Dieu est le Plus Grand, le Plus Grand, lumière des cieux et de la Terre. Dieu est le Plus Grand, le Plus Grand, Dieu me suffit, et quel bon défenseur ! Dieu est le Plus Grand, le Plus Grand ! “83

Quand les mots s’avèrent incapables de suivre la cadence des effusions exprimées dans chaque invocation, Le Prophète (saws), dans son recueillement, se voit contraint de reprendre la même expression, afin d’exprimer tout l’émerveillement, l’amour et la révérence qu’il éprouve. Mais si, en apparence, les mots sont les mêmes, les idées de dévouement et d’amour changent pour prendre des formes incessamment rénovées !

Tu te demanderas sûrement pourquoi le Prophète (saws) a dit à son Seigneur : ” Je reconnais que Muhammad est Ton serviteur et Envoyé “, et pourquoi cette auto-reconnaissance est placée juste entre la reconnaissance de l’Unicité de Dieu et celle de la fraternité des hommes. Il s’agit au fait d’une volonté ferme d’assumer la responsabilité et de communiquer le message divin à toutes sortes de gens, pour réticents ou hostiles qu’ils soient ! Par ailleurs, il est tout naturel qu’un homme, voyant que tout le monde s’étonne du fait qu’il soit l’Envoyé de Dieu (saws), et sachant que les forces du Mal cherchent à ébranler sa conviction, tienne à proclamer son statut de Messager divin, pour que, face aux détracteurs, cette reconnaissance réitérée fasse office de réplique dissuasive.

Cette attestation fait suite à deux autres témoignages provenant de Dieu et des anges, qui ont été révélés au Prophète par l’ange Gabriel : ” Mais par cela même qu’il a fait descendre vers toi, Dieu témoigne que c’est par Sa connaissance qu’il l’a fait descendre. Et les anges en témoignent. Et quel Suffisant témoin que Dieu ! “ (4, 166).

A entendre ce témoignage réitéré, l’on a l’impression que le texte de la Révélation prend des intonations fortes, pour que la voix de Dieu retentisse, contrant, à la fois, les contempteurs en les mettant devant l’absurdité de leurs positions, et proclamant le bien fondé de sa thèse : ” Dis : ” Qu’y a-t-il de plus grand en fait de témoignage ? ” Dis : ” Dieu est témoin entre moi et vous ; et ce Coran m’a été révélé pour que, par là, je vous avertisse, vous et ceux qu’il atteindra ” Est-ce vous vraiment qui attestez qu’il y ait en compagnie de Dieu d’autres dieux ? Dis : ” Moi pas ! ” Dis : ” Rien d’autre en vérité, Il est Dieu unique. Et moi je désavoue l’association de co-dieux que vous faites ” “ (6, 19).

La vie tout entière du Prophète, sur lui la grâce et la paix, est marquée du sceau d’une acuité intellectuelle continue. Certes, les gens ordinaires comme nous, peuvent momentanément fixer leur attention sur quelque événement passager, mais ils se laissent aussitôt distraire, pour reprendre leur train de vie traînant. Quant à ce noble Prophète (saws), insensible aux distractions qu’il est, il a tout le temps l’esprit éveillé. C’est qu’il ne cesse jamais de se diriger vers Dieu et de l’invoquer. En effet, avant de dormir il s’adresse à Lui en ces termes : ” Ô Dieu ! Je me soumets à Toi, et je m’en remets entièrement à Toi, par crainte et amour ! Point de refuge si ce n’est vers Toi. Je crois en le Livre que Tu as révélé et en le Prophète que Tu as envoyé “.84

Vois-tu cet anéantissement de soi pour gagner la bénédiction de Dieu ! Et cette proclamation à la fin de sa croyance en lui-même et en le Livre révélé !

Ce sont là -comme nous l’avons déjà montré-  les signes d’une volonté inébranlable outre qu’ils constituent, de la part du prédicateur, la preuve qu’il est le premier à observer les préceptes de la cause qu’il préconise, à obéir aux recommandations de Dieu, à exécuter ses lois et à s’acquitter des pratiques de sa religion.

Ibn ‘ Abbas, Dieu le bénisse lui et son père, rapporte que pendant ses prières la nuit, le Prophète (saws) disait : ” Ô Dieu ! A Toi les louanges ! Tu es le Maitre des cieux et de la Terre, et de tous ceux qui s’y trouvent. A Toi les louanges ! Tu règnes sur les cieux et la terre, et sur tous ceux qui s’y trouvent. A toi les louanges ! Tu es la lumière des cieux et de la Terre, et de tous ceux qui s’y trouvent. A Toi les louanges ! Tu es le Vrai, Ta promesse est vraie, Ta rencontre est vraie, Tes propos sont vrais,  Muhammad est vrai, et la Résurrection est vraie ! Ô Dieu ! Je m’en remets à Toi ! Je crois en Toi ! Je me recommande à Toi ! Je recours à Toi ! En affrontant mes adversaires, je m’appuie sur Toi, et je me remets à Toi comme juge ! Pardonne-moi tous mes péchés, et tous mes actes tus et déclarés ! Tu es le Premier et le Dernier, point de divinité si ce n’est Toi ! Il n’y a de force et de puissance qu’en Dieu ! “85

Les expériences nous apprennent qu’une vie de méditation pure et d’épanchement attendrissant, n’est possible que loin des gens, à l’abri de leurs hâbleries et futilités. Seules les gens de lettres désintéressés ou les ascètes retirés, peuvent donc jouir d’une telle vie ! Tant il est vrai que la masse des gens ont la vision obnubilée par des exigences et des désirs insatiables, dont rares sont ceux qui échappent à leur emprise !

Ceux qui ont étudié la vie du Prophète constatent qu’il se démarque des grands hommes. En effet, il a, mieux que personne, traité les problèmes de la société et des individus, de l’amitié et de l’inimitié, de la guerre et de la paix. Mieux, il a, comme personne d’autre, eu affaire à la versatilité des âmes, aux inconstances des sentiments, et aux disproportions entre les esprits. Cependant, sa pureté d’âme et sa perspicacité n’ont jamais été entachées de quelque souillure, ni de défaut !

Il exerçait une grande influence sur les autres, sans se laisser contaminer par leur vision étriquée de la vie. Il est l’animateur qui ne se laisse point influencer !

Ces valeurs grandioses sont consubstantielles à sa personne, loin de toutes les fluctuations liées aux phases de préparation ou d’improvisation !

Quant à la notoriété dont jouit nombre de grands hommes, elle n’est qu’un accident qui vient s’ajouter à leur personne, par certains moyens dont ils usent et quelques règles particulières qu’ils observent. On ne saurait leur en faire grief, car, vivant au milieu du bas peuple et des ignares, ils craignent pour leur grandeur.

Mais à regarder ce noble Prophète prononçant, au milieu de rustres Bédouins, du brouhaha tumultueux de la foule diaprée, ses propos sereins, tu demeures court, ne sachant quoi admirer le plus : l’esprit subtil du verbe, ou l’harmonie de la composition ! Or, aucun écrivain ne saurait jouir de ces deux qualités que dans la solitude et le calme, pour pouvoir entamer l’écriture avec pondération et quiétude.

Il va sans dire que cette élévation permanente et cette force concomitante participent, comme nous l’avons souligné plus haut, du lien spirituel qu’entretient le Prophète (saws) avec le Seigneur des cieux et de la terre, et de sa manière de penser sans pareil, à laquelle l’élite elle-même ne peut aspirer, et encore moins la plèbe !

Rien d’étonnant donc qu’une personne investie d’une telle mission coule sa vie entière à l’abri de toute souillure, et au-dessus de tout reproche ! Il a toujours été, dans tous ses états, fidèle à l’image de grandeur qu’on lui connaît. Nul n’est infaillible, on le sait. Conscients de cette vérité inéluctable, les gens ont même pris l’habitude de se montrer indulgents les uns envers les autres.

Cependant, il est des gens irréprochables qui constituent la fine fleur parmi les serviteurs de Dieu. A la tête de cette élite rayonnante, se détache un guide distingué – miséricorde dispensée à l’humanité – et Prophète infaillible, je nomme Muhammad Ibn ‘ Abdullâh ! Prières et Salut sur lui, pour l’éternité !

83Abû Dâwûd et Ahmad.

84 Al-Bukhârî.

85Al-Bukhârî.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.