Nous avons dit précédemment que la purification spirituelle est composée de stations. La première station à partir de laquelle doit cheminer l’itinérant est celle du savoir. Puis, intervient celle du repentir ; se purifier des ses péchés ; s’arrêter sincèrement pour faire son examen de conscience ; jeter un regard sincère sur soi-même pour se rendre compte des péchés commis et des manquements à l’encontre des droits de Dieu, de sa propre personne et des gens.

En effet, aucun péché ne pourrait être exclu du repentir. Tous les péchés sont pardonnables par le biais du repentir, y compris l’idolâtrie, y compris le meurtre, y compris la fornication ; quiconque s’en repent puis réforme ce qu’il a auparavant altéré, Dieu accepte son repentir, et le repentant est telle une personne qui n’a point commis de péché. En nous décrivant les « serviteurs de tout Miséricordieux » (‘ibad ar-rahman) Dieu dit : « Qui n’invoquent pas d’autre dieu avec Dieu, ne tuent pas l’âme que Dieu a rendu sacrée, sauf à bon droit et ne commet par la fornication, car quiconque fait cela encourra une punition et le châtiment lui sera doublé au Jour de la Résurrection, et il y demeurera éternellement couvert d’ignominie ; sauf celui qui se repent, croit et accomplit une bonne œuvre ; ceux-là Dieu changera leurs mauvaises actions en bonnes, et Dieu est Pardonneur et Miséricordieux » (Le discernement : 68 – 70)

Le musulman, doit donc se repentir car Dieu accueille le repentant. Dieu dit dans le hadith divin : « Quiconque tente de s’approcher de Moi d’un empan, je Me rapprocherai de lui d’une coudée. Quiconque se rapproche de Moi d’une coudée, je Me rapprocherai de lui d’une brasse et quiconque vient à Moi en marchant, je viendrai à lui à vive allure » (rapporté par al-Boukhari).

Et quiconque parvient à se repentir, cela indique en réalité que Dieu a dors et déjà accepté son repentir. Un homme dit un jour Raabi’a al-‘Adawiyya, cette femme ascète et vertueuse : « Si je me repens, Dieu acceptera-t-Il mon repentir ? » Elle dit : « Ignorant ! Si Dieu agrée ton repentir, alors tu te repentiras ! N’as-tu pas entendu la parole de Dieu : « Puis Il agréa leur repentir pour qu’ils reviennent à lui, car Dieu et l’accueillant du repentir ; le Miséricordieux » (Le repentir : 118) ».

Nous avons cité lors du dernier sermon les causes qui empêchent le repentir. Aujourd’hui nous allons parler des causes qui poussent au repentir :

Premièrement : Connaître Dieu à sa jute valeur :

Connaître les droits que Dieu a sur toi ; prendre conscience que même si tu passais toute ta vie incliné (en position de roukou’) ou prosterné, tu ne saurais t’acquitter de ton devoir envers Dieu car les bienfaits de Dieu sur toi sont innombrables « Et tout ce que vous avez comme bienfait provient de Dieu » (les abeilles : 52), « Et si vous comptiez les bienfaits de Dieu, vous ne sauriez les dénombrer » (Ibrahim : 34). En effet, les bienfaits de Dieu sont nombreux : le bienfait de jouir de la vue, de l’ouïe, de la raison ; le bienfait des sens ; le bienfait de la santé, des enfants, de l’air, de l’eau, du soleil, de la lumière … Tous ces bienfaits sont innombrables, c’est pour cette raison que le droit que Dieu a sur toi est incommensurable. Comment oses-tu alors répondre à ces bienfaits, par l’ingratitude, l’incroyance et la désobéissance ?! Comment oses-tu faire preuve d’une telle attitude face à la divinité et la seigneurie de Dieu ?!

Deuxièmement : Le souvenir de la mort et de la tombe :

Se rappeler que quelque soit la longueur de ta vie, elle est en réalité courte et vouée à la finitude, et puisque est la mort en est la fin, peut importe qu’elle soit longue ou courte.

Le problème est que l’homme vit dans l’oubli de la mort jusqu’à ce que l’Ange de la mort vienne à lui. A ce moment, il espérera être ajourné d’un jour, d’une demi-journée, d’une heure, d’une demi-heure, de quelques instants, pour accomplir de bonnes œuvres. Il dira alors : « Seigneur ! Si seulement Tu m’accorderais un court délai : je ferais l’aumône et serais parmi les gens de bien » (Les hypocrites : 10)

Ne penses donc pas que la mort est loin ! La mort viendra inéluctablement, et tout ce qui viendra est proche. Toute personne est convaincue de se réveiller le matin au sein de sa famille, alors que la mort est plus proche de lui que ne le sont les lacets de ses souliers.

Souviens-toi de la mort ; souviens-toi de la tombe. Lorsque ‘Othman ibn ‘Affan (t) voyait une tombe il éclatait en sanglots. On lui dit alors : « Lorsque tu évoques la Paradis et l’Enfer, tu ne pleurs pas comme lorsque tu vois une tombe ! » Il dit : « J’ai entendu le Prophète (r) dire : « La tombe est la première étape de l’au-delà. Si la personne en est sauvée, ce qui suit sera plus facile, sinon, ce qui suit sera encore plus difficile ». Puis il dit : Le Messager de Dieu (r) dit : « Je n’ai rien vu d’atroce sans que la tombe ne le soit davantage » (rapporté par Ahmed et at-Tirmidhi).

Rappelles-toi la mort ; rappelles-toi la tombe, et repens-toi sans attendre, car tu ne peux être sûr de vivre jusqu’à demain :

« Approvisionne-toi de piété car tu ne sais pas,

Si la nuit te couvre, vivras-tu jusqu’à l’aube levant.

D’ailleurs, combien de bien portants sont morts sans mal apparent,

Et combien de malades vécurent longtemps

Combien de jeunes se sont couchés et réveillés en riant,

Alors que dans l’invisible, à leur insu, leur linceul se tissant » (ash-Shafi’i)

Troisièmement : Le rappel de l’au-delà, du Paradis et de l’Enfer :

Il est nécessaire de se rappeler la mort ; se rappeler du Paradis et de l’Enfer, car la mort est pire que ce qui la précède, mais moins grave que ce qui vient après. Ainsi, le problème n’est pas la mort en soi ; le problème réside dans ce qui suit la mort ! Si la mort était la fin, elle serait un repos pour tout être vivant. Sauf qu’après la mort nous serons ressuscités et il nous sera alors demandé des comptes sur toutes choses.

La mort est suivie de la résurrection ; la résurrection est suivie du rassemblement ; le rassemblement est suivi du jugement ; et le jugement est suivi de récompense ou de châtiment ; le Paradis ou l’Enfer. Rappelle-toi ces vérités.

On rapporte qu’un homme vertueux avait l’habitude de mettre ses doigts sur la flamme de la lampe. Lorsque celle-ci le brulait il disait : « Si tu ne peux pas supporter la brulure de la flamme de cette lampe – qui est relativement faible – comment supporterais-tu le feu de l’Enfer ? » En effet, le feu de ce bas-monde, comme le décrit le Prophète (r), est une partie des soixante-dix parties de celui de l’Enfer. Les compagnons dirent alors au Prophète (r) : « Pourtant, il (le feu de ce bas-monde) aurait été bien suffisant ! » (rapporté par al-Boukhari)

Le Prophète (r) nous décrit la personne qui aura le moindre châtiment en Enfer : « L’homme qui aura le moindre châtiment en Enfer le Jour de la Résurrection est un homme qui aura sous les pieds deux braises qui feront entrer son cerveau en ébullition » (rapporté par al-Boukhari)

Quatrièmement : Être conscient des conséquences des péchés :

Tu dois être conscient des graves conséquences que les péchés peuvent avoir sur toi. En effet, si tu t’adonnes continuellement aux péchés, ils causeront ta perdition ici-bas et dans l’au-delà. Tu dois donc prendre connaissance des conséquences des péchés sur ta vie spirituelle et matérielle, sur ta vie individuelle et sociale, sur ta vie présente et future, sur ta vie dans ce bas-monde et dans l’au-delà. Il s’agit certainement de conséquences destructives.

Les péchés sont une malédiction pour l’homme, pour la famille, et pour la société ; une malédiction pour l’humanité ; une malédiction pour l’environnement : « Le désordre est apparu sur terre et dans la mer à cause de ce que les gens ont accompli de leurs propres mains » (les romains : 41), c’est-à-dire à cause de leurs péchés.

Il est donc important de connaître ces sources de motivation pour qu’elles nous poussent à nous repentir à Dieu.

Sermon de vendredi – Moncef Zenati

(série purification de l’âme – 12ème partie)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.