Nous continuons nos discours au sujet des stations d’épuration spirituelle par lesquelles doit passer l’itinérant dans son cheminement vers Dieu ; dans son cheminement vers la purification de son âme.

Nous avons évoqué lors du sermon de la semaine dernière la station de la patience, de l’endurance et de la persévérance « as-sabr » et nous avons exposé cette qualité avec ses trois catégories : la patience dans l’obéissance, la patience face à la désobéissance et la patience face à l’adversité.

Aujourd’hui, nous allons parler d’une autre station fortement liée à celle de la patience, à savoir, la gratitude « ash-shoukr ». En effet, la patience et la gratitude sont deux qualités indissociables. Dieu dit dans quatre versets dans le Coran : « Dans tout ceci, il y a des signes pour tout homme plein d’endurance et plein de gratitude ». Ainsi, le véritable croyant est celui qui est plein de patience face aux épreuves qui le touchent ; plein de gratitude pour les bienfaits reçus.

Le Coran associe également la gratitude à l’invocation de Dieu ; au souvenir de Dieu : « Souvenez-vous de Moi donc, Je me souviendrai de vous. Remerciez-Moi et ne soyez pas ingrats envers Moi » (la vache : 152).

Dieu dit au sujet de la gratitude : « Et Nous récompenserons bientôt les reconnaissants » (la famille d’Imran : 145)

En nous relatant les propos tenus par Iblis, Dieu dit : « Je m’assoirai pour eux en travers de ton droit chemin » (al-a’raf : 16). Abou Hamid al-Ghazali dit qu’il s’agit ici du chemin de la gratitude. C’est pour cette raison que le verset suivant reprend des propos d’Iblis : « Et pour la plupart, Tu ne les trouveras pas reconnaissants. » (al-a’raf : 17).

La gratitude à l’égard de Dieu est une qualité aussi précieuse que rare. Dieu dit : « Alors qu’il y a peu de Mes serviteurs qui sont reconnaissants » (Saba : 13). Or, Dieu promet d’accorder davantage de bienfaits en cas de reconnaissance sans faire d’exception en disant : « Si vous êtes reconnaissants, très certainement j’augmenterai (Mes bienfaits) pour vous » (Ibrahim : 7). Alors qu’il fait une exception en ce qui concerne les cinq choses suivantes : l’enrichissement, l’exaucement, la subsistance, le pardon et le repentir. Dieu dit : « Dieu vous enrichira, s’Il veut, de par Sa grâce » (le repentir : 28). Il dit aussi : « Il dissipera, s’Il veut, l’objet de votre appel » (les bestiaux : 41), c’est-à-dire, le malheur qui vous a poussé à implorer Dieu. Il dit également : « Dieu accorde Ses bienfaits à qui Il veut, sans compter » (la vache : 212). Il dit aussi : « A par cela, Il pardonne à qui Il veut » (les femmes : 48). Concernant le repentir, Il dit : « Dieu accueille le repentir de qui Il veut » (le repentir : 15)

La gratitude consiste, en résumé, à connaître et reconnaître le bienfait de Dieu, à l’utiliser d’une manière licite et à louer Dieu pour ce bienfait extérieurement par la langue, intérieurement par le cœur et pratiquement par les sens.

Catégories des bienfaits :

Nul est sans savoir que les bienfaits de Dieu qui comblent ses serviteurs sont innombrables. Dieu dit : « Et si vous comptiez les bienfaits de Dieu, vous ne sauriez les dénombrer » (Ibrahim : 34). Ceci dit, il est possible de classer ces bienfaits en trois catégories principales :

Des bienfaits relatifs à ce bas-monde tels que la santé, le bien-être, les biens licites, la science profanne…

Des bienfaits relatifs à la religion : être au service de la religion de Dieu, l’obéissance à Dieu, le savoir religieux, la piété …

Des bienfaits relatifs à l’au-delà à l’instar du fait d’accorder à la bonne œuvre minime une récompense immense et décuplée.

Le musulman se doit de connaître ces bienfaits et d’être profondément conscient que chaque bienfait provient de Dieu, que Dieu est le Seul dispensateur de biens et qu’en dehors de Lui, nul ne pourrait être bienfaiteur. Il s’agit là du véritable monothéisme.

Cependant, Dieu peut tout à fait te faire parvenir un bienfait par le biais de l’un de ses serviteurs. Le musulman doit tout d’abord remercier Dieu, car c’est Lui le véritable dispensateur de bien étant donné que c’est Dieu qui a placé cet individu à son service. Dieu dit : « Et tout ce que vous avez comme bienfait provient de Dieu » (les abeilles : 52). Mais, le croyant doit également remercier l’individu que Dieu a choisi pour être la cause de la procuration du bienfait. Le Messager de Dieu (r) dit : « N’est pas reconnaissant envers Dieu, celui qui ne l’est pas envers les gens » (rapporté par Abou Daoud). Ce hadith s’explique de deux manières :

Premièrement : Celui dont l’habitude est d’être ingrat envers les bienfaits que les gens lui procurent et d’être avare de reconnaissance pour leurs services, aura certainement l’habitude de faire preuve d’ingratitude vis-à-vis de Dieu. Ainsi, celui qui n’est pas reconnaissant  à l’égard des gens, ne le sera pas à plus forte raison à l’égard de Dieu.

Deuxièmement : Dieu n’accepte pas la gratitude de l’homme pour Sa bienfaisance envers lui si ce dernier n’est pas reconnaissant vis-à-vis des gens.

Catégories de gratitude :

La gratitude se divise en trois catégories : La gratitude par la langue, la gratitude par les sens et la gratitude par le cœur.

Premièrement : La gratitude par la langue :

Cette gratitude se réalise par deux choses :

La première : Par la formulation des louanges qui exprime la gratitude et ce, afin de manifester la satisfaction à l’égard de Dieu. Par ailleurs, les pieux-prédécesseurs avaient l’habitude de prendre des nouvelles les uns des autres en vue de pousser l’autre à remercier Dieu. En effet, lorsqu’on demande à quelqu’un : comment va-t-il ? De trois choses l’une : soit il remercie Dieu, soit il se plaint, soit il se tait ! Or, exprimer la gratitude est une obéissance ; se plaindre est un péché.

La deuxième : Exprimer sa gratitude vis-à-vis de Dieu consiste également à parler des bienfaits de Dieu « Et quant au bienfait de ton Seigneur, proclame-le » (le jour montant : 11). Le Prophète (r) dit dans le hadith rapporté par l’imam Ahmed d’après an-No’man ibn Bashir : « Parler du bienfait de Dieu est une forme de reconnaissance » Aussi, quiconque cache le bienfait fait preuve d’ingratitude, et quiconque la manifeste fait preuve de reconnaissance.

Deuxièmement : la gratitude par les sens :

Cela consiste à œuvrer pour Dieu. Dieu dit dans ce sens : « Ô famille de David, œuvrez par gratitude » (Saba : 13). Le Prophète (r) nous a exposé ceci d’une manière pratique lorsqu’il veillait les nuits en Prière. En effet, ‘Aïsha, que Dieu l’agrée dit : « La Prophète (r) veillait tellement longtemps en priant dans la nuit au point que la peau de ses pieds se fendillait. Je lui dis alors : « Pourquoi fais-tu cela, ô Messager de Dieu, alors que Dieu t’a absous de tous tes péchés passés et à venir ? » Il dit : « Ne m’appartient-il pas alors de me comporter en homme reconnaissant ?! » (rapporté par al-Boukhari et Mouslim).

Troisièmement : la gratitude par le cœur :

Il s’agit de ressentir au plus profond de toi que tout bienfait qui te comble ou touche l’un des serviteurs de Dieu provient de Dieu « Et tout ce que vous avez comme bienfait provient de Dieu » (les abeilles : 52). Que la vision du bienfait ne te détourne pas du dispensateur de bien !

Les gens et la gratitude :

Face à la gratitude, les gens se situent à deux niveaux :

Premier niveau : Le commun des gens : Ils font preuve de gratitude uniquement pour les bienfaits.

Deuxième niveau : l’élite : Ils expriment leur gratitude à l’égard de Dieu pour les bienfaits et dans l’adversité. Dans toutes les situations, ils reconnaissant la grâce de Dieu et Sa générosité à leur égard. Le Prophète (r) fait l’éloge de quiconque accueille l’épreuve par la gratitude exprimée par la parole et par la satisfaction éprouvée par le cœur, sans permettre à Satan d’insuffler dans son cœur le doute, le découragement ou le désespoir de la miséricorde de Dieu. Il dit : « Lorsque l’enfant de l’homme meurt, Dieu dit à Ses Anges : « Ainsi vous avez repris l’âme de l’enfant de mon serviteur ? » Ils disent : « Oui ! » Il dit : « Vous avez donc pris la chose la plus chère à son cœur ? » Ils disent : « Oui ! » Il dit : « Qu’a dit Mon serviteur ? » Ils disent : « Il T’a loué et a dit : « Nous appartenons à Dieu et c’est à Lui que nous retournerons » » Dieu, Exalté soit-Il, dit alors : « Construisez au Paradis une maison pour Mon serviteur et appelez-la « la maison de la louange » » (rapporté par at-Tirmidhi).

Al-Hakim rapporte dans son recueil « al-moustadrak » d’après une chaîne de transmetteurs authentique selon les normes de l’imam Mouslim que le Prophète (r) dit : « Les premiers à être invités à entrer au paradis sont ceux qui rendent la louange à Dieu dans l’aisance et dans l’adversité ».

Sermon de vendredi – Moncef Zenati

(Série purification de l’âme – 15ème partie)

3 Commentaires

  1. Salam,

    AL hamdoulilah c est un magnifique article et lire et a relire afin d etre encore plus concsiens des bienfait d Allah.en effet l ingratitude mene a la jalousie ,aux peches, a la tristesse et a la depression …une des choses qui je me rapelle souvent lorsque je suis triste c est cette petite phrase : Dieu a toujours ete la pour toi regarde tout ce qu il t as donne : sante , enfants, nouriture etc…et le morale reviens aussitot soubhanalah.

  2. Salam aleykum,

    Le fait d’avoir de la reconnaissance envers Allah permet au croyant de savourer les moments, de profiter pleinement des bienfaits d’Allah.
    Par exemple,le croyant verra dans l’accouchement d’un enfant un miracle de Dieu alors que le non croyant jugera ce miracle comme un acte “normal” tout à fait naturel.
    En fait, le fait d’avoir de la gratitude pour notre Seigneur nous offre un regard positif sur la vie. Donc du Bonheur !!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre Nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.